logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Le paiement sans contact ?

Les français encore peu concernés par la question !

Publié le

Le paiement sans contact tel qu'il est développé actuellement s'articule autour de deux supports monétiques : le smartphone et la carte NFC. Dans les deux cas, le paiement est limité à une somme minime (20 € maximum), ceci explique pourquoi l'on associe souvent le paiement sans contact avec le porte-monnaie électronique.

Pour l'utilisateur, pour payer sans contact, il suffit d'approcher à moins de 4 cm le smartphone ou la carte NFC d'un terminal spécial. La transaction est réalisée suite aux échanges entre le lecteur et le support NFC par radiofréquence. L'intérêt majeur de cette technologie est qu'elle permet (comme Monéo) de payer sans manipuler de liquide dès le 1er euro. Le paiement sans contact permet ainsi de prendre le relais de la carte bancaire classique sur les petites sommes.
L'autre avantage de taille de cette nouvelle technologie est qu'elle permet de pouvoir payer sans contact, donc sans avoir à taper un code confidentiel. La manipulation est ainsi simplifiée. Et si actuellement le paiement sans contact ne se décline qu'en version extérieure, avec un lecteur tiers, des applications sont également en cours de développement pour que cette technologie puisse se décliner chez soi via un lecteur à domicile relié à un PC. Ces applications qui viendront certainement prochainement chez monsieur et madame tout le monde, devraient dit-on, bousculer et doper par la même occasion les sites de e-commerce...


La France, toujours en phase d'expérimentation

Si au Japon et aux Etats-Unis, le paiement sans contact est en plein développement, en France, les choses en sont toujours au stade de l'expérimentation. Certes, les initiatives se multiplient un peu partout en France ces derniers mois, mais nous sommes encore loin du compte même si, on le sent, toutes les attentions sont portées sur cette technologie par les grands noms de la banque, de la téléphonie et de l'informatique.

Les principaux projets pilotes sont là pour en attester et notamment le dispositif Citizy porté par un conglomérat de sociétés high-tech et par Visa. Lancé en mai 2010 à Nice, ce dispositif a été étendu à Strasbourg depuis octobre 2011 pour le paiement des horodateurs. Et Visa annonce déjà le lancement à l'automne prochain d'une solution de portefeuille électronique baptisée « V.me » qui devrait sans nul doute faire date.
En face, Mastercard n'est pas en reste, on s'en doute. Ainsi, l'autre poids lourd sur le marché, propose en effet depuis quelques jours seulement une solution fédérant l'ensemble des portefeuilles existants à travers son « Paypass Wallet Services ». Ce système va plus loin que les autres en associant paiement en magasin déjà existant, en ligne et mobile. Petit bémol toutefois : Cette solution sera disponible dans un premier temps aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Canada et en Australie à partir du troisième trimestre de cette année et devrait être disponible en France courant 2013... seulement ! Outre ces deux grands acteurs internationaux, d'autres expériences commencent à éclore ici et là en France portées par des acteurs franco-français.

Ainsi, en Bretagne une expérience vient tout juste d'être lancée en cette fin de mois de mai sur 5 villes moyennes par le Crédit Agricole (Saint-Brieuc dans les Côtes d’Armor, Quimperlé et Lesneven dans le Finistère, et Pontivy et Ploërmel dans le Morbihan).
La banque a déjà annoncé vouloir élargir le service à Rennes (212 230 habitants), dès le mois de septembre 2012. A l'aéroport de Toulouse aussi, une expérience d'utilisation du NFC vient tout juste de débuter grâce à la collaboration de Orange, RIM et Sita (communication dans l'aérien). Cette expérience ne concerne dans l'immédiat qu'une cinquantaine de voyageurs réguliers possédant un BlackBerry compatible NFC... De son côté, Apple vient d'annoncer que son prochain iPhone 5 sera sans doute sur un modèle bluetooth plutôt que NFC. La bataille comme on le voit, ne fait que commencer !

Des consommateurs encore frileux pour payer sans contact

Selon la note d'analyse de la direction des solutions digitales de l'institut de sondage CSA, si le paiement sans contact attise déjà les stratégies des grands opérateurs, le grand public lui n'est pour l'instant pas encore aussi enthousiaste. Et si « le concept commence à faire parler de lui » puisque « 69% des possesseurs de Smartphone français déclarent avoir déjà entendu parler de paiement sans contact et de la technologie NFC ».
Ce chiffre important cache toutefois des niveaux d’information différents : « s’ils sont 23 % à en avoir entendu parler plusieurs fois, ils sont en revanche 46 % à n’en avoir que « vaguement » entendu parler. Cette tendance confirme les chiffres publiés quelques semaines plus tôt par l'IFOP. Les Français s'intéressent peu à la question, et quand ils s'y intéressent, ce n'est pas forcément du côté positif mais du côté négatif.

Ainsi selon l'IFOP, 64 % des Français interrogés en 2012 (contre 59 % en 2011) sont assez voire totalement opposés au paiement sans contact. Les sondés préfèrent, et de loin, les technologies reposant sur la biométrie. 69 % des sondés se disent ainsi pour le remplacement du code de la carte bancaire par la lecture de l'empreinte digitale. Le principal frein à la généralisation de l'usage du NFC tient essentiellement à des questions de sécurité.
Et en effet, quid du porte-monnaie électronique si l'on se fait voler son smartphone ? La question de la sureté de l'utilisation est aussi très discutée, notamment depuis l'alerte lancée par la CNIL (Commission nationale Informatique et Libertés). Cette organisme chargé de veiller au grain informatique en France a ainsi récemment diligenté une enquête officielle sur les cartes bancaires équipées de la technologie NFC. Cette enquête fait suite à une faille de sécurité repérée récemment par un ingénieur spécialisé. Selon lui, les données transférées sans contact entre la carte et le terminal n'étant pas chiffrées elles peuvent être interceptées dans un rayon d’une quinzaine de mètres, par une personne mal intentionnée disposant du matériel adéquat (un amplificateur et une antenne).
Ce problème est lié essentiellement à l'absence d'authentification (le fameux code confidentiel d'une carte bancaire). Des améliorations du système vont donc devoir être faites pour convaincre le grand public d'utiliser ce type de puce NFC.


Quel avenir pour le paiement sans contact ?

Selon le sondage réalisé en début d'année par CSA auprès de 1624 possesseurs de Smartphone, les sondés interrogés ne sont pas encore prêts à sauter le pas de l'achat avec paiement sans contact. Ainsi, seulement 47 % des possesseurs de smartphones aimeraient se voir offrir la possibilité de payer sans contact. A la question « si votre banque vous offrait ce service », 22 % des sondés affirment qu'ils ne l'utiliseraient pas, 53 % qu'ils attendraient d'abord que la technologie s'installe et que d'autres personnes leur fassent un retour d'expérience positif. Reste 25 % de sondés qui affirment qu'ils utiliseraient certainement cette possibilité... soit en bout de compte, 1/4 seulement des possesseurs de smartphone.

Comme on le voit, cette technologie est encore loin d'avoir fait le plein d'adeptes en France. Mais les choses peuvent vite changer, surtout si les acteurs se montrent capables de réinventer de nouveaux produits et services en ajoutant des bénéfices clients, avant et après la transaction.
Sur ce terrain là, les réseaux de franchise auront sans doute quelques bonnes idées notamment en terme de services plus contextualisés et plus personnalisés (accès à l’information produit en magasin, coupons mobiles…) et d'association avec des offres de fidélisation. Selon CSA, le paiement sans contact pourrait bien être finalement « une innovation technologique qui pourrait demain révolutionner le marketing pour des marques en quête permanente de nouveaux outils pour nourrir leur relation avec les consommateurs, et c’est peut-être là le meilleur levier de sa diffusion auprès du grand public. »


Dominique André-Chaigneau, Toute la Franchise©

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top