logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Focus : s'installer en franchise dans l'Ain

Bourg-en-Bresse, Oyonnax, Ambérieu-en-Bugey...

Publié le

A mi-chemin entre Lyon et Genève, l'Ain est stratégiquement positionné au cœur des réseaux de communication européens. L'économie attractive et dynamique du département fait de l'Ain une destination intéressante pour qui veut s'installer en franchise.


Avec un peu moins de 613 000 habitants recensés en 2012 (soit 106 habitants au m²), l'Ain ne possède pas à proprement parler de grande ville, Bourg-en-Bresse (40 171 habitants en 2012) et Oyonnax (22 436 habitants) étant des villes moyennes. Ceci étant, le département possède un réseau dense de bourgs et de petites villes parmi lesquelles Ambérieu-en-Bugey (14 223 habitants), Bellegarde-sur-Valserine (11 590), Gex (10 677), ou encore Saint-Genis-Pouilly (9 415), Miribel (9 128), Belley (8 870), Ferney-Voltaire (8 844) et Divonne-les-Bains (8 615).


Au cœur des réseaux européens


Département frontalier avec la Suisse, l'Ain profite d'une dynamique particulièrement intéressante, boostée par un réseau autoroutier de plus de 200 km favorisant les échanges européens, Nord-Sud et Est-Ouest. Outre la route, l'Ain est également bien desservi par le train : La Ligne du Haut-Bugey positionne Bourg-en-Bresse à 1h50 de Paris et à 1h20 de Genève. Le département bénéficie, en plus, de la proximité immédiate des deux aéroports internationaux de Lyon et de Genève et des deux plates-formes locales d’aviation d’affaires de Bourg-en-Bresse et d'Oyonnax. Du côté des réseaux numériques, l'Ain est également à la pointe, notamment grâce au réseau Li@in en cours de déploiement. L'Ain est ainsi le premier département de France à proposer la liaison très haut débit à l'ensemble des entreprises, des collectivités territoriales et des particuliers de son territoire. Un atout de plus pour s'y installer.


Un tissu économique harmonieux


Avec ses pôles industriels et technologiques de pointe (Plastics Vallée, Bassin de Bourg-en-Bresse, Plaine de l'Ain, avec le Parc Industriel de la Plaine de l'Ain (ISO 14001), Bassin de Belley, Pays de Gex, Val de Saône…), le département cultive sa différence avec des entreprises réparties sur l'ensemble du territoire. Cette étalement des établissements favorise un développement économique harmonieux aussi bien industriel que tertiaire qui profite du dynamisme démographique et industriel et du réseau de communication performant.


En 2013, le département a enregistré quelque 4 260 créations d'entreprises, dont 2 415 dans les activités de services, 878 commerces, 710 dans le BTP, 257 dans l'industrie.


Le département de l'Ain comptait en 2014 selon l'Insee, 35 464 établissements marchands hors agriculture (34 250 en 2013), soit 0,81 % du total de France métropolitaine.

Parmi ces établissements 7 437 (20,97 % du nombre total d'établissements du département) sont des commerces et des garages auto/moto, 5 109 (soit 14,41 %) sont des entreprises de constructions, 2 216 (6,25 %) sont des hôtels et restaurants, 1 547 (4,36 %) sont des activités financières et d'assurances, 1 393 (3,93 %) sont des activités immobilières et 676 (1,91 %) des activités d'information communication.


Dans l'Ain, la ville où l'on trouve le plus d'établissements tous secteurs marchands confondus hors agriculture est Bourg-en-Bresse (3 103), suivie d'Oyonnax (1 516), Ambérieu-en-Bugey (996), Belley (708), Miribel (690), Ferney-Voltaire (665), Bellegarde-sur-Valserine (655), Saint-Genis-Pouilly (543), Divonne-les-Bains (534), Meximieux (516).


Le commerce de l'Ain


Selon les chiffres de la CCI, hors apports extérieurs, le chiffre d'affaires des commerces sédentaires et non sédentaires du département de l'Ain est passé de 1,1 milliard d'euros en 1988 à 2,7 milliards en 2010, soit une hausse de 139 % (inflation incluse). En tenant compte des apports extérieurs, le chiffre d'affaires du département s'élève à 3,1 milliards d'euros. « Lié à la forte augmentation du nombre de grandes surfaces sur la période, le chiffre d'affaires réalisé par ces dernières a été multiplié par 4. » En 2010, elles réalisent près de 68 % du chiffre d'affaires des commerces de l'Ain. Parallèlement, le chiffre d'affaires des commerces de moins de 300 m² a progressé de 30 % entre 1988 et 2010, avec toutefois une baisse entre 1988 et 1995, puis une hausse entre 1995 et 2010.

Aujourd'hui, les commerces de moins de 300 m² réalisent 28 % du chiffre d'affaires de l'Ain.

Les autres formes de distribution (marchés forains, vente ambulante, achat auprès de producteurs…) réalisent 121 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2010 contre 92 millions en 1988, soit une hausse de 31 %. Elles représentent plus de 4 % du chiffre d'affaires des commerces de l'Ain en 2010.

Sur la période 2000-2011, le parc d'équipement en grandes surfaces, spécialisées ou non, s'est accru

de près de 300 000 m² de surface de vente. En 2011, on dénombre 544 commerces de plus de

300 m² exploitant globalement 650 000 m².« Ce tissu commercial dense, bien réparti spatialement est un facteur clé de l'aménagement du territoire. » Ceci est d'autant plus vrai que si entre 1988 et 2010, les pôles commerciaux majeurs ont vu leur activité commerciale croître de manière significative (+ 139 %), cela ne s'est pas fait au détriment des pôles secondaires et locaux qui réalisent plus de la moitié du chiffre d'affaires de l'Ain en 2010. « Ainsi, les pôles secondaires réalisent 43 % du chiffre d'affaires de l'Ain en 2010, contre 37 % en 1988. Durant cette période, ils ont vu leur activité commerciale croître globalement de + 180 %. » Quant aux pôles locaux, leur chiffre d'affaires progresse depuis 1999. Ils réalisent 9 % du chiffre d'affaires départemental en 2010.


Les commerces et la réparation auto et moto se concentrent sur Bourg-en-Bresse (796), Oyonnax (370), Ambérieu-en-Bugey (268), Belley (162) et Beynost (152).


Les services de l'Ain


Les services représentent près de la moitié des établissements et occupent plus de 43,7% des salariés du secteur privé. La moitié environ des établissements et des emplois dans les services sont tournés vers les activités d'appui aux entreprises. L'Ain dispose de plus d'un pôle santé important avec, à côté des activités traditionnelles de ce secteur, des pôles spécialisés autour de la rééducation et du thermalisme.


Les secteurs de l'hébergement restauration sont principalement développés à Bourg-en-Bresse (225), Oyonnax (78), Divonne-les-Bains et Ferney-Voltaire (54), Ambérieu-en-Bugey (49).


L'information communication est surtout un secteur développé à Bourg-en-Bresse (59), à Oyonnax (29), Bellegarde-sur-Valserine et Miribel (17) et Divonne-les-Bains (16).


Les activités financières et d'assurance sont concentrées sur Bourg-en-Bresse (199), et Oyonnax (80).


Les activités immobilières se répartissent de façon plus homogènes avec toutefois une nette domination de l'activité à Bourg-en-Bresse (126), suivie par Oyonnax (68), Ferney-Voltaire (67), Divonne-les-Bains (55), Ambérieu-en-Bugey (49) ou encore Bellegarde-sur-Valserine (39).


Concernant les activités de constructions, les établissement sont les plus nombreux à Bourg-en-Bresse (207), suivie par Oyonnax (106), Ambérieu-en-Bugey (92), Bellegarde-sur-Valserine (89), Gex (77), Miribel (73), Péronnas (72), Trévoux (71), Belley (69).


Où installer son commerce en franchise dans l'Ain ?

Avec cinq pôles commerciaux majeurs (Bourg-en-Bresse, Oyonnax, Ambérieu-en-Bugey, Bellegarde-sur-Valserine et Belley), une trentaine de pôles commerciaux secondaires et plus de 70 pôles locaux, l'Ain dispose d'un tissu commercial harmonieux, équilibré et diversifié. Comme le souligne la CCI de l'Ain, « cette répartition spatiale est un véritable atout et une spécificité du département de l'Ain. Elle a été maintenue jusqu'à présent grâce à une certaine maîtrise du développement commercial. »


A noter : La réévaluation du Franc Suisse en 2014 face à l'euro favorise localement le commerce de détail.


Bourg-en-Bresse : Avec un chiffre d’affaires de 1 015 millions d’euros en 2010, le pôle commercial burgien (communes de Bourg-en-Bresse, Montagnat, Péronnas, Saint-Denis-les-Bourg et Viriat) est le 1er pôle commercial du département. Il regroupait en 2011 près de 72 800 ménages.

Entre 2003 et 2010, les dépenses totales des ménages de la zone de chalandise sont passées de 839 millions d’euros à près de 1 015 millions d’euros, soit une hausse de 21 %. Les dépenses en produits non alimentaires ont progressé de 21,4 %, grâce notamment à la hausse des dépenses en produits d’hygiène santé-beauté (+ 30,3 %) et en produits d’équipement de la maison (+ 26,6 %). Celles concernant l’alimentaire ont évolué de 20,4 %, inflation incluse.

Sur l'ensemble des dépenses enregistrées sur la zone, 866 millions d’euros (soit plus de 85 %) sont dépensés dans les commerces sédentaires et non sédentaires (dont près de 638 millions d’euros dans le pôle commercial burgien). Le taux d'évasion est donc faible (15 %).

Pour en savoir plus, consultez l'enquête 2011 de l'Observatoire du Commerce de la CCI sur le Pôle commercial de Bourg-en-Bresse.


Oyonnax : Avec un chiffre d'affaires de 325 millions d'euros en 2010, le Pôle commercial d'Oyonnax – Arbent – Bellignat est une zone d'attraction qui regroupe près de 23 000 ménages.

Entre 2003 et 2010, les dépenses totales des ménages de la zone de chalandise sont passées de 280 millions d’euros à 325 millions d’euros, soit une hausse de 16%. Les dépenses en produits non alimentaires ont également progressé de 16%, grâce notamment à la hausse des dépenses en hygiène santé beauté (+25%) et en équipement de la maison (+22%).

Sur les 325,4 millions d’euros dépensés en 2010 par les ménages de la zone de chalandise du pôle commercial oyonnaxien, 275,6 millions d’euros (soit 84,7 %) sont dépensés dans les commerces sédentaires et non sédentaires présents dans cette zone et donc 49,8 millions d’euros (soit 15,3 %) en dehors. Les dépenses effectuées par les ménages de la zone d’attraction en dehors des commerces de cette zone concernent principalement des produits de culture-loisirs (31 % des achats), d’équipement de la personne (30 % des dépenses) et d’équipement de la maison (22% des achats).

Pour en savoir plus, consultez l'enquête 2011 de l'Observatoire du Commerce de la CCI sur le Pôle commercial d'Oyonnax – Arbent – Bellignat.


Ambérieu-en-Bugey : Le pôle commercial ambarrois est composé de la commune d’Ambérieu-en-Bugey. Sa zone d’attraction regroupe l’ensemble des communes des cantons d’Ambérieu-en-Bugey, Chalamont, Lagnieu, Poncin, Pont d’Ain et Saint-Rambert-en-Bugey, soit 30 920 ménages. Entre 2003 et 2010, les dépenses totales des ménages de la zone de chalandise sont passées de plus de 342 millions d’euros à 426 millions d’euros, soit une hausse de 24,4 %. Les dépenses en produits non alimentaires ont progressé de 24,9 % grâce notamment à la hausse des dépenses en produits d’hygiène-santé-beauté (+ 33,9 %) et en produits d’équipement de la maison (+ 30,2 %). Celles concernant l’alimentaire ont évolué de 23,7 %, inflation incluse. Sur les 426 millions d’euros dépensés en 2010 par les ménages de la zone de chalandise du pôle commercial ambarrois, plus de 270,5 millions d’euros (soit 63,5 %) sont dépensés dans les commerces sédentaires et non sédentaires présents dans cette zone et donc 155,5 millions d'euros (soit 36,5%) ailleurs. Les dépenses effectuées par les ménages de la zone d’attraction en dehors des commerces de cette zone concernent principalement des produits de culture-loisirs (58 % des achats), d’équipement de la personne (55 % des dépenses) et d'équipement de la maison (44 % des achats).

Pour en savoir plus, consultez l'enquête 2011 de l'Observatoire du Commerce de la CCI sur le pôle commercial ambarrois.


Bellegarde-sur-Valserine : Le pôle commercial bellegardien est le 5ème pôle commercial majeur du département. Il regroupe l’ensemble des communes des cantons de Bellegarde-sur-Valserine et

Collonges, soit 11 800 ménages. Entre 2003 et 2010, les dépenses totales des ménages de la zone de chalandise sont passées de 144 millions d’euros à 171 millions d’euros, soit une hausse de 19 %. Les dépenses en produits non alimentaires ont progressé de 19,5 %, grâce notamment à la hausse des dépenses en produits d’hygiène santé-beauté (+ 28,8 %) et en produits d’équipement de la maison (+ 24,9 %). Celles concernant l’alimentaire ont évolué de 18,6 %, inflation incluse. Sur cette zone de chalandise, 106 millions d’euros (soit près de 62 %) sont dépensés dans les commerces sédentaires et non sédentaires présents dans cette zone et donc environ 38 % ailleurs. Les dépenses effectuées par les ménages de la zone de chalandise en dehors des commerces présents dans cette zone concernent principalement des produits d’équipement de la personne (61 % des dépenses), de culture-loisirs (59 % des achats) et d’équipement de la maison (55 % des achats).

Pour en savoir plus, consultez l'enquête 2011 de l'Observatoire du Commerce de la CCI sur le pôle commercial bellegardien.


Belley : Le pôle commercial de Belley est composé des communes de Belley et Chazey-Bons. Sa zone d’attraction regroupe l’ensemble des communes des cantons de Belley, Champagne-en Valromey et Virieu-le-Grand, soit près de 11 200 ménages. Entre 2003 et 2010, les dépenses totales des ménages de la zone de chalandise sont passées d’environ 144 millions d’euros à 171 millions d’euros, soit une hausse de 19%. Les dépenses en produits non alimentaires ont progressé de 19,5%, grâce notamment à la hausse des dépenses en produits d’hygiène santé-beauté (+28,8%) et en produits d’équipement de la maison (+ 24,9%). Celles concernant l’alimentaire ont évolué de 18,6%, inflation incluse. Sur cette zone de chalandise, 106 millions d’euros (soit près de 62%) sont dépensés dans les commerces sédentaires et non sédentaires présents dans cette zone et donc environ 38 % ailleurs. Les dépenses effectuées par les ménages de la zone de chalandise en dehors des commerces présents dans cette zone concernent principalement des produits d’équipement de la personne (61% des dépenses), de culture-loisirs (59% des achats) et d’équipement de la maison (55% des achats).

Pour en savoir plus, consultez l'enquête 2011 de l'Observatoire du Commerce de la CCI sur le pôle de Belley.

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top