logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Un secteur jeune en pleine progression

80 %des pme et tpe font 20 % du ca global du secteur...

Publié le

Si le secteur des services à la personne est clairement soutenu par les dispositions fiscales du plan Borloo, il est du même coup fragilisé en cas d'évolution défavorable de la règlementation. S'ajoute à cela la crise bien sûr, mais surtout la fragmentation du marché où les petites structures sont largement majoritaires.

Les entreprises de services à la personne sont pour 80 % des PME ou TPE, qui réalisent 20 % du chiffre d'affaires global (déclaré) du secteur. L’effectif moyen de ces PME et TPE est de 1,4 salarié. Globalement toujours, 67 % des organismes ont moins de 10 salariés en ETP et seuls 5 % en ont 50 ou plus. Et si comme le souligne le rapport Oliver Wyman, « depuis 2005, le secteur s’est considérablement structuré avec une forte croissance du recours au mode « intermédié », qui représente aujourd’hui 21 % des heures travaillées dans le secteur (contre 14 % en 2005) », un long chemin reste encore à parcourir pour atteindre la maturité.

Dans le détail, selon les chiffres du rapport Oliver Wyman, la structuration des SAP s’est essentiellement faite par le biais des entreprises, « grâce au développement de la franchise et du statut d’auto entrepreneurs (5 700 en février 2011). A l’inverse, les 7 700 associations ont vu leur part dans le total des organismes chuter de 84 % à 34 %. »

Ceci étant, comme le souligne le rapport, de nombreux éléments jouent en défaveur des entreprises du secteur. « Le développement des entreprises a en particulier été freiné en France par un certain nombre de distorsions fiscales en faveur du secteur associatif, tant sur le plan de la TVA et de l’impôt sur les sociétés dont les associations sont exonérées, que des aides des collectivités territoriales (conseil généraux notamment) dont elles bénéficient. Ces biais, qui s’expliquent notamment par des raisons historiques et une certaine méconnaissance du monde entrepreneurial par les pouvoirs publics, se révèle aujourd’hui être un frein à la structuration du secteur ainsi qu’à sa dynamique. »

28 600 organismes en 2012

En 2012, la France comptait 28 600 organismes de services à la personne soit 10 850 entreprises privées, hors auto-entrepreneurs, et 7 784 associations et organismes publics de type CCAS (source nOva / avril 2012). Au total, selon le Bipe (prévisions 2011), 4 millions de ménages étaient consommateurs en 2011, soit 17 % des ménages français (2,15 millions de particuliers employeurs et 2 millions de clients d’organismes). 887 000 emplois équivalent temps plein étaient comptabilisés en 2011 (soit 3,93 % des ETP de l’ensemble de l’économie française) générant 17,4 milliards d’€ de valeur ajoutée en 2011 (1 % du PIB).

Globalement, le nombre d'organismes a évolué de + 11,5 % entre avril 2011 et avril 2012 (25 300 en avril 2011 vs 28 600 en avril 2012). Le segment des services à la famille est le plus dynamique avec + 11,9 % d'organismes en 1 an (17 000 en avril 2011 vs 19 300 en avril 2012). Les services à la vie quotidienne font presque autant avec + 10,9 % d'organismes en 1 an (20 300 en avril 2011 vs 22 800 en avril 2012). Les services aux personnes dépendantes ferment la marche avec un progression du nombre d'organismes de + 6,8 % en un an (10 800 en avril 2011 vs 11 600 en avril 2012).

Une demande structurellement en progression

Si la mise en place du plan Borloo en 2005 explique en grande partie l'engouement des acteurs à se développer sur le marché des services à la personne, d'autres éléments viennent s'ajouter à la législation favorable.

Parmi ces éléments, le principal est l'évolution profonde de la démographie et des modes de consommation. Ainsi, le secteur bénéficie de la croissance du taux d’activité des femmes (+ 19 % en 35 ans) et de l’augmentation du nombre de foyers liées à la multiplication des familles monoparentales, deux facteurs qui favorisent le secteur de la garde d'enfants, des aides aux devoirs, mais aussi du ménage et du repassage, du jardinage et du bricolage.

En parallèle, le vieillissement de la population (croissance de 25 % en 10 ans du nombre de personnes âgées) accélère les besoins d'aide à la dépendance. Selon l'Insee, la part de la population française de plus de 65 ans atteindra 27 % de la population totale en 2020 ; le nombre de personnes de 85 ans et plus atteindra en 2050, 4,8 millions de personnes, soit une augmentation de 3,6 millions de personnes. Les Français vivant de plus en plus vieux, les pathologies lourdes se multiplient. Des personnels qualifiés sont donc nécessaires pour suppléer aux tâches de la vie courante.

Selon le rapport Oliver Wyman, tous ces éléments concourent à ce que le marché des services à la personne poursuive sur le même rythme de progression. « Au regard des niveaux atteints par des pays tels que le Royaume-Uni et les Pays-Bas où les services à la personne représentent respectivement 2 % et 3 % du PIB, le secteur dispose de surcroît d’un important réservoir additionnel de croissance ». Les prévisions récentes tablent sur un volant de plus de 800 000 personnes employées en France à horizon 2015.

Tout le dossier

Dominique André-Chaigneau, Toute La Franchise©


Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top