logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Etes-vous prêt à créer votre entreprise en franchise ?

Publié le
Le pari de se mettre à son compte comporte un vrai risque. En choisissant l'option de la franchise, les risques sont amoindris mais ils ne sont pas totalement absents. Dans un contexte économique délicat, mieux vaut réfléchir longuement avant de prendre une décision qui pourra largement influencée au positif ou au négatif votre vie pendant des années. En répondant objectivement aux questions suivantes, vous y verrez plus clair !

1) Pourquoi souhaitez-vous créer une entreprise ?

La question du pourquoi est primordiale pour choisir entre la création en solo et la création accompagnée d'un réseau de franchise. Le pourquoi est souvent l'héritage d'une expérience. Il résulte du chemin de vie de chacun. Globalement, trois principaux cas sont classiquement répertoriés :

a) Avec votre expérience, c'est dommage de travailler pour un patron : C'est le cas typique du créateur sûr de lui qui arrive au bout d'un cycle et réfléchi mûrement à son avenir. Fort de compétences techniques avérées, le créateur s'imagine déjà sereinement à la tête de son entreprise. Pour ce type de profil, la création en solo semble la meilleure solution a priori, mais attention, se sentir fort dans son métier ne veut pas forcément dire que l'on sera fort pour gérer une entreprise seul ! Outre les capacités techniques nécessaires à un métier, la création d'entreprise implique d'être à l'aise dans une multitude d'autres tâches moins évidentes comme la commercialisation, la publicité, la comptabilité, la gestion des approvisionnements....

En d'autres termes, un excellent mécanicien auto ne fera pas forcément un excellent garagiste ! Un chef de cuisine dont on ne fait que des éloges ne fera pas forcément un bon restaurateur ! Trop souvent les très bons professionnels s'engagent en priorité dans la création en solo alors qu'ils auraient tout intérêt à se rapprocher d'un réseau pour être épaulé sur les tâches annexes au cœur de métier. Bon nombre s'orientent aussi vers la reprise d'une entreprise existante, en franchise ou isolée.

b) Vous souhaitez changer radicalement de vie en devenant votre propre patron : Changer de vie est très souvent la motivation première des créateurs d'entreprise. Sous ce terme assez vaste se cachent de nombreuses situations diverses. Il peut s'agir d'un employé tenté par un congé sabbatique, d'une mère au foyer souhaitant renouer avec une activité... Le changement radical implique une certaine dose de ras le bol de la situation actuelle mais aussi souvent de son métier. Dans la plupart de ces cas, la création d'entreprise est alors synonyme d'une reconversion professionnelle. Le créateur souhaite saisir une opportunité d'affaires. Généralement, la création ne s'appuie plus seulement sur des compétences acquises mais sur une volonté de « faire autre chose ».

La franchise dans ce cas est souvent alléchante puisque le créateur n'a pas vraiment d'idée précise quant à son futur domaine d'activité. Il recherche un secteur d'affaires porteur avec des risques limités où il pourra s'épanouir et gagner correctement sa vie. Le concept éprouvé du franchiseur offre dans ce cas un cadre rassurant pour se lancer. Si la création en solo est toujours possible dans le contexte d'une reconversion, elle nécessite plus de ressort et de volonté de la part du créateur.

c) Les aléas de la vie vous poussent à la création : Cette dernière hypothèse est souvent le lot des cadres en fin de contrat, des personnes brutalement confrontées à une période de chômage ou encore d'une reconversion forcée consécutive à la mutation d'un conjoint. Pour ces profils, la création est une option parmi d'autres. Le changement brutal de leur situation les opposent à des choix rapides pour mieux rebondir. La franchise pour ce type de profil est souvent une solution privilégiée. Le concept déjà bien établi du franchiseur gomme de nombreuses difficultés à l'installation. La franchise est alors considérée comme une opportunité pour rebondir de façon plus encadrée et moins risquée.

2) Que recherchez-vous en créant une entreprise ?

Selon la réponse apportée au « pourquoi » ci-dessus, découle le plus généralement la réponse à cette nouvelle question.

a) Vous souhaitez que vos compétences métier soit valorisées : Lorsque vous vous placez dans le premier profil, votre compétence métier est a priori votre principal atout pour réussir. Si vous êtes un spécialiste de votre secteur d'activité et vous souhaitez valoriser ce capital compétence, la franchise n'est pas a priori votre priorité. Mais, avant d'arrêter votre choix, il peut toutefois être intéressant de remettre à plat vos motivations et vos atouts. En effet, comme nous le disions plus haut, un excellent professionnel ne fera pas toujours un bon patron. Dans la plupart des cas, un bon ouvrier devenu patron aimera rester les « mains dans le cambouis ». S'il ne bénéficie pas de l'appui d'une marque forte pour attirer les clients et d'une aide extérieure pour définir une stratégie commerciale par exemple, son affaire ne pourra vraisemblablement jamais évoluer comme elle le devrait. En s'appuyant sur l'expérience globale d'un réseau de franchise, le créateur aura certainement plus de chance de prendre son envol rapidement. Les conseils dont il bénéficiera au quotidien lui permettront de mieux prendre du recul sur son activité. Il pourra de plus par le biais de la franchise se former à son « métier de patron » notamment pour tout ce qui concerne l'aspect gestion, management de personnels, recrutement, publicité...

b) Vous souhaitez retrouver votre liberté après des années de salariat : Les salariés en reconversion sont souvent dans une logique de liberté. Soumis à la pression d'un patron et d'une hiérarchie, ils aspirent à redevenir maître de leur destin et de leur emploi du temps. Cette soif de liberté est a priori en contradiction avec le fait d'être « cornaquer » et « fliquer » par un franchiseur mais attention, se lancer seul dans une entreprise sous prétexte de rester franc tireur peut s'avérer un mauvais calcul. En effet, face à la réalité, de nombreux créateurs d'entreprises regrettent vite leurs statuts protégés de salariés. Confrontés à toutes sortes de difficultés, la motivation inébranlable des premiers mois s'effrite. En optant pour une entreprise en franchise comme première expérience, le créateur bénéficie d'une aide précieuse à toutes les étapes de son projet. Ce soutien vaut bien quelques sacrifices !

c) Vous souhaitez créer votre propre activité : Face à des difficultés pour retrouver un emploi, la tentation est grande de créer son entreprise pour se créer son propre emploi. Cette situation est le cas typique des femmes au foyer qui ont élevé leurs enfants et qui veulent renouer avec une activité pour gagner en indépendance financière mais aussi sortir de chez elles. Les personnes au chômage depuis quelques mois se placent également dans la même logique. L'ambition de ces créateurs n'est pas de « tout casser » en se mettant à leur compte, mais seulement de renouer avec une vie sociale en acquérant un nouveau statut. Là encore, comme dans le cas précédent, intégrer un réseau de franchise permet d'accélérer le démarrage. Les difficultés étant aplanies par le concept de franchise, la création est facilitée donc rendue plus sûre et sereine.

d) Vous souhaitez améliorer votre situation financière : C'est bien connu, les patrons vivent plus confortablement que les salariés ! A une nuance près toutefois : pour commencer à gagner de l'argent, il faut du temps et de l'énergie. Cela vaut pour toutes les entreprises mais surtout pour les entreprises créées en solo ! En partant de zéro, le challenge à relever est beaucoup plus prenant qu'en partant accompagné ! C'est là l'un des principaux avantages de la franchise. Le concept éprouvé et la marque reconnue mis à disposition par le franchiseur facilitent le démarrage. Mais attention, le créateur devra tout de même retrousser ses manches pour faire fructifier son affaire.

e) Votre souhaitez valoriser un capital : De nombreuses créations d'entreprise ont pour point de départ la vente d'un bien ou encore la survenue d'un héritage. L'argent disponible ouvre d'un coup l'opportunité de changer de vie pour les salariés insatisfaits mais la création peut aussi parfaitement être vécue comme une aventure à mener à côté de son activité précédente. Le créateur est alors plus dans une logique d'investisseur. Il apporte les fonds nécessaires à la création sans s'impliquer personnellement à plein temps dans son fonctionnement. Pour ce type de profil, la franchise est sans conteste une voie royale. Certains concepts peuvent en effet largement être délégués à des employés ou être uniquement gérés comme un centre de profit (concept d'hôtel bureau par exemple).

3) Comment imaginez-vous votre entreprise dans 5 ou 10 ans ?

Selon la motivation qui a présidé à la création, l'entrepreneur peut viser des résultats complètement différents. Le fait de se projeter dans l'avenir est un bon test pour savoir si oui ou non, la création en franchise est à privilégier. Par delà le moment de création, la franchise peut offrir de belles opportunités de réussite (multifranchises notamment), mais attention, tout créateur doit savoir raison gardée ! En solo ou en franchise, créer et gérer une entreprise reste un exercice à haut risque pour qui veut brûler les étapes.

a) Dans 5 ou 10 ans, je serais à la retraite : Si la création de votre première entreprise est tardive, vous n'allez pas avoir à l'évidence les mêmes ambitions qu'un « jeune loup » trentenaire. Pour vous, la sûreté est le maitre mot pour mieux aller jusqu'à la retraite et transmettre votre affaire dans les meilleurs conditions à vos enfants. Dans votre cas, la franchise est à privilégier puisqu'elle va vous permettre de mener une reconversion sans trop de risques en bénéficiant d'un accompagnement sécurisant.

b) Dans 5 ou 10 ans ? Je revends tout et je me lance dans autre chose : Si votre ambition en créant une entreprise est de vous forger une nouvelle expérience dans un chemin de vie non linéaire, la franchise peut vous permettre de vous mettre le pied à l'étrier en limitant les risques. La création en solo peut aussi s'envisager dans votre cas puisque l'épisode de création n'est pas voué à être pérenne. Il répond à une envie ponctuelle de rebondir en tentant une nouvelle aventure. Cette ambition est le cas typique du profil de l'auto-entrepreneur pas tout à fait sûr de sa décision mais qui espère bien toutefois réussir.

c) Dans 5 ou 10 ans, je compte bien toujours être patron : Si la création a une vocation pérenne, qu'elle s'inscrit notamment dans l'hypothèse d'une création de sa propre activité, le meilleur choix est de tenter la franchise pour mieux s'appuyer sur l'expérience du franchiseur. En solo, la création de sa propre activité sur le long terme est également possible mais souvent moins évidente à mener.

Dominique, Journaliste toute-la-franchise.com ©
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top