logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Développement international de votre réseau : avez-vous pensé à tout ?

Quelques points à surveiller avant de se lancer en masterfranchise

Modifié le - Publié le

Vous êtes franchiseur et vous avez élaboré un concept que vous avez pu développer en France par le biais d’un réseau de franchisés. Vous pensez maintenant à développer votre réseau à l’étranger afin de booster votre image de marque et votre notoriété et de donner un nouveau souffle à votre croissance. Vous avez pris des premiers contacts, dans plusieurs pays et vous pensez être prêt à vous lancer. Voici quelques points à surveiller avant de vous lancer en master franchise pour garantir la réussite de votre développement international.

La nécessaire adaptation du concept au marché local

Conseils sur le développement international de votre réseauC’est l’un des principaux enjeux de l’internationalisation d’une franchise : l’adaptation du concept au marché local. Il suffit pour s’en convaincre de se souvenir que même les grands groupes mondiaux de l’agroalimentaires adaptent non seulement leur offre mais aussi leurs produits, leur communication et parfois même les recettes aux différents pays dans lesquels ils sont implantés : Mac Donald’s et Coca Cola par exemple, pour ne citer que ceux-là. Ainsi, lors de son déploiement en Inde, couronné de succès au demeurant, l’enseigne Mac Donald’s a non seulement repensé le nom de ses produits mais a également changé ses recettes (par exemple pour remplacer le bœuf par du poulet, la vache étant sacrée pour des millions d’Indiens) et a créé, ce qui paraît impensable en Occident, des restaurant 100% végétariens. Cette stratégie permet au géant américain de s’implanter dans un pays dont la culture et les traditions culinaires sont en théorie diamétralement opposées à son offre initiale !

Dès lors, avant de développer sa franchise à l’international, il ne s’agit pas seulement de collecter sur internet quelques renseignements sur le marché et les habitudes locales puis de traduire le manuel opératoire ou le site internet. Il ne s’agit pas non seulement de faire réaliser une étude de marché par une entreprise spécialisée. Il s’agit de véritablement faire évoluer le concept, dans toutes ses dimensions, afin qu’il corresponde aux habitudes de consommation de la cible, dans le pays de destination, aux concurrents, à la culture locale, etc. Concept architectural, recettes, méthodes de fabrication, méthodes de vente, techniques de management, positionnement tarifaire, etc. : tout doit être réfléchi minutieusement afin de ne pas commettre d’impair et de véritablement permettre la réitération du succès sur un nouveau territoire.

Pour cela, il est absolument indispensable de trouver localement un partenaire, futur master-franchisé, qui sera chargé dans un premier temps d’effectuer, en collaboration avec la tête de réseau, l’ensemble de ces démarches exigeantes au cours desquelles rien ne doit être laissé au hasard. Même les plus grandes entreprises ont déjà connu de sérieux échecs marketing pour ne pas avoir pensé à tout : une traduction malheureuse, le détournement malvenu d’un symbole de la culture locale, un nom de produit qui veut dire totalement autre chose dans la langue/la culture locale, etc. Schweppes distribuant une boisson traduite en Italie par « Eau de toilettes », Puma obligé de retirer de la vente des chaussures arborant le drapeau des Emirats Arabes Unis (alors que les chaussures sont considérées là-bas comme sales et impures), Ikea dont les noms de certains produits avaient des connotations fortement sexuelles en Thaïlande, etc.

La différence entre ces grands groupes internationaux et votre enseigne, c’est que ces derniers peuvent se permettre quelques échecs marketing ; compte tenu du coût induit par une internationalisation, il n’est pas sûr en revanche que votre enseigne, elle, se relève d’une erreur de ce genre au lancement à l’étranger de votre franchise.

Par ailleurs, le positionnement marketing peut également représenter un enjeu majeur du développement international d’une franchise. Il est possible en effet qu’un positionnement moyen de gamme dans le pays d’origine devienne un positionnement haut-de-gamme ou, a contrario, bas de gamme dans le pays cible. Et ce, tant pour des questions de positionnement tarifaire que d’image de marque : une même identité visuelle, une même typologie de produits ou de prestations peuvent changer radicalement de positionnement selon la culture et la concurrence du pays dans lequel une marque se développe !

Ainsi, pour ce qui concerne les éléments qui caractérisent votre concept et votre savoir-faire, etc., vous devez

  • Faire réaliser localement une étude de marché, et faire traduire votre manuel opératoire ;
  • Demander à un partenaire local de travailler sur l’adaptation du concept au marché local, et organiser la protection de vos droits de propriété intellectuelle et l’adaptation de vos supports juridiques.

L’analyse des coûts induits par l’internationalisation de l’enseigne

On l’a rapidement évoqué plus haut mais ce seul aspect mérite qu’on s’y attarde un peu : le développement d’une enseigne en franchise à l’international représente un investissement absolument considérable d’une part et induit des coûts de gestion supplémentaires d’autre part. Certes, en théorie, une fois le développement international lancé, la rentabilité doit finir par arriver. Mais en attendant, il est indispensable d’établir avec précision un prévisionnel financier de ce développement à l’étranger afin d’avoir les épaules suffisamment solides pour en supporter les coûts en attendant la rentabilité.

Egalement, on pense notamment au prêt-à-porter, secteur dans lequel, bien souvent, les produits sont conçus dans le pays d’origine de l’enseigne mais fabriqués dans des pays à bas coût disposant d’un tissus industriel spécialisé, le développement d’une enseigne à l’international peut impliquer des coûts logistiques importants (ou au contraire moindre) et, surtout, relever de législations fiscales spécifiques. Il convient dès lors d’anticiper le choix des transporteurs, les coûts de transports, les droits de douane, etc.

Etude de marché, analyse légale et fiscale, traduction du concept et des supports juridiques, agence de communication locale, cabinet de recrutement, éventuelle création d’un atelier de fabrication de produits, embauche d’une équipe dédiée à la gestion de l’international, négociation de droits, mise en place de partenariats, campagne de communication, etc. : les postes de dépense, avant même l’encaissement des droits d’entrée du master-franchisé, sont nombreux, exigeants et représentent des sommes considérables. En outre, par la suite, la tête de réseau doit assurer au master-franchisé la même qualité d’assistance et de suivi qu’aux franchisés nationaux. Ce qui induit des frais de gestion supplémentaires, avant même d’avoir perçu les premières redevances du master franchisé.

Ainsi, à titre d’information, en général, le développement international d’une enseigne de franchise représente plusieurs millions d’euros d’investissement au départ, tant du côté du master-franchisé que du franchiseur !

Dès lors, pour ce qui concerne les flux de marchandises et les flux financiers, vous devez :

  • Vérifier la fiscalité et les droits de douane éventuellement applicables dans le pays et redéfinir sur cette base (ainsi que sur la base de l’analyse de la concurrence et de votre stratégie marketing, cela va de soi) les prix des produits et les niveaux de redevances ;
  • Sur la base du nouveau concept, des coûts induits, y compris fiscaux et douaniers, le rôle de chacun des partenaires, la règlementation des changes éventuellement applicable, remettre à plat tous les flux liés à ce développement, leur qualification et les prix correspondants.

L’indispensable prise en compte des législations locales

Le document d’information précontractuelle (DIP) est obligatoire en France mais pas dans de nombreux pays. Chaque pays a sa propre législation concernant la franchise ou le commerce organisé. La création d’entreprise exige des démarches totalement différentes selon les pays, de même que l’embauche de salariés. Votre marque peut ne pas être protégée dans le pays dans lequel vous souhaitez vous implanter ; voire elle peut être déjà utilisée par une autre entreprise à l’activité totalement différente. Certaines prestations ou certains produits peuvent être interdits ou être soumis à des législations spécifiques. Etc.

Reprenons l’exemple du prêt-à-porter, évoqué plus haut (mais l’exemple fonctionne aussi bien pour une enseigne d’ameublement, de jouets pour enfants, de construction de maisons ou de rénovation, etc.) : s’il existe quelques règles internationales concernant les normes de fabrication des produits, le plus souvent, les produits doivent répondre à des normes locales (CE et NF en France par exemple). Ne pas tenir compte de ces contraintes revient à courir droit à l’échec ! On peut d’ailleurs faire un parallèle avec la France où il est obligatoire, dès lors que l’on fait de la publicité pour un produits alimentaire, d’intégrer les mentions « mangerbouger » (5 fruits et légumes par jour, ne pas manger trop gras, etc.). En France toujours, tout prospectus doit inviter les utilisateurs à ne pas jeter le support de communication sur la voie publique. La publicité pour le tabac et l’alcool est interdite (sous conditions), la vente d’alcool est soumise à des législations particulières, y compris pour un restaurant ou un bar, etc. Bref : pour se convaincre de la nécessité d’analyser en profondeur les moindres détails de la législation applicable aux produits/services que vous souhaitez distribuer dans un pays cible, il suffit de regarder le cas français : pour ne pas être pénalisées, les enseignes étrangères qui se sont implantées dans l’Hexagone ont dû se plier à notre réglementation. Il faut donc trouver des partenaires en mesure de vous conseiller sur les normes en vigueur dans le pays cible.

Sur ce point encore, non seulement vous devez vérifier s’il existe une législation spécifique à la franchise dans le pays considéré, afin de modifier votre contrat de franchise pour le transformer en contrat de master franchise, mais en plus vous devez faire adapter vos supports juridiques pour tenir compte de toutes dispositions locales d’ordre public qui seraient applicables. Vous devez enfin étudier la réorganisation de la détention de votre marque et la création d’une structure dédiée au développement international.

Se préparer pour ne pas compromettre la pérennité de sa franchise

Il convient par conséquent de garder en tête que, même si cette étape peut paraître longue, pénible et lourde, sur le plan administratif notamment, elle permet de ne pas compromettre le développement international de votre enseigne. Trop d’enseignes se sont précipitées, parce qu’elles avaient trouvé un master-franchisé désireux de développer au plus vite un concept séduisant sur un nouveau territoire ou parce qu’elles souhaitaient prendre de court un concurrent agressif en matière de développement international, et ont fini par disparaître purement et simplement. N’oublions pas qu’un développement à l’étranger peut représenter des millions d’euros d’investissement !

De la même manière, il est primordial de sélectionner avec le plus grand soin son master-franchisé ainsi que l’ensemble de ses partenaires locaux (agence de communication et marketing, juristes, cabinet de recrutement, avocats, experts-comptables, etc.). Le succès de l’internationalisation de votre enseigne dépendra en effet quasi exclusivement de leurs compétences, de leur investissement et de leur capacité à pérenniser votre concept adapté dans leur pays. Ici encore, donc, il faut éviter la précipitation, analyser tous les profils et les expériences de ces partenaires locaux, rencontrer plusieurs candidats à la master-franchise, faire jouer la concurrence entre les prestataires, établir des cahiers des charges extrêmement précis et encadrer de manière rigoureuse les recours possibles en cas de non-respect de ces cahiers des charges et autres lettres de mission, etc.

Un développement préparé peut certes prendre un peu plus de temps et nécessiter des coûts supplémentaires. Mais cela constituera une base plus solide pour assurer un développement pérenne et donc plus profitable, du réseau. Définir des objectifs, identifier les contraintes mais également les opportunités permettra de mettre en place l’organisation adaptée pour atteindre sereinement le but fixé.

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Note 5/5 - 2 avis

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top