logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette

Voir-rédiger les commentaires Voir les articles de ce réseau

Des témoignages de franchisés METALBOI pour en savoir plus sur notre franchise

Publié le
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Pascal Prot, 42 ans, franchisé Métalboi Le Blanc (près de Tours) depuis 1994

A la tête d’un atelier de réparation de radiateurs de véhicules, Pascal Prot commence à se lasser de décaper ses radiateurs au chalumeau et à la brosse. Il contacte des entreprises spécialisées dans le décapage chimique. C’est ainsi qu’en 1994, il adjoint un atelier Métalboi à son activité première. Pascal est aujourd’hui le plus ancien franchisé de l’enseigne.
“J’ai un ouvrier et une secrétaire. Je surveille le travail dans l’atelier, je m’occupe de la partie commerciale et je fais le transport des pièces chez le client. Cela me paraît essentiel : le client ne vient pas dans notre atelier. Le contact se fait à la livraison des pièces traitées. C’est à ce moment qu’on peut donner un tarif, un conseil, qu’il peut exprimer ses reproches, une pièce mal rincée, un reste de peinture, et je peux répondre immédiatement. J’ai vécu le changement de direction en 1999, entre l’ancien franchiseur, fondateur de l’enseigne, et l’actuel propriétaire, Julien Blanc. Ce dernier, de par ses fonctions précédentes, connaissait les produits chimiques. Il lui a été facile de s’intégrer chez nous.
C’est lui qui a mis en place les séminaires de franchisés. Avant, nous ne nous fréquentions pas. Maintenant, on se rencontre une fois par an, on discute. Quand on a un souci technique, un problème avec telle ou telle peinture, on peut profiter de l’expérience des autres franchisés.
Deuxième point : la remise aux normes de tous les ateliers. Il y a cinq ans, personne ne voulait entendre parler de mise aux normes. Actuellement, 5 ou 6 ateliers sont passés sous le régime des “autorisations” et sont aux normes. Les autres franchisés avancent tous dans ce sens. Personnellement, installé trop près d’une rivière, j’ai déménagé en 2001 dans un local tout neuf, bien équipé, aux normes, et même au-delà. J’ai investi 30.000 euros, mais j’ai bénéficié d’une
subvention de 7.000 euros. Je vais dédier ce budget à la mise en chantier de la certification ISO 14001, que je vais entamer bientôt avec l’aide de l’ingénieur environnement de Métalboi.”


Eric Castronovo, 37 ans, franchisé Métalboi Montpellier depuis novembre 2004

Cadre commercial dans le domaine de l’énergie pendant 8 ans, Eric Castronovo avait un bon salaire, une voiture de fonction, des primes... Des divergences avec la politique commerciale de sa direction l’ont conduit à chercher une autre activité qui lui permette de travailler “à sa manière”.
“J’ai regardé du côté de la franchise, en visant un petit réseau qui ait peu de concurrence, et dispose d’un savoir-faire technique. En consultant la presse spécialisée, je suis tombé sur Métalboi. Une franchise dans un domaine qui me paraissait prometteur : la chimie. Cela a été l’étincelle. J’ai visité un atelier à Autun, et là, deuxième déclic : le fait que l’on touche le particulier, l’industrie et l’artisan professionnel a fait tilt. Julien Blanc partageait mon point de vue sur le respect de la clientèle. Quant à l’environnement, c’était mon quotidien... et l’axe de développement de Métalboi.
Le bémol, c’est le laps de temps qui s’est écoulé entre la création de ma société et le démarrage d’activité. Quatre bons mois de mise aux normes, avec des travaux qui en plus ont pris du retard. J’ai été obligé de financer mon entreprise à 83%, les banques locales refusant d’investir dans ce type activité...
Un an après, l’atelier Métalboi de Montpellier a pour clients des industriels pour lesquels la traçabilité des déchets est essentielle. Il traite aussi des pierres de décoration, des radiateurs, des panneaux publicitaires, de la chaudronnerie, des barbecue. Même si j’estime que le chiffre d'affaires n’est pas encore “à la hauteur”, j’ambitionne de diriger 2 ou 3 ateliers en Languedoc-Roussillon, où je dispose d’un accord d’exclusivité.”

 


Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Créer une surveillance par email

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

DERNIERS ARTICLES DU RESEAU METALBOI

Créer une surveillance par email
découvrez
le concept
de cette enseigne
en détail

Technicité et savoir-faire

Article publié le 10/01/2008

Qui sommes-nous?

Article publié le 07/09/2007

METALBOI FACE A LA NORME ISO 14001

Article publié le 24/07/2007

Devenez franchisé METALBOI !

Article publié le 22/07/2007

Devenez franchisé METALBOI

Article publié le 18/07/2007

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

Le commentaire que vous déposerez ici sera du domaine public. Si vous êtes intéressé par l'enseigne, ne laissez pas vos coordonnées ici, mais cliquez sur « Demande de documentation » en haut ou bas de page. Merci.

250 caractères restants

Scroll to top