logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Ouvrir une crêperie en franchise, pourquoi pas vous ?

Mamie Bigoude, Crêp’eat... et bien d’autres franchises de crêperies !

Publié le

Avec des marges brutes de l'ordre de 80%, la crêperie est un business rentable ! Mais attention, pour tirer le meilleur parti d'un restaurant de crêpes, les volumes doivent être conséquents pour compenser un ticket moyen plutôt bas ! C’est notamment pourquoi la franchise est une excellente solution pour ouvrir une crêperie : les franchisés bénéficient de la formation et de l’accompagnement d’une enseigne qui a éprouvé un modèle économique sur plusieurs restaurants. Fabrication des crêpes, vente, marketing : tout est déjà calibré, formaté et transmis pour maximiser la performance des crêperies. Découvrez les atouts de la franchise pour ouvrir une crêperie.

Un secteur d’activité à fort potentiel

Les crêpes : un produit consommé par tous, toute l’année

Ouvrir une crêperie en franchiseLa crêpe, et son alter ego salé la galette de sarrasin, ont de beaux jours devant eux en franchise. Encore peu développé, à tort, ce segment de la restauration à table mérite toutefois le détour. Pourquoi ? Tout simplement parce que la concurrence pour ce genre d'établissement est restreinte et que les consommateurs sont toujours au rendez-vous, pour peu qu’on les choie avec des produits de qualité et à des tarifs raisonnables.

En effet, d’après la Fédération Française de la crêperie, la France compte environ 5000 crêperies seulement, dont plus de 1 400 dans la seule région Bretagne. A contrario, et à titre d’exemple, on compte environ 14.000 pizzerias. Le marché est donc loin d'être à saturation.

En outre, d’après une étude Odoxa pour l’entreprise Ferrero (qui produit la célèbre pâte à tartiner qui garnit les crêpes sucrées tant appréciées des enfants et des grands gourmands), 9 Français sur 10 mangent des crêpes, dont 16% seulement à la Chandeleur et 74% toute l’année. Si l’on ajoute à cela des taux de marge brute similaires à ceux du secteur de la pizza (c’est-à-dire en moyenne 80%), on obtient un marché à fort potentiel pour restaurateur ou apprenti restaurateur en quête d’une activité rentable. Un crêpier breton témoignait ainsi en 2014 au magazine Capital avoir travaillé pendant 25 ans dans la restauration gastronomique avant de reprendre une crêperie à Concarneau. Sa marge brute est passée de 65% à 80% ! Et pour cause : le coût matière d’une crêpe salée avoisine 1€ pour un prix de vente moyen de 6€.

<div style="box-shadow: 1px 1px lightgrey; background-color: #f3f5f5; padding: 7.5px 10px; width: 97%;"><span style="font-size: small;"><strong>&gt;&gt; Lire aussi : </strong>Mardi Gras : on se déguise et on fait des crêpes</span></div>

De la nécessité d’un volume de ventes important

Ceci étant, tout n'est pas rose dans ce secteur. En effet, si la marge brute est particulièrement élevée, le prix de vente reste modeste, de même que le panier moyen, qui est de 12€. Par conséquent, la rentabilité d’une crêperie dépend fortement des volumes de vente et de la maîtrise des coûts. Ce dernier point est d’ailleurs le principal enjeu d’une crêperie : il est primordial de trouver le parfait dosage de produits pour proposer aux consommateurs un plat satisfaisant sans pénaliser sa marge. D'où l'intérêt de s'intéresser aux concepts développés en franchise qui, avec leurs recettes originales éprouvées et calibrées, leurs processus de fabrication et de vente encadrés et leurs outils marketing efficaces, permettent de faire la différence.

Il paraît toutefois audacieux, si ce n’est suicidaire, de prendre le parti de certains restaurants idéalement placés (bord de mer, place touristique, etc.) qui profitent de leur emplacement pour proposer à des tarifs prohibitifs des produits préparés avec des pâtes industrielles ou fortement diluées dans de l’eau. Aujourd’hui plus que jamais, les consommateurs sont exigeants et attendent d’un tarif élevé une qualité élevée, ou des engagements éco-responsables !

Local, bio vegan : quand la crêpe se met au vert

En effet, il est à noter également que les crêperies ne peuvent aujourd’hui faire l’impasse sur les nouvelles tendances de consommation, véritables vagues de fond que sont le local, le bio et la nourriture vegan (et/ou sans gluten). En effet, de plus en plus les consommateurs sont en demande de produits sains et respectueux de la nature, d’où le positionnement de certaines enseignes de crêperies qui proposent exclusivement des produits frais sélectionnés et de saison, parfois bio. Mais la crêpe peut aussi être vegan et/ou sans gluten : de nombreuses alternatives existent. Nul doute que les franchises de crêperies vont donc dans les années à venir développer plus largement une gamme de recettes adaptées à ces clientèles exigeantes et en quête de produits de restauration correspondant à leurs modes de vie.

Les avantages de la franchise pour ouvrir sa crêperie

Si une formation de crêpier ou pour le moins une expérience en restauration n'ont rien d'obligatoire pour s'installer, elles sont fortement conseillées ! De ce point de vue, les concepts développés en franchise proposent tous une formation minimum à leurs candidats (et/ou leurs employés) pour qu'ils démarrent plus sereinement. A cela s'ajoute le plus souvent une formation en gestion bien sûr pour mieux appréhender les spécificités d'un restaurant de crêpe. L'autre grand avantage de la franchise tient à l'originalité des concepts proposés. L'expérience client est clairement, de ce point de vue, au cœur de la démarche des franchiseurs. Décors authentiques, modernes ou baroques, recettes traditionnelles et originales, multi-activités bien orchestrées (crêperie, saladerie, grillades, etc.), chaque concept développe son identité propre pour faire la différence.

En outre, la plupart des enseignes de crêperies ont développé des concepts de restaurants qui se déploient sur des surfaces réduites (de 20 m² à 60 m²) dont l’agencement est optimisé pour la production et l’accueil des clients. De ce fait, les frais de structures sont également réduits au maximum, sans pénaliser la capacité d’accueil et les volumes de ventes. Certains concepts proposent même des processus de fabrication permettant de servir des centaines de clients en très peu de temps, à la manière d’un fast-food. Ici encore, l’idée est de réduire les coûts, améliorer l’expérience client et maximiser les volumes de vente. Autant de points capitaux dans la rentabilité d’une crêperie !

Enfin, rejoindre un réseau de franchise de crêperie permet de bénéficier d'une centrale d'achat opérationnelle. Les prix des matières premières sont ainsi négociés au plus juste, ce qui permet d'optimiser les coûts et les marges.

Les enseignes de crêperies à suivre qui se développent en franchise

Quelques enseignes de crêperies sont ouvertes à la franchise. Parmi celles-ci, la plupart décline un concept original de restaurant de crêpes servies à table et d'autres se positionnent sur la vente de crêpes à emporter sur la base d'une boutique. Les réseaux en présence nécessitent selon les concepts un apport personnel plus ou moins important (de 70.000 à 200.000€) pour un investissement global oscillant entre 150 et 600.000€.

Mamie Bigoude : L'enseigne Mamie Bigoude se développe en franchise depuis 2012 autour d'un concept décoiffant entre tradition bretonne et road movie des années 50. Ce concept ludique aux décors acidulés et décalés cultive une identité forte. Les crêpes servies oscillent entre des classiques revisités et des recettes originales. L'ensemble offre un cocktail détonnant et baroque où le client passe un bon moment. Pour rejoindre cette enseigne, le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 150.000 € (droit d'entrée 40.000€, investissement global entre 450.000 € et 600.000 €). Le chiffre d’affaires réalisable après deux ans est estimé par le réseau entre 700.000 € et 1M€.

Crêperie Framboise : L'enseigne crêperie Framboise, qui s'ouvre à la franchise depuis peu, accueille ses premiers franchisés depuis 2017. Le concept se décline autour d'une crêperie aux allures modernes, entre design contemporain et espaces chaleureux dans l'esprit lounge. Les crêpes salées et sucrées au menu misent sur la qualité et l’originalité des plats proposés (ingrédients bien sélectionnés, utilisation de farines bio, fabrication à la demande, présentation attrayante, galettes indiennes). Pour rejoindre ce réseau, le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 120.000€ (droit d'entrée 30.000€, investissement global 450.000€). Le chiffre d'affaires réalisable après deux ans est estimé par l'enseigne à 800.000€.

Crêperie Tante Jeanne : Lancée en franchise en 2012, l'enseigne Crêperie Tante Jeanne mise sur l'authenticité et la qualité de ses mets (crêpes, galettes, salades, moules frites, grillades) pour séduire ses clients. Atmosphère feutrée, objets du passé, recettes authentiques familiales... Crêperie Tante Jeanne base principalement son concept sur l’originalité, la qualité et le caractère unique de ses procédés et transformations culinaires. Pour rejoindre ce réseau, le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 40.000€ (droit d'entrée 50.000€, investissement global entre 200 et 350.000€. Le chiffre d'affaires réalisable après deux ans est estimé par l'enseigne entre 1M€ et 1,2M€.

Amélie Crêpes Factory : Lancée en franchise en 2010, Amélie Crêpes Factory se positionne sur un concept de restauration rapide proposant des crêpes bretonnes, des galettes de sarrasin, des crêpes sucrées en respectant un bon rapport qualité/prix. Précurseur sur ce positionnement particulier dès 2006 avec des corners et stands de crêpes, le réseau Amélie Crêpes Factory a adapté son concept en format restaurant avant de passer à la franchise. Pour rejoindre ce réseau, le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 50.000€ (droit d'entrée 25.000€, investissement global 150.000€). Le chiffre d'affaires réalisable après deux ans est estimé par l'enseigne entre 300 et 700.000€.

Crêp’eat : Lancée en franchise en 2013, l'enseigne Crêp'eat veut marier authenticité et principes de restauration rapide. Le concept s'appuie pour cela sur des cuisines ouvertes sur la salle, avec des galettes et des crêpes cuites à la demande sous les yeux du client. Toutes les préparations servies misent sur la qualité et l'authenticité (farine de blé naturelle provenant d'un moulin en Bretagne). Pour rejoindre ce réseau, le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 70.000€ (droit d'entrée 20.000€, investissement global 200.000€). Le chiffre d'affaires réalisable après deux ans est estimé par l'enseigne à 550.000€.

Crée ta crêpe : Créée en 2016 et lancée en réseau en 2017, l’enseigne Crée ta crêpe se développe en licence de marque et comptait, début 2019, 2 restaurants en France. Son concept, atypique sur le marché des crêperies, consiste à proposer aux clients de composer eux-mêmes leurs crêpes à partir d’une carte d’ingrédients cuisinés ou frais. Ce processus permet un service rapide et efficace, pour maximiser les ventes lors des rushes. Partenaire de la marque de glaces Ben&Jerry, l’enseigne cible particulièrement les jeunes, les étudiants, les familles et implante pour cela ses restaurants dans des centres commerciaux. Du côté des chiffres, l’enseigne Crée ta crêpe exige 15 000€ de droits d’entrée, 1 200€ de redevance de fonctionnement, 300€ de redevance publicitaire et 30 000€ d’apport personnel pour un investissement total moyen de 95 000€ et un CA moyen à 2 ans de 750 000€.

Sucré Salé : Créée en 2007 et lancée en réseau de franchise en 2018 (après plus de 10 ans d’affinage du concept, donc), l’enseigne Sucré Salé est la franchise de crêperie pour petits budgets. Petite surface (30/40 m²), petit investissement (80 000€), petites redevances (700€ de redevance de fonctionnement et 100€ de redevance publicitaire)… mais CA moyen (200 000€) et concept fort. L’idée : proposer essentiellement des crêpes sucrées et salées, certifiées Achahada/Halal et préparées à la commande devant les clients, à emporter ou en livraison, via des partenariats avec Ubereats, Deliveroo ou encore Foodora. Et ce, dans un cadre convivial, pop et coloré.

Crêperie Joséphine : Créée en 1987 et lancée en franchise en 2016, l’enseigne Crêperie Joséphine se distingue de la concurrence sur le marché en proposant un concept de crêperie haut-de-gamme, tant dans l’assiette que dans la décoration du restaurant. L’objectif de Crêperie Joséphine est de proposer une expérience de restauration plongeant le client dans un cadre évoquant les salons de thé anciens et chics, raffinés et chaleureux. D’où une implantation en centres-villes. Du côté des chiffres, l’enseigne Crêperie Joséphine demande 12 000€ de droits d’entrée, 100 000€ d’apport personnel et 1,5% de royalties pour un CA moyen à 2 ans de 484 000€.

D'autres concepts sont également à découvrir comme notamment

Green Tukky : astucieux, novateur et dans l’air du temps, le concept Green Tukky a été créé en 2016 et lancé en réseau d’affiliation en 2017. Green Tukky, ce sont des Tuk-tuk (ces fameux tricycles motorisés thaïlandais) électriques autonomes en énergie grâce à des panneaux solaires, food-truck urbains d’un nouveau genre, écologiques, modernes et itinérants qui proposent aux consommateurs des glaces à l’italienne et des crêpes sucrées. Du côté des chiffres, l’enseigne demande 26 500€ de droits d’entrée et 4 000€ par an de redevance de fonctionnement. Les affiliés Green Tukky devront investir en moyenne 29 000€ pour un chiffre d’affaires moyen de 92 000€.

Le Patacrêpe, un réseau plutôt positionné haut de gamme avec des mets exclusivement « faits maison ».

O11ze, un réseau né en région parisienne en 2012 qui se positionne sur un concept de crêperie urbaine et familiale dans un cadre vintage.

Le Cap Breton, un réseau qui joue à fond la carte de la Bretagne avec des recettes authentiques, un rayon épicerie rempli de douceurs (biscuits au beurre, caramels, niniches, etc.). Les spécialités bretonnes (galettes et crêpes fourrées ou natures, far aux pruneaux, blinis de blé noir, etc.) peuvent se manger sur place ou à emporter.

Ar Preti, un réseau de crêperies venu des environs de Metz où modernité se mêle à une cuisine traditionnelle.

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter
1 commentaire
28/12/2016 20:11:12
-
philippe richieri
j'aimerais bien prendre contact avec ar preti le reseau de crêperies venu des environs de metz oumodernité se mele a une cuisine traditionnelle.....derniere ligne des enseignes a suivre

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top