toute la franchise logo
Franchise, créer son entreprise et devenir franchisé
Créer une surveillance par email

Secteur de l'intérim : une crise chasse l'autre

L'intérim, le baromètre de la crise !

2012-04-14 19:50:00

L'intérim, le baromètre de la franchise

Selon les derniers chiffres du baromètre du syndicat professionnel des sociétés d'intérim, Prisme, le secteur du travail temporaire n'a pas encore retrouvé le niveau d'activité d'avant crise. Et les chiffres en recul de février dernier ne présagent pas de sortie immédiate du secteur de la tourmente.

A chaque crise, le secteur de l'intérim fait office de baromètre. Quand tout va « bientôt mal », l'intérim est le premier secteur à subir une baisse de son activité, et quand tout va « bientôt bien », le secteur fait toujours partie des premiers à se relever... Cette particularité, que l'on retrouve également mais dans une moindre mesure dans l'immobilier, fait que le secteur de l'intérim est hyper sensible à la conjoncture.
Comme un fusible, le travailleur intérimaire fait office de temporisateur dans les entreprises. Et quand la santé économique d'un pays est à la peine, l'intérim en ressent tous les symptômes. Sachant cela, bien évidemment, les temps incertains que nous vivons ne jouent pas en faveur du travail temporaire. Et de fait, l'intérim n'est pour l'instant pas encore totalement sorti du rouge, même si de toute évidence, les choses vont tout de même notablement mieux qu'en 2009.

Ceci étant dit, les situations sont très diverses selon les intervenants. Sur les quelque 6 500 agences d’emploi en France, les grands réseaux succursalistes (70 % du marché) s'en sortent plutôt mieux que le millier d’indépendants isolés. L'interactivité entre les agences et la réactivité des grands réseaux font clairement la différence !

Un secteur durement impacté par la crise

Selon les chiffres du Prisme, regroupant plus de 600 entreprises de toutes tailles qui représentent 90 % du chiffre d’affaires des Professionnels de l’intérim, des services et métiers de l’emploi, en 2009, la récession économique a provoqué une chute de 30 % de l'emploi intérimaire. Après ce choc, le retour d'une croissance économique modérée en 2010 s'est traduit par une progression de l'intérim de 15 %. 80 000 emplois intérimaires en équivalent temps plein ont été ainsi créés au cours de l'année jouant un rôle décisif en faveur du redémarrage de l'emploi puisque 78 % des créations nettes d'emploi enregistrées en 2010 provenaient de l'intérim.

Toutefois, comme le note le Prisme, « malgré une nette amélioration de la situation en 2010, les effets de la crise n'ont été que partiellement effacés puisque avec environ 530 000 intérimaires en équivalents temps plein, l'intérim se situait fin 2010, à 17 % en-dessous de son niveau d'avant crise. »
En réaction à cette chute vertigineuse des CA, les grands réseaux ont pris l'option de maintenir leurs parcs à l'identique sur le territoire. La proximité des agences du terrain de l'emploi a été préservée. Les salariés permanents (20 000 pour l'ensemble du marché) n'ont globalement pas eu à subir de licenciement. L'année 2010 s'achevant sur un redressement de l'activité, tout poussait à penser que le secteur allait renouer en 2011 avec l'embellie.

Et de fait, en 2011, le nombre d'intérimaires en mission a enregistré de nouveau une progression, mais de moindre ampleur (+ 7,9 % par rapport à 2010). Cette croissance souligne le Prisme « est marquée par une décélération tout au long de l'année 2011 ». Ainsi, après une hausse de 18 % par rapport à la même période de 2010 au 1er trimestre, l'emploi intérimaire a commencé à fléchir avec une hausse de 11,4 % des effectifs au 2e trimestre. Et les choses se ont ensuite précipitées (+ 5,4 % au 3e trimestre, et - 1 %) confirmant ainsi le retour de manivelle d'une crise en cours d'enlisement.

Nouvelle récession depuis septembre 2011

La décélération amorcée depuis septembre 2011 se poursuit sur 2012. Ainsi, en janvier 2012, l’emploi intérimaire a enregistré une baisse de 3,9 % par rapport à janvier 2011. Ce sont essentiellement les placements des ouvriers non qualifiés (- 8,5 %) et les employés (- 10,2 %) qui plombent les résultats, tandis que les cadres et professions intermédiaires repartent à la hausse (+ 5,3 %), et les ouvriers qualifiés se stabilisent (+ 0,3 %).
Logiquement, la baisse des placements touchent l'ensemble des grands secteurs d’activité : l’industrie (- 3,4 %), les transports (- 4,8 %), les services (- 5,0 %) et le commerce (- 7,3 %). Le BTP quant à lui contient la baisse de ses effectifs intérimaires à - 1,3 %. En février 2012, la tendance se confirme encore malheureusement : l’emploi intérimaire enregistre une baisse de 6,8 % par rapport à février 2011. « Les cadres et professions intermédiaires sont les seuls à marquer une progressions en février 2012 (+ 3,0 %). Les effectifs ouvriers sont en baisse (- 6,1 % pour les ouvriers qualifiés, - 9,6 % pour les ouvriers non qualifiés) et les employés accusent un repli de 9,7 % de leurs effectifs intérimaires, par rapport à février 2011. »

Là encore, tous les secteurs sont touchés : L’industrie et les services enregistrent des baisses respectives de 5,2 et 5,4 % de leurs effectifs intérimaires. Les transports et le commerce marquent des replis légèrement plus marqués : - 6,4 et - 6,6%. Le BTP enfin connait le plus fort recul (- 14,4% par rapport à février 2011).

Et demain ?

Si le secteur du travail temporaire reste pour l'instant plombé par l'incertitude et le manque de visibilité des patrons employeurs, cette situation ne saurait durer éternellement. Bon nombre d'observateurs parient sur un début d'amélioration dès que le grand rendez-vous des élections présidentielles sera passé.
En attendant cette échéance de court terme, le Prisme a souhaité faire savoir aux candidats en lice pour l'Elysée qu'il existe des solutions à l'emploi. Dans le livre blanc rédigé dernièrement et envoyé aux candidats, le Prisme décline 8 propositions pour 170 000 emplois créés ou maintenus, et ce sans surcoût pour les finances publiques.

Parmi ces propositions, l'on trouve notamment l'accompagnement des entreprises en difficulté et les salariés menacés, l'activation des dispositifs de sécurisation professionnelle, la sécurisation de l'emploi des seniors, le décloisonnement du reclassement des demandeurs d'emploi en renforçant la complémentarité entre opérateurs publics et privés...
L'idée de toutes ces mesures est de permettre notamment de pourvoir les quelque 300 000 offres d'emplois en mal de recrutement. Du pain sur la planche des politiques mais aussi des agences de travail temporaire !

Les prochains mois devraient permettre d'y voir plus clair sur le bien fondé de ces propositions. Avant la crise, le secteur enregistrait régulièrement des taux de progression à deux chiffres confirmant ainsi que le créneau reste porteur malgré les aléas économiques du moment.

Les franchises à suivre dans le secteur de l'intérim

Adequat intérim : Créé en 1987 et lancé en réseau en 2008, Adequat Intérim s'est dans un premier temps développé en succursale avant de porter son concept en franchise. Actuellement à la tête de 111 agences, dont 4 en franchise, Adequat Intérim souhaite mailler le territoire de 300 implantations. Ce réseau qui affiche aujourd'hui un chiffre d'affaires de 326 millions d'euros, soit 36 % d'augmentation par rapport à 2010, recrute en priorité sur les villes de plus de 50 000 habitants en Bretagne, région Centre, au Sud-Est et au Nord de la France. Pour rejoindre ce réseau le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 60 000 € (droit d'entrée 30 000 € - investissement global de 140 à 165 000 €).

Agri Interim : La première agence d'intérim en France spécialisée en agricole et para-agricole a vu le jour en 2000 pour un lancement en franchise en 2010. Ce jeune réseau qui compte actuellement 2 implantations recherche dans toute la France des candidats appréciant particulièrement le contact humain et la gestion du personnel. Depuis peu, ce réseau propose également en franchise un concept adapté à l'emploi intérimaire dans les métiers de la restauration, un créneau porteur s'il en est quand on sait le nombre d'emplois non pourvus dans les métiers de bouche. Pour rejoindre ce réseau, le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 40 000 € (droit d'entrée 15 000 € - investissement global 60 000 €).

Cotis Intérim : Spécialisé dans le secteur du travail temporaire, ce réseau a vu le jour en 1999. Le lancement en franchise est intervenu en 2005. A ce jour, le réseau de franchise Cotis intérim possède 1 agence d’emploi en propre et 20 agences en franchise. Pour rejoindre ce réseau, le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 100 000 € (droit d'entrée 10 000 € - investissement global de 120 à 150 000 €).

Temporis : Créée et lancée exclusivement en franchise en 2000, l'enseigne Temporis compte actuellement 85 implantations en France. Spécialiste de l'intérim et des solutions RH, ce réseau est en fort développement. L'objectif fixé à la fin 2012 est de dépasser les 100 agences. L'an dernier, Temporis a augmenté son chiffre d’affaires de 35 % alors que le marché du travail temporaire progressait quant à lui de seulement 10 %. Pour rejoindre ce réseau, le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 60 000 € (droit d'entrée 33 500 € - investissement global 140 000 €).

Dominique André-Chaigneau, Toute la Franchise©


PARTAGER
CETTE PAGE SUR

LES COMMENTAIRES RELATIFS A CET ARTICLE

    Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier à réagir !



REAGISSEZ OU COMMENTEZ








Créer une surveillance par email
Les derniers articles de la rubrique :

Liste des articles franchise Focus sur les secteurs d’activité

27/08/2015
Les restaurants se concentrent sur Paris, Marseille et Lyon côté villes, et l'Ile de France, PACA et Rhône Alpes côté région.
26/08/2015
En se plongeant dans les chiffres par commune de l'Insee, se dégagent des grandes lignes parfois étonnantes qui en disent long sur les stratégies d'implantation des réseaux.
22/08/2015
Les plateaux repas et les traiteurs en entreprises profitent du contexte où les rythmes de travail s’accélèrent et où les entreprises traquent les coûts.
21/08/2015
En 2014, 809 millions de pizzas ont été consommés en France, soit 10 millions de plus qu'en 2013.
20/08/2015
En version basique ou premium, voire gourmet, le hamburger reste plus que jamais LE produit phare de la restauration française !
19/08/2015
Située à tous les coins de rue, la boulangerie rafle de plus en plus la mise avec ses offres snacking à l'heure du déjeuner.
18/08/2015
NPD Group s'est récemment penché sur l'assiette des baby-boomers, autrement dit les quinquas et plus.
16/08/2015
La génération Y bouleverse les codes de la restauration traditionnelle en imposant un rythme rapide et décalé.
15/08/2015
Plus diététique car faite maison, mais aussi moins chère, la gamelle répond bien aux aspirations des actifs d'aujourd'hui.
14/08/2015
Le ticket moyen du fast casual situé entre 10 et 14 € grignote des parts de marché à la restauration rapide et à la restauration classique.
13/08/2015
Déjeuner des actifs, nouvelles habitudes alimentaires de la génération Y et des seniors, marché du burger et de la pizza...
10/08/2015
Seulement un peu plus d’un tiers des chaines proposent la commande en ligne et moins de 15% la réservation en ligne.
10/08/2015
Aujourd'hui, le smartphone est incontestablement LE produit high-tech de référence. Les marques l'ont bien compris et les services marketing ont tout intérêt à prendre en considération cet appareil. Plus d'informations dans notre article.
08/08/2015
300 000 emplois créés d’ici 2020 et + 150% de croissance du marché des seniors d’ici à 2050.
04/08/2015
A Paris, les secteurs les plus représentés sont les cafés et restaurants (13 822 unités), suivis des services aux particuliers (12.343 unités).
02/08/2015
La concurrence des pure-players a tendance à s'accentuer obligeant les enseignes physiques à se réinventer.
29/07/2015
Le critère du prix cède peu à peu du terrain sur le critère de la qualité et de la valeur nutritionnelle.
27/07/2015
Moins d’un visiteur sur deux, confronté à une rupture de stock, s’est vu offrir la possibilité de passer commande en magasin.
25/07/2015
La croissance de 2014 porte le chiffre d’affaires global du secteur à 10,06 milliards d’Euros.
24/07/2015
Des nouvelles technologies et des divertissements, le lieu de shopping de demain se dessine déjà aujourd'hui.
21/07/2015
Les boutiques de centres-villes pâtissent le plus du recul d'activité.
23/06/2015
Le commerce non alimentaire tire plus facilement son épingle du jeu en 2014
18/06/2015
En 2014, 30% des indépendants font partie d’un réseau.
15/06/2015
Le marché de l'isolation des combles, qui enregistre chaque année 1,3 milliard d'euros de CA est encore appelé à considérablement se développer.
11/06/2015
Gira Conseil et le GNI se rejoignent sur un fait : la restauration est en pleine mutation !


Une marque du groupe Infopro Digital
Toute La Franchise | Mentions légales et CGU | Contact | Un Site internet et Référencement Webcd©