logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-carticon-action-close
Financer votre projet

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette

L’entrepreneuriat au féminin : un parcours semé de défis !

Focus sur les difficultés rencontrées par les femmes dans la création d’entreprise

Modifié le - Publié le
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Alors que, selon un rapport du Forum Economique Mondial, au rythme d’évolution actuelle, il faudrait plus de 200 ans pour atteindre une véritable parité dans le monde, la France a quant à elle été félicitée par la Banque Mondiale pour ses engagements en faveur de cette parité. De fait, selon le Secrétariat d’Etat chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, le nombre de femmes entrepreneures a doublé entre 2012 et 2015. Aujourd’hui, malgré un plafond de verre qui reste très présent, de nombreuses initiatives existent pour soutenir la création d’entreprise au féminin, notamment en franchise. L’entrepreneuriat au féminin est donc un parcours semé de défis, mais plein de promesses.

Les chiffres-clés de l’entrepreneuriat au féminin en France

  • 30% des entreprises créées et dirigées par des femmes mais 38% des franchises
  • Les femmes représentent 40% des créations d’entreprises individuelles
  • 30% de ces micro-entreprises dans le service B2B
  • 25% dans le service aux ménages
  • 20% dans le commerce
  • Les créatrices d’entreprises sont globalement plus diplômées que les créateurs puisqu’elles sont 72% à être de niveau Bac+5 à Doctorat et MBA contre seulement 62%, pour les hommes
  • 47% des entrepreneures estiment qu’il est plus facile de concilier vie familiale et vie professionnelle en tant que dirigeantes qu’en tant que salariées
  • Le taux de rejet de crédits professionnels est de 4,3% pour les femmes contre 2,3% pour les hommes
  • La conséquence est que 44% des entrepreneures estiment que les échecs de création d’entreprise sont dus au manque de financement
  • En 2016, les levées de fonds de startup pilotées par des femmes ont représenté… 7% du montant total des levées de fonds !
  • Les levées de fonds moyennes sont de 1,8 million d’euros pour les femmes contre 3,5 millions pour les hommes

Le plafond de verre se brise doucement

Les difficultés de l'entrepreneuriat au fémininVous connaissez sans doute cette expression américaine apparue dans les années 1970 pour désigner l’ensemble des « freins invisibles » qui empêchent la progression hiérarchique des femmes dans les organisations, mais aussi leur accès au monde de l’entrepreneuriat. En France, comme partout dans le monde, ce plafond de verre a longtemps été particulièrement important.

Cependant, depuis quelques années, de nombreuses initiatives ont été mises en place afin de briser ce plafond de verre et les résultats commencent à se faire sentir. Ainsi, le nombre de femmes entrepreneures a doublé entre 2012 et 2015 et les créatrices d’entreprises représentent désormais 30% de l’ensemble.

Un plan entreprendre au féminin

Pour soutenir cette dynamique, un « Plan entreprendre au féminin » a été lancé en 2013 par Najat Vallaud-Belkacem, alors Ministre des droits des femmes. Et même si l’objectif attendu de 40% de créatrices d’entreprises n’a pas été atteint (sauf en franchise, nous verrons plus loin pourquoi), de nombreuses autres mesures ont été mises en place en parallèle afin de soutenir la progression hiérarchique des femmes. Ainsi, les quotas imposés aux conseils d’administration des grandes entreprises ont permis d’atteindre la parité… même si les comités exécutifs et de direction, exclus de ces quotas, restent, eux, encore peu accessibles.

D’évidentes différences de genre

On note en outre une concentration des créations d’entreprises au féminin dans des secteurs traditionnellement féminin, tels que le commerce et, surtout, les services à la personne. Les femmes ont également tendance à créer leur entreprise plus tard que les hommes : 35 ans pour les femmes. Ce qui s’explique, selon Marie-Virginie Klein, vice-présidente d’un incubateur oeuvrant pour plus de mixité dans les entreprises, par le fait que « A 35 ans, les femmes commencent à avoir des enfants et subissent l’organisation anti-famille des entreprises traditionnelles (…). Créer leur entreprise leur permet de sortir de ce système ». Une analyse appuyée par les chiffres puisque 47% des entrepreneures estiment qu’il est plus facile de concilier vie familiale et vie professionnelle en étant dirigeante qu’en étant salariée !

Enfin, il apparaît que, si les femmes ont tendance à mieux dimensionner leurs besoins de financements, elles ont plus de difficultés à les obtenir. Elles subissent ainsi un taux de rejet de crédits presque 2 fois supérieur à celui subi par les hommes. Lors de levées de fonds, elles obtiennent également 2 fois moins que leurs homologues masculins. Et dans les startups, la part du capital-risque dans les capitaux de départ est 2 fois moindre chez les femmes que chez les hommes. Coïncidence : les femmes ne représentent que 7% des business angels…

En définitive, donc, l’entrepreneuriat au féminin évolue plutôt dans le bon sens et l’excellente note de 100/100 attribuée à la France par la Banque Mondiale dans son étude sur la parité en témoigne. Cependant, beaucoup de travail reste à faire et des initiatives telles que la Semaine de sensibilisation des jeunes à l’entrepreneuriat féminin y participent grandement.

La franchise au service de l’entrepreneuriat au féminin

Peur de ne pas être à la hauteur, peur de l’échec, besoin de réassurance, besoin de soutien dans l’obtention de financement, besoin de formation métier : quand on regarde de près les freins à la création d’entreprise au féminin, on comprend vite pourquoi la franchise séduit autant les porteuses de projet ! De fait, alors que les femmes ne représentent que 30% des entrepreneurs en France, elles représentent presque 40% des franchisés ! Et quand on analyse les données de la 15ème enquête annuelle de la franchise, réalisée par la Fédération Française de la Franchise et la Banque Populaire, on comprend encore mieux pourquoi.

En effet, si, au niveau national, 72% des entrepreneures ont un niveau Bac+5 ou plus, 44% des franchisés n’ont pas un niveau Bac+2. La franchise est donc un formidable levier pour celles qui ne disposent pas d’un niveau d’études élevé et qui souhaitent créer leur entreprise. Et ce, grâce à tous les atouts de ce mode de création d’entreprise : formation initiale, accompagnement, concept éprouvé, aide au financement, etc.

Avec la franchise, les femmes trouvent des opportunités inaccessibles par ailleurs et, surtout, bénéficient du soutien d’une enseigne qui leur permet de briser plus facilement le plafond de verre : tout le monde n’est pas Christine Lagarde !

Par ailleurs, en franchise, même si, statistiquement, les femmes se dirigent vers les mêmes métiers qu’en indépendant (services à la personne, commerce, services aux entreprises, esthétique, etc.), tous les secteurs deviennent accessibles, y compris des secteurs traditionnellement plus masculins tels que l’automobile, par exemple.

Vous le voyez, donc, il reste du chemin à faire pour que les femmes entreprennent autant que les hommes, pour que les femmes intègrent le cercle des business angels, pour que les femmes obtiennent plus facilement des financements et pour que les femmes se lancent dans des secteurs d’activité jusqu’ici principalement masculins. Evidemment, l’éducation familiale, l’école et la société dans son ensemble devront évoluer pour rendre cette parité possible. Mais, individuellement, en faisant le choix d’entreprendre, en acceptant de se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat, chaque femme peut devenir un modèle pour sa/ses filles, pour toutes les filles et ainsi montrer que c’est possible et que le plafond de verre peut et doit être brisé. Alors si vous voulez montrer l’exemple, parcourez vite notre portail pour trouver l’enseigne de franchise grâce à laquelle vous allez enfin entreprendre au féminin !


Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Créer une surveillance par email
Mots-clés :
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Note 5/5 - 2 avis

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

250 caractères restants

Scroll to top