logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeIcon/playICON/24/pinicon-my-accounticon-metas-turnovericon-metas-ticketicon-metas-moneyicon-metas-investmenticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-contributions-trainingicon-contributions-funding-assistanceicon-contributions-franchiseicon-checkicon-carticon-arrow-right-thinicon-arrow-linkicon-alerticon-action-close

« Notre ambition est de devenir l’enseigne de bars référence en matière de relation et de réputation client ». Portrait d’Herbert Grégoire, fondateur du réseau Les Berthom

Publié le

Passer de 18 filiales à un réseau structuré en franchise : voici le pari d’Herbert Grégoire, créateur du réseau Les Berthom. Il explique à Toute la Franchise pourquoi il a choisi ce modèle entrepreneurial et quels moyens il met en œuvre pour transformer cette nouvelle aventure en succès.

« Notre ambition est de devenir l’enseigne de bars référence en matière de relation et de réputation client ». Portrait d’Herbert Grégoire, fondateur du réseau Les Berthom

Un premier bar à bières en 1994

Après un stage chez son meilleur ami, distributeur de boissons, Herbert Grégoire décide de se lancer sur le secteur des bières spéciales, certain qu’il y avait un marché à prendre en France. À l’époque, le choix était en effet limité, « environ 1 bar à bières spéciales par ville », selon le fondateur.

Herbert Grégoire cherche ainsi à ouvrir son premier bar à Nancy en 1994 : Pierre qui Mousse, « sans caution, ni apport à apporter dans la recherche de financement ». Le fondateur essuie donc les refus des banques, mais ne se décourage pas pour autant.

Comme le créateur le raconte, au lieu de renoncer à son projet entrepreneurial, il « va voir 5 entrepreneurs locaux et leur propose de devenir ses associés en lui apportant leur caution à hauteur de 20% contre 10% d’actions de son entreprise ».  Il a finalement pu obtenir son financement et créer son bar sans apport, avec 50% des parts.

Et il a bien fait de persévérer, car « l’établissement a très bien fonctionné dès son ouverture, ce qui m’a permis d’avoir l’opportunité de développer le réseau, qui devient Les Berthom en 1998 », explique le fondateur. Berthom, c’est la contraction des prénoms d’Herbert et de Thomas, qui devient son associé dans cette nouvelle aventure.

30 ans plus tard, « après de nombreuses ouvertures et évolutions du concept », Herbert Grégoire confirme « qu'il y avait réellement quelque chose à faire sur ce marché ».

« Générosité, Positivité et Simplicité : le GPS qui guide les établissements Berthom

L’objectif des Berthom est de créer des établissements où les clients comme les équipes se sentent bien et ont envie de revenir. Des moments de partage avec un vrai service à table, produits de qualité à prix avantageux et boissons variées : la bière, bien sûr, mais aussi des cocktails, du vin et des softs.

Les bars Berthoms proposent également à leurs invités une musique adaptée et des animations ponctuelles, où ils se mélangent et passent du bon temps.

Petit plus pour les mandataires des filiales : un partenariat de près de 25 ans avec le groupe Duvel Moortgat, qui leur permet d’obtenir des conditions d’achat avantageuses et d’organiser des évènements percutants autour de produits tendances.

Comment vous démarquez-vous sur le secteur des bars à bières ?

Les établissements les Berthom se distinguent déjà de la concurrence. Ce sont des lieux conviviaux centrés sur le gens ; de quoi créer l’ambiance chaleureuse chère au fondateur !

Si l’autre innovation résidait dans l’offre de bières spéciales encore peu nombreuses, le créateur a surtout voulu s’inspirer des bars allemands, plus ludique que le secteur français, où dominait une « notion hyper sérieuse des bars et de la restauration ».

C’est ainsi qu’il ne faut pas « se prendre au sérieux » pour gérer un bar Les Berthom, comme le revendique le créateur. Il en veut pour preuve le succès auprès des clients de la « roue de la mousse, qui tournait tous les week-ends dans l'établissement pour faire gagner des goodies ou des boissons ».

Quel est le plus grand challenge que vous avez relevez pour développer votre réseau ?

Pour le fondateur, le plus grand défi auquel il a été confronté, a été de « trouver la bonne organisation au sein de l’équipe support et de savoir la faire évoluer au fur et à mesure de l’augmentation du nombre d’établissements ». 

Il fallait en effet trouver les personnes compétentes et partageant les valeurs du fondateur pour atteindre les objectifs de performance et de développement du réseau, tout en conservant l’ADN du concept.

Pourquoi choisir un développement en franchise par rapport à d’autres contrats ?

Les 18 établissements Berthom sont actuellement des filiales gérées par des mandataires, que le fondateur considère à juste titre comme des chefs d’entreprise à part entière. 

Pour les manager, « il est primordial que chacun connaisse et comprenne la vision de l’entreprise, et notre objectif à long terme. L’ensemble des décisions prises au quotidien pour l’enseigne nous rapprochent de cette vision. C’est ce qui va permettre à chacun de comprendre ces décisions et d’y adhérer ». 

Si aujourd’hui le fondateur souhaite intégrer des franchisés dans son réseau, c’est pour « d'une part développer le concept plus rapidement et d'autre part l’enrichir des échanges avec nos dirigeants d'établissements ». 

Bien entendu, en contrepartie de l’engagement fort des franchisés dans le quotidien des bars, le franchiseur s’engage à fournir « un business model réussi et duplicable » et à « accompagner au quotidien chacun des entrepreneurs rejoignant le réseau ».

Comment voyez-vous votre collaboration avec les futurs franchisés ? 

Chez les Berthom, tout commence par « une communication transparente sur l’orientation de l’enseigne et ses projets », afin de s’assurer que le franchiseur comme le franchisé souhaitent s’engager dans le même sens. 

Le retour d’expérience s’avère également déterminant pour le créateur des Berthom, qui privilégie le « partage des performances et des bonnes pratiques pour tirer chacun vers le haut ». Une façon également de se soutenir collectivement, afin « d’aider chacun à performer et surmonter ses difficultés ».

Quelles qualités recherchez-vous chez vos futurs franchisés ?

Comme le souligne Herbert Grégoire, la franchise est une « histoire de relations humaines » et une aventure de longue haleine, puisque le partenariat durera au moins 9 ans. Il est donc primordial de déterminer si franchiseur et franchisés auront envie de collaborer sur le long terme, si le candidat « peut représenter les valeurs de la marque au quotidien » et s’il est sensible à l’exigence portée sur la relation client.

Pour que votre candidature ait une chance d’être retenue, vous devez être « un super-commerçant », partager les valeurs GPS du réseau, avoir la « rigueur et l’envie de travailler, la curiosité des autres et la vivacité d’esprit ». 

Vous devez prouver votre connaissance du concept et votre adhésion sans réserve à ses spécificités, en ayant notamment déjà fréquenté l’un des établissements comme client. 

Bien entendu, des « compétences dans la gestion d’un bar et le management » constituent des prérequis indispensables pour intégrer le réseau !

Comment se déroule le processus d’intégration au sein du réseau les Berthom ?

Une fois que le candidat a rencontré et échangé avec l’équipe franchise, il entre dans le parcours de recrutement. Comme l’explique le fondateur, ce « programme lui permet de découvrir les Berthom et le métier de franchisé de A à Z, et de se projeter ou non ».

Le programme débute avec un jour d’immersion en filiale, suivi d’un « rapport d’étonnement pour échanger sur cette expérience ». Le fondateur et l’équipe de direction, qui composent le comité de recrutement des franchisés, fixent alors un rendez-vous au candidat, pour la transmission et l’explication du Document d'information précontractuelle (DIP).

Une fois le DIP signé, le franchiseur met tout en œuvre pour « accompagner le candidat dans le montage de son projet ». Et pour lui « apporter toutes les compétences requises à la réussite de son ouverture, il suivra une formation initiale complète ».

Quelle vision avez-vous de l'avenir de votre réseau ? 

L’avenir des Berthom, c’est avant tout « un collectif de personnes animées par des valeurs communes : la Générosité, la Positivité et la Simplicité », comme l’affirme le fondateur. Chaque membre du réseau doit travailler pour développer des établissements performants et « atteindre l’objectif principal : faire passer le meilleur moment de leur journée aux clients ».

L’ambition affichée d’Herbert Grégoire est donc de « devenir l’enseigne de bars référence en matière de relation et de réputation client, avec l’objectif d'atteindre les 40 établissements en 2030 ».

Envie d’en savoir plus sur les Berthom ? Consultez la fiche enseigne !

Mots clés :
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Note 5,0/5 - 3 avis

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top