logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette
franchise MIKIT
franchise MIKIT

Réalisez le rêve n°1 des français, devenir propriétaire

Franchise Construction - Travaux publics

Pour en savoir plus :

Voir-rédiger les commentaires Voir les articles de ce réseau

Propriétaire ou locataire, un choix simple

Publié le
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

 
Tout français, quel qu'il soit, est confronté un jour à la nécessité de se loger... en payant.
Il n'existe pas de logement gratuit.
Il n'a donc pas 36 solutions. Il en a deux :
- Soit il loue un logement.
- Soit il l'achète.
Pour celui qui ne dispose pas des fonds nécessaires pour payer l'acquisition, il a recours au crédit. Le choix devient alors payer un loyer ou payer une mensualité.
Dans les deux cas, la somme grève le budget du ménage. Dans les deux cas, il faudra bien consacrer une partie des revenus à payer, soit un loyer, soit une mensualité.   
 
Quelle est la situation du locataire ? 
 
Y compris celui qui a la chance de louer un logement dit "Habitation à loyer Modéré" (encore qu'en ces temps, le terme modéré ne soit plus exactement celui qui convient). Il connaît son loyer aujourd'hui ; il ne peut en prévoir l'évolution.
Son loyer suivra nécessairement le cours de l'inflation, sera augmenté des charges, prévues et imprévues, de copropriété que le locataire ne peut contrôler et aucun propriétaire, fût-il un organisme HLM, ne s'engagera sur le loyer que paiera le locataire dans 10, 15 ou 20 ans. C'est l'aventure totale. L'incertitude absolue ; la seule certitude étant de ne rien avoir au bout du compte. C'est l'impossibilité de prévoir son budget sur le long et même le moyen terme.  
 
Quelle est la situation de l'accédant à la propriété ? 
 
Celui qui achète connaît précisément, et singulièrement s'il prend la précaution d'emprunter à taux fixe et à remboursements constants, la mensualité qu'il paiera dans 5 ans, dans 10 ans, dans 15 ans et même le montant exact de sa dernière mensualité.

C'est tout l'inverse de l'aventure. Mais disent les adversaires de l'accession sociale, les pulsions de la vie ne sont pas toujours le résultat d'un choix et le chemin d'un couple peut-être chaotique.

Qu'advient-il quand on perd son emploi, quand on tombe malade, quand on devient incapable de travailler ou, pire, si l'un des deux conjoints décède ?
Dans le cas des locataires, les choses sont simples : on ne peut pas payer son loyer, on est expulsé. Même si le législateur a prévu des mesures d'humanité pour éviter l'expulsion pendant la rigueur de l'hiver, l'expulsion arrive nécessairement quelles que soient les causes du non-paiement du loyer.
Pour l'accédant à la propriété sociale, les choses vont différemment.
En cas de chômage, une assurance peut couvrir pendant deux ans le montant des mensualités. C'est long deux ans. Rien n'est prévu pour le locataire.

Et même ensuite, il sera possible de ré échelonner la dette, d'étaler les mensualités.
Rien n'est prévu pour le locataire. Un loyer ne se ré échelonne pas.
En cas d'incapacité permanente de travailler ou de décès, l'assurance prend définitivement en charge les mensualités. Rien n'est prévu pour le locataire.
 
Projection des loyers et des remboursements. 
 
Comparaison des situations de locataires et d'accédants à la propriété:


- Les loyers progressent chaque année, puisqu'ils sont indexés sur le coût de la vie
- Les remboursements mensuels sont constants
- Les loyers sont versés à fonds perdus
- Les remboursements mensuels constituent un patrimoine
- Les loyers sont éternels

 

A propos de Mikit France - Créé en 1983 par Maurice Penaruiz, Mikit doit sa réussite à trois facteurs : l'originalité de son concept, le potentiel important de clients et son système de développement en franchise, créant un esprit "famille" très fort au sein du réseau de franchise.
La première idée était de répondre au phénomène de désolvabilisation des familles en leur proposant un produit à un prix très compétitif, leur permettant ainsi d'accéder à la propriété. La seconde s'apparentait à l'envie de réaliser soi-même l'intérieur de sa maison, sans pour cela avoir de grandes compétences de bricoleur.
Avec près de 150 agences en France et un chiffre d’affaires de 130 millions d’euros, Mikit est l'un des tout premiers constructeurs de maisons individuelles. A terme, il vise 250 agences en France et des implantations sur tous les continents.


Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Créer une surveillance par email

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

Le commentaire que vous déposerez ici sera du domaine public. Si vous êtes intéressé par l'enseigne, ne laissez pas vos coordonnées ici, mais cliquez sur « Demande de documentation » en haut ou bas de page. Merci.

250 caractères restants

Scroll to top