logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Le bio ne connait pas la crise !

Selon les résultats du 10e baromètre Agence BIO / CSA 2012, 64 % des français ont consommé bio en 2012 et 43 % au moins une fois par mois !

Publié le

Chaque année qui passe, le bio rentre de plus en plus dans les foyers français. C'est le constat dressé par le 10e baromètre Agence BIO / CSA. Et de fait, l'enquête insiste sur un point : le bio est une vraie tendance qui s'affirme puisque 71 % des Français déclarent privilégier les produits respectueux de l'environnement et/ou du développement durable lorsqu'ils effectuent leurs achats. Un chiffre en recrudescence puisqu'ils n'étaient que 66 % en 2011 !


Des fréquences d'achat en plein boom

Comme le souligne le 10e baromètre de l'Agence BIO, 64% des Français ont consommé bio en 2012 et la part des consommateurs réguliers (au moins une fois par mois) s’élève à 43 % alors qu’elle était de 37 % en 2003 et de 40 % en 2011. « 8 % des Français sont des « Bio quotidiens », ce sont les plus assidus. 15 % des Français sont des « Bio hebdos », c’est à dire qu’ils mangent bio au moins une fois par semaine. 20 % sont des « Bio mensuels » : ils consomment des produits bio au moins une fois par mois.
Enfin, 21 % des Français sont des « Bio occasionnels », ils consomment bio de temps en temps. » En 2012, près de 4 foyers sur 10 (38 %) ont acheté régulièrement bio malgré le contexte économique difficile. En 2011, ils étaient 33 % à l’avoir fait. On note donc une hausse significative du taux de foyers français acheteurs réguliers de Bio en 2012 par rapport à 2011puisque le taux de foyers acheteurs de Bio a progressé de 5 points en 1 an malgré la crise.
Et les intentions pour les prochains mois restent orientées à la hausse : 81 % des répondants affirment ainsi qu’ils maintiendront leur consommation de produits bio dans les 6 mois suivant l’enquête (novembre 2012) tandis que 13 % envisagent même de l’augmenter. « Parmi ces derniers, 42% ont l’intention d’accroître leur consommation de fruits et légumes bio. Seuls 4% envisagent de la restreindre. »


Une demande hors foyer en augmentation

Autre signe important d'une vraie tendance de fond, le bio au-delà de chez soi est en forte demande. Ainsi, 68 % des sondés se disent intéressés par des repas intégrant des produits bio dans les hôpitaux (62 % en 2011), 63 % dans les maisons de retraite (60 % en 2011), 63 % dans les centres de vacances (50 % en 2011), 58 % dans les restaurants et 47 % en restauration rapide ou à emporter. « Les actifs sont 59 % à souhaiter l’intégration de produits bio dans le cadre de leur vie professionnelle : que ce soit sur leur lieu de travail, à la cantine ou au restaurant d’entreprise.

Ils étaient 53 % en 2011. De leurs côtés, 75 % des parents désirent des repas avec des produits bio à l’école. » Les motivations de l'achat bio dans l'alimentaire sont : La santé et la sécurité de soi et de ses proches : « préserver ma santé » (90 %), « pour ma sécurité, être certain que les produits sont sains » (87 %). Le fait d’avoir des enfants est également une motivation très forte : 67 % des parents consommateurs de produits bio le font pour leurs enfants. La qualité et le goût des produits est aussi une motivation forte pour 87 % des consommateurs acheteurs.
La responsabilité morale des consommateurs enfin reste importante « pour préserver l’environnement » par sa consommation de produits biologiques (84 %), « pour le bien être animal » (72 %) et « pour des raisons éthiques » (56 %).


Du bio alimentaire mais pas seulement

Globalement, les consommateurs acheteurs de bio consomment en moyenne près de 7 familles de produits bio différents (6,7). Ils consomment en premier lieu des : fruits et légumes bio, à 84 %, des produits laitiers (72%) et des œufs (71 %). Arrivent ensuite les produits d’épicerie et l’huile (58 %), les boissons (44 %) et la viande (43 %). L’achat de produits biologiques autres qu’alimentaires augmente en 2012 : 1 Français sur 2 déclare en acheter (49 % vs 44 % en 2011). Il s’agit principalement de produits d'entretien ménagers (38 %) et de produits cosmétiques et d'hygiène (28 %). La tendance est encore plus marquée chez les consommateurs acheteurs de produits bio : 79 % d’entre eux déclarent avoir acheté au minimum un produit bio autre qu’alimentaire en 2012.
Comme pour l’ensemble des Français, il s’agit en majorité de produits d’entretien ménager bio (66 %). Tous ces produits sont principalement achetés en circuit de vente généraliste. 80 % des consommateurs achètent désormais des produits bio en GMS (65 % en 2011). « Les marchés quant à eux perdent du terrain avec 32 % de consommateurs-acheteurs de bio » contre 43 % en 2011. Viennent ensuite et comme les années passées, la ferme (26 %), les magasins spécialisés (25 %), les artisans (23 %).


Les 5 profils de consommateurs bio

Pour la première fois de son histoire, le baromètre de l'Agence Bio dresse le portrait des consommateurs acheteurs bio :

  • Les Bio-quotidiens (8 % des Français, 22 % des consommateurs réguliers de produits bio) : Convaincus par la Bio depuis longtemps (18 ans en moyenne), les Bio-quotidiens voient le bio comme une valeur ancrée dans les habitudes familiales. Leurs paniers bio contient en moyenne 9 familles de produits différents. Ils sont 43% a avoir augmenté leur budget bio en 2012 (vs 31% en moyenne générale). Bien informés sur la Bio ils sont plus âgés que la moyenne des Français (52 ans en moyenne (vs 47 ans) et ils sont significativement plus présents dans les communes rurales de moins de 10 000 habitants.

  • Les Bio-hebdos (15 % des Français, 41 % des consommateurs réguliers de produits bio) : Convaincus par les produits bio depuis 12 ans en moyenne, les Bio-hebdos se déclarent bien informés sur la Bio : 78 % contre 54 % des Français. Les « Bio hebdos » consomment bio une à plusieurs fois par semaine, ils n’ont plus que quelques pas à faire pour intégrer la catégorie des « Bio quotidiens ». Ce sont des « Bio citadins » actifs que l'on rencontre principalement en région parisienne où il sont un peu plus représentés : 25 % habitent en région parisienne contre 19 % de la population française. Ce profil de consommateurs achète en moyenne 7 familles de produits bio différentes.

  • Les Bio-mensuels (20 % des Français, 37 % des consommateurs réguliers de produits bio) : Ce profil consomme bio depuis moins longtemps que la moyenne des consommateurs (8 ans vs 12 ans). Malgré une très bonne perception des produits bio, les Bio-mensuels manquent d'information sur les produits et se fient essentiellement à l'étiquette AB. Plus convaincus par les arguments développés autour du respect de l'environnement, ils s'inscrivent dans une logique d'achat responsable. La catégorie des « Bio mensuels » réunit les Français consommant bio au moins une fois par mois. Les « Bio mensuels » sont à l’image de la population française en moyenne. Ils consomment en moyenne 5 familles de produits bio différents.

  • Les Bio-occasionnels (21 % des Français) : S’estimant à 50 % insuffisamment informés sur la Bio, (vs 44% des Français), les Bio-occasionnels achètent peu de produits bio, essentiellement parce qu’ils estiment que leur prix est trop élevé (83 % ) et qu’ils n’ont pas le réflexe d’en acheter (76 %). Les « Bio occasionnels » consomment bio moins d’1 fois par mois. Ils se situent dans toutes les catégories de la population française que ce soit en termes d’âge, de sexe, de profession ou de lieu d’habitation.

  • Les Non-consommateurs (36 % des Français) : Désintéressés des problématiques alimentaires et environnementales, les Non-consommateurs sont de moins en moins nombreux (36 % en 2012 vs 46 % en 2003). Cette catégorie rassemble une grande part de 15 24 ans (19 % vs 15 % des Français) ainsi que de nombreux ouvriers (21 % des Non consommateurs vs 14 % des Français) et des inactifs, autres que retraités (20 % vs 16 %). Ils sont sur représentés dans les agglomérations de 2 000 à 20 000 habitants (22 % vs 17 % des Français) et de 20 000 à 100 000 habitants (20 % vs 14 %). Ils sont peu représentés dans les grandes agglomérations.

Dominique André-Chaigneau, Toute La Franchise©

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top