logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Grande distribution et abus de dépendance économique

Publié le

Autorité de la concurrence, décision n°11-D-04 du 23 février 2011 : Grande distribution et abus de dépendance économique

La dépendance économique des franchisés de la grande distribution a été une nouvelle fois évo-quée devant l’Autorité de la concurrence, dans le cadre d’une demande de mesures conservatoires.
Des sociétés exploitant des magasins à l’enseigne « Champion », progressivement remplacée par l’enseigne « Carrefour Market », reprochent au Groupe Carrefour un abus de dépendance écono-mique, sur différents fondements.

S’agissant d’une procédure provisoire, l’Autorité de la concurrence ne se prononce pas définitivement, mais fournit d’ores et déjà différentes informa-tions. En particulier, elle exclut que le congé donné par le bailleur (appartenant au groupe du franchi-seur) au franchisé puisse constituer un abus de dépendance économique. Dès lors qu’il a respecté les délais légaux, le refus du bailleur de renouveler le bail n’est pas constitutif d’un abus, mais consti-tue un simple exercice de ses droits.

En revanche, l’Autorité de la concurrence poursuit la procédure au fond s’agissant des autres griefs, susceptibles de constituer un tel abus.
Parmi les reproches formulés, on relève notam-ment les freins à la sortie du réseau liés à l’interdépendance des différents contrats conclus avec le groupe de grande distribution (contrat de franchise, contrat de bail, contrat de fidélisation, statuts de la société franchisée, dans laquelle l’enseigne détient des participations significatives (34%)) et les limites aux choix des fournisseurs liées à la clause d’approvisionnement prioritaire insérée dans le contrat de franchise et d’approvisionnement.

L’Autorité de la concurrence considère enfin que la réduction de la visibilité de l’enseigne « Cham-pion » pourrait constituer une modification abusive du contrat liant le franchisé et son franchiseur, dont le franchisé pourrait alors se prévaloir.

Source Lettre des Réseaux du Département Franchise, Réseaux & Distribution de SIMON Associés

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top