logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeIcon/playICON/24/pinicon-my-accounticon-metas-turnovericon-metas-ticketicon-metas-moneyicon-metas-investmenticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-contributions-trainingicon-contributions-funding-assistanceicon-contributions-franchiseicon-checkicon-carticon-arrow-right-thinicon-arrow-linkicon-alerticon-action-close

Faire le point sur ses compétences et ses capacités financières

Se poser les bonnes questions avant de devenir franchisé

Publié le

Si, comme 1 Français sur 3 qui envisageait de créer ou reprendre une entreprise début 2020, et si, comme 2500 entrepreneurs en moyenne chaque année, vous souhaitez concrétiser ce projet en franchise, alors vous devez impérativement, au préalable, faire le point sur vos compétences d’une part et sur vos capacités financières d’autre part. Explications.

Faire le point sur ses compétences et ses capacités financières

Faire un bilan de compétences entrepreneuriales

Avant d’envisager de créer une entreprise en franchise, il paraît indispensable de procéder à un bilan de compétences entrepreneuriales, que ce soit de manière formelle (en passant par un organisme dédié) ou informelle, en faisant le point de manière autonome.

L’objectif d’une telle démarche est quadruple : formaliser sa vision de l’entrepreneuriat, faire le point sur ses motivations, détailler les implications pratiques de ce changement de vie, évaluer les possibilités de transfert de compétences vers le nouveau métier.

Formaliser sa vision de l’entrepreneuriat

Avant même d’évoquer ses compétences purement techniques, il est indispensable, avant de créer son entreprise en franchise, de formaliser sa vision de l’entrepreneuriat : quelles tâches et quelles missions s’attend-on à accomplir ? Quel équilibre vie privée/vie professionnelle s’attend-on à avoir ? Quelle rémunération s’attend-on à percevoir ? Quelle reconnaissance sociale s’attend-on à obtenir ?

L’objectif de cette étape est à la fois de confronter sa vision de l’entrepreneuriat à la réalité, lors des premiers entretiens avec les franchiseurs, mais aussi de prendre du recul par rapport à ses propres attentes. Et ce, afin de vérifier leur validité et/ou de ne pas être déçu une fois devenu entrepreneur.

Faire le point sur ses motivations pour créer une entreprise

Il en va de même pour les motivations. Souhaite-t-on avant tout de l’indépendance ? Plus d’argent ? Se constituer un patrimoine à transmettre ou à céder au moment de la retraite ? Une nouvelle expérience et un nouveau défi pour retrouver l’envie et l’énergie de s’investir ? Un meilleur équilibre vie privée/vie professionnelle ?

Une fois encore, connaître précisément ses motivations permettra d’être plus efficace dans les futurs entretiens avec les franchiseurs, et avant cela dans son choix d’enseigne. En effet :

  • Toutes les franchises ne permettent pas de se dégager rapidement une rémunération importante ;
  • Le niveau d’indépendance des franchisés dépend également de l’enseigne sélectionnée ;
  • Certaines enseignes attendent de leurs franchisés un important investissement personnel peu compatible avec un meilleur équilibre vie privée/vie pro ;
  • Etc.

Dès lors, si ces questions paraissent éloignées du sujet, en réalité, elles sont cruciales pour le bon déroulement des étapes suivantes de votre parcours pour devenir franchisé.

Faire le point sur ce que la création d’entreprise impliquera réellement comme changements

L’objectif ici est de remettre en question votre vision de l’entrepreneuriat en franchise, mais aussi de détailler les compétences, savoir-faire, savoir-être et connaissances requises pour exercer le métier de chef d’entreprise dans le secteur d’activité que vous allez choisir lors de la prochaine étape.

En effet, entrepreneur est un métier à part entière qui implique des compétences en gestion administrative, comptable et financières, en management, en vente, en marketing, en communication, etc. Ce métier implique également des savoir-être : engagement, recul critique, dynamisme, écoute, empathie, leadership, etc.

En somme, devenir franchisé, c’est embrasser deux métiers différents et complémentaires : celui de chef d’entreprise et celui exercé par l’enseigne (restauration, services à la personne, vente de prêt-à-porter, etc.).

Évaluer le transfert des compétences acquises vers l’entrepreneuriat

Lors de cette dernière étape de votre bilan de compétences entrepreneuriales, vous devez analyser votre expérience professionnelle, identifier et lister les compétences et savoir-faire acquis et extraire celles et ceux qui sont transférables dans votre nouveau métier de franchisé. Et ce, de manière à les mettre en regard des compétences et savoir-faire identifiés précédemment comme indispensables.

Grâce à cela, vous aurez pu identifier les points forts et les points faibles de votre projet de création d’entreprise en franchise : les ressources, connaissances, expériences et compétences transférables mais aussi les lacunes à combler pour mener à bien le projet dans les meilleures conditions.

Il convient en outre de garder en tête que la création d’entreprise en franchise ne correspond pas à tout le monde. Être franchisé implique en effet non seulement d’avoir un fort esprit entrepreneurial, d’être capable de supporter un stress parfois important, d’être force de proposition et proactif mais aussi d’accepter les règles de fonctionnement de l’enseigne.

Quand on est franchisé, on est un entrepreneur indépendant soumis à un cahier des charges strict : le concept de l’enseigne. Il faut donc accepter de se remettre en question en permanence et accepter de recevoir, en cas de sortie de route, des consignes émanant des équipes de la tête de réseau.

Que faire face à ce bilan de compétences ?

Sachant que le métier propre à l’enseigne vous sera transmis par le franchiseur lors de la formation initiale obligatoire, une fois que vous avez dressé le bilan de vos compétences au regard de votre projet de création d’entreprise en franchise, trois options s’offrent à vous :

  • Vous cherchez des enseignes qui correspondent à votre profil. Ainsi, vous êtes sûr de la compatibilité entre votre candidature et les attentes de l’enseigne, sans avoir de démarche supplémentaire à effectuer.
  • Vous comblez vos lacunes par des formations préalables à votre candidature, par exemple en utilisant votre CPF. De cette manière, vous élargissez vos choix d’enseignes lors de vos recherches.
  • Vous ciblez des enseignes qui vous plaisent, indépendamment de vos forces et faiblesses identifiées lors de ce bilan de compétences. 

Dans ce dernier cas, il est possible que des franchiseurs vous demandent de vous former sur certains points avant de candidater de nouveau. Certaines enseignes peuvent également proposer des formations sur-mesure, sur la base de vos faiblesses déjà identifiées. Cette option vous permet de mieux cibler les lacunes à combler.

Faire le point sur ses capacités financières

Devenir franchisé exige un certain nombre de compétences mais exige aussi un apport personnel. Cet apport personnel permet de financer les droits d’entrée dans le réseau et sert également de levier pour effectuer un emprunt. Or, s’il est une règle d’or en matière de création d’entreprise, c’est que l’on ne doit pas s’appauvrir en créant son entreprise.

Il convient par conséquent d’analyser précisément ses capacités financières : il est impensable de placer toutes ses économies dans un projet de création d’entreprise en franchise. Et ce, même si les risques de défaillance sont plus faibles en franchise qu’en indépendant.

Une fois encore, plusieurs options s’offrent à vous :

  • Vous ne sélectionnez que des enseignes qui demandent un apport personnel en accord avec vos capacités financières.
  • Vous cherchez vous-même les aides auxquelles vous pouvez prétendre et/ou cherchez des associés pour vous épauler financièrement dans votre projet afin d’élargir vos possibilités de choix d’enseignes.
  • Vous rencontrez des franchiseurs, même si l’apport qu’ils exigent est plus élevé que vos capacités financières et vous échangez avec eux pour trouver des solutions de financements complémentaires.

Plus risquée, cette dernière option peut cependant se révéler efficace : en effet, les franchiseurs disposent souvent de services dédiés à l’accompagnement des candidats dans leur recherche de financements.

Notez en outre qu’une dernière option consiste à demander si les franchiseurs sont disposés ou proposent déjà des solutions de location-gérance, alternative transitoire permettant aux candidats disposant de peu de fonds de débuter leur intégration dans le réseau en se constituant un capital avant de devenir franchisés à part entière.

Une fois que vous avez fait le point sur vos capacités financières et vos compétences, vous pouvez passer à l’étape suivante : sélectionner votre secteur d’activité en franchise.

Mots clés :
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Note 5,0/5 - 4 avis

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top