logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette
Jean Moncel

IlliCO travaux

Jean Moncel

Ancien franchisé illiCO travaux dans le Rhône

Franchise IlliCO travaux

Les chiffres de ce réseau :

  • - Date de création : 2000
  • - Date de lancement de la franchise : 2005
  • - Nombre d’implantations : 110
Créer une surveillance par email

Interview de Jean Moncel

Publié le
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Après dix ans au sein de la société illiCO travaux, Jean Moncel vient de prendre sa retraite. Une retraite qu’il a pris soin d’anticiper, cédant son affaire il y a près de deux ans pour cesser progressivement son activité. Pour Toute la Franchise, il revient sur ses années de courtage en travaux, l’accompagnement dont il a bénéficié et la vente de sa franchise.

Toute la Franchise : Vous venez de prendre votre retraite. Depuis combien de temps étiez-vous franchisé de l’enseigne ?
Jean Moncel :
J’ai commencé l’aventure du courtage en travaux en signant un 1er contrat de concessionnaire illiCO services le 4 septembre 2003 rapidement transformé en illiCO travaux et, à partir du 2 janvier 2004, la création de ma société Jean MONCEL Habitat services a lancé mon activité commerciale.

TLF : Pouvez-vous nous présenter l’activité que vous avez exercée chez illiCO travaux ?
J.M. :
La première activité a été de constituer un noyau de partenaires techniques. A cette époque le métier de courtier, complètement inconnu, n’avait aucune résonnance ni intérêt pour les artisans. Il a été compliqué de convaincre de notre légitimité d’autant que la conjoncture économique florissante des entreprises à cette époque ne nous positionnait pas encore comme un partenaire efficace et indispensable. Par la suite j’ai développé les aspects commerciaux (véhicule avec le logo en 2006, ouverture d’une agence en 2008 et embauche d’un commercial en 2010).

TLF : Au quotidien, comment étiez-vous accompagné par le réseau ?
J.M. :
J’ai connu la période où le support était tenu à bout de bras par Nicolas DAUMONT en direct et avec une minuscule équipe pour l’accompagner. C’était une relation directe plus personnalisée et plus conviviale. Avec le temps, une nécessaire évolution de la structure est intervenue pour répondre au développement régulier du réseau. L’organisation plus efficace a perdu un peu de lien humain mais a permis de faire évoluer la qualité des supports techniques, commerciaux et de formation.

TLF : Quelles étaient vos relations avec les autres franchisés ? L’esprit réseau est-il important ?
J.M. :
Les relations avec les autres franchisés étaient différentes selon la proximité et l’ancienneté. Très naturellement, en tout cas au début, l’aide entre les courtiers de Lyon a été efficace pour travailler en échanges et partages des services des artisans locaux. Nous avions mis en place une réunion trimestrielle pour échanger nos expériences, nos succès et nos échecs afin de progresser. Des animations commerciales ont été développées (publicité, galeries marchandes, Foire de Lyon) mis en place pour mutualiser nos frais et développer nos activités respectives. J’ai également conservé un peu plus de relations privilégiées avec les autres pionniers du réseau qui ont démarré dans les années 2004 à 2006. Par la suite, l’esprit réseau est devenu un peu plus individualiste sans doute à cause des difficultés commerciales et économiques que connait encore le milieu du bâtiment.

TLF : Avec le recul, pensez-vous que vous auriez pu développer votre activité de la même manière si vous vous étiez lancé seul ?
J.M. :
Certainement pas, car l’aide apportée au départ m’a évité de commettre les erreurs du néophyte. Le cadre proposé même s’il parait toujours contraignant permet d’éviter les écueils et garantit de rester dans la légalité (en 10 ans d’activité, je n’ai eu aucune mise en cause judiciaire suite à litiges avec des clients ou des artisans). Les valeurs préconisées à l’ensemble du réseau donnent de la crédibilité à la communauté vis-à-vis de l’extérieur.

TLF : Comment avez-vous anticipé votre départ du réseau ? (vente de votre affaire, cessation progressive d’activité, etc)
J.M. :
Au départ, lors de la création du poste de mon commercial, l’idée de transmettre mon affaire était présente. Dans la recherche du candidat existait cette idée et nous l’avions déjà évoquée avec Yoann ADOUMBOU. Cette éventualité s’est concrétisée après trois ans de formation en alternance et Yoann m’a racheté l’activité pour voler de ses propres ailes accompagné par Pascal LISBONIS, depuis le 1er décembre 2012. Nous étions convenus d’un accompagnement jusqu’à ma retraite au 1er avril 2014. J’ai donc travaillé comme commercial pendant 17 mois à temps partiel (d’abord à 80 % puis 60 % les 3 derniers mois) Je pense que cette période de transition a permis de rassurer tout le monde (les repreneurs, le franchiseur et moi-même ) et de faciliter une transmission plus harmonieuse .

TLF : Comment était perçue votre activité par les repreneurs que vous avez pu rencontrer ?
J.M. :
Yoann, pour avoir vécu 3 ans dans le réseau, était je pense convaincu de la pertinence de cette activité. J’ai également était approché par des repreneurs dans le métier d’agent immobilier qui étaient intéressés par les synergies de nos métiers.

TLF : Quel conseil donneriez-vous à un entrepreneur qui souhaite se lancer avec illiCO travaux ?
J.M. :
De posséder la volonté d’entreprendre, de ne pas craindre d’investir du temps. De s’entourer de partenaires techniques de très bonne qualité et de surtout les respecter et développer avec eux un relationnel « gagnant / gagnant » car sans les artisans nous ne sommes rien. Enfin vis-à-vis des clients, il convient de respecter ses engagements, de ne pas laisser la moindre incompréhension subsister. Nous intervenons sur un marché très local ou « l’a peu prêt » est toujours négatif puisque la contre publicité est très vite pénalisante.


Nos interviews sont la propriété de Toute la Franchise.com et sont destinées à la diffusion exclusive sur les sites du Groupe Toute la Franchise.com.

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour interview. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

250 caractères restants

Scroll to top