logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Les intentions de recrutement par région

3ème partie au dossier : " Les entreprises veulent recruter... mais n'y arrivent pas toujours ! "

Publié le

Avec 1.739.300 embauches recensées sur l'ensemble de la France (DOM-TOM compris), le millésime 2015 est en progression de + 5,4%. Région par région, le détail des embauches programmées cette année.


En Alsace, 19,3% des établissements envisagent de recruter en 2015, ce qui représente 43.150 projets de recrutement, soit + 4,1% en un an. Parmi ces projets, 37,2% sont jugés difficiles à pourvoir par les employeurs (+ 3,2 points en un an). 35,3% des intentions d’embauche sont liées à une activité saisonnière (- 2,6 points en un an). 24.100 projets sont formulés par le secteur des services (56% de l’ensemble, + 5,3%). « Cette croissance est notamment le fait des « autres activités de services » dont les intentions d’embauche progressent fortement au travers de besoins de coiffeurs, esthéticiennes ou agents de sécurité. » A noter aussi le dynamisme du secteur de l’hébergement restauration qui affiche des projets en hausse de 13,8% en un an. De son côté, le secteur du commerce alsacien n'est pas en reste avec 5.980 projets, (+ 13% ). « Les besoins en main-d’œuvre progressent fortement dans le commerce de détail (+ 22%) et de façon moindre dans le commerce de gros (+ 4,6%). » A l'inverse, le commerce et la réparation automobile anticipe des recrutements à la baisse en 2015 (- 13%). Les bassins des trois grandes agglomérations alsaciennes rassemblent 64% des projets et 35% pour le seul bassin d’emploi de Strasbourg. Suivent des bassins d'emploi comme Mulhouse (6.362 projets), Colmar Neuf Brisach (6.211 projets), Sélestat (2.884 projets), Molsheim (2.806 projets), Guebwiller (1.933 projets).


En Aquitaine, 22,2% des établissements envisagent de recruter en 2015 ce qui représente 111.676 projets de recrutement (+ 1,2%). Parmi ces projets, 32,4% sont jugés difficiles (contre 36,5% en 2014). « La part des projets jugés difficiles baisse dans l’ensemble des secteurs, notamment dans la construction (- 14,7 points) et l’industrie manufacturière (- 12,4 points). La propension à recruter progresse dans le commerce (+ 2,8 points) et les services (+ 2,5 points), mais diminue dans les autres secteurs. Dans le détail, les services demeurent le premier contributeur de la région, avec 55% des projets en 2015 (+ 0,8% par rapport à 2014). Le commerce avec 12,6% des intentions d’embauche est particulièrement dynamique avec une progression de 8,7% des projets. A noter : La part des projets d’emplois à caractère saisonnier s’établit à 55,6%, en hausse de +6,3 points par rapport à 2014. Le bassin de Bordeaux arrive largement en tête en nombre de projets de recrutement (27 495 projets), suivi par le bassin du Pays Basque (10.192 projets), le Béarn (9.454 projets), Dax (8.181 projets), Mont de Marsan (8.009 projets), d'Agen (6.482 projets). Pauillac (5.632 projets), Périgueux (5.404 projets), Libourne (5.381 projets), Bergerac (3.601 projets), Marmande (3.370 projets).


En Auvergne, 19% des établissements envisagent de recruter en 2015 ce qui représente 31.500 projets de recrutements (+ 6,4%). Parmi ces projets, 35,9% sont jugés difficiles (+ 1,6 point). Les services rassemblent 63% des besoins en main d’œuvre, 19.900 projets sont prévus cette année (+ 9% par rapport à 2014). La plus forte progression du nombre de projets de recrutement s’observe dans l’industrie manufacturière (+ 41%). La part des embauches à caractère saisonnier progresse assez fortement en 2015 à 49% soit + 7,4 points par rapport à 2014. Le bassin de Clermont Ferrand est le plus dynamique avec 11.431 projets identifiés. « Il voit son volume de projets de recrutement progresser fortement par rapport à l’an passé ». Suivent les bassins d'emploi de Vichy Cusset (2.935 projets), Riom St Eloy (2.540 projets), Moulins (2.187 projets), Le Puy (2.090 projets), Aurillac (1.725 projets), Issoire (1.697 projets), Montluçon (1.602 projets).

En Basse Normandie, en 2015, 17,1% des établissements prévoient au moins une embauche (+ 1,2%). Ce taux atteint son plus haut niveau depuis 2010 avec 32.979 projets. Parmi ces projets, 27,9% sont jugés difficiles par les employeurs. « Près de 7 intentions d’embauche sur 10 se concentrent dans les activités de services, en particulier l’hôtellerie-restauration (16,0%) des besoins en main-d’œuvre), le secteur sanitaire et social (12,8%) et les services aux particuliers (14,7%). » Le commerce quant à lui est à l’origine de plus 3.700 projets de recrutement (11,2% des intentions d’embauche, en baisse de – 4,4%). La part des embauches à caractère saisonnier reste quasiment stable à 36,7% (36,5% en 2014).

En terme de répartition géographique, côté bassins d’emploi, « l’évolution est très hétérogène, certains comme ceux de Flers (+ 24,8%) et Argentan (+ 14,7%) sont très dynamiques, tandis qu'a contrario ceux d’Alençon et Falaise sont en net recul (de – 21,1% à – 13,7%). » Caen arrive ainsi en tête des bassins où le nombre des recrutements est le plus important avec 11.257 projets. Suivent les bassins Sud Manche (3.649 projets), Saint-Lo Coutances (3.451 projets), Lisieux (3.213 projets), Nord Cotentin (3.176 projets), Flers (1.999 projets)


En Bourgogne, 18,0% des établissements de la région prévoient au moins un recrutement cette année, ce qui représente 35.659 recrutements (- 0,3%). Parmi ces projets, 36,4% sont jugés difficiles par les employeurs (+ 4 points). Les services représentent 54% des intentions d’embauche de la région ; celles-ci diminuent (- 2,4%) en 2015. « L’ensemble IAA-agriculture est le deuxième contributeur (22% des projets de la région) et voit ses intentions progresser (+ 8,6%) ». Le commerce quant à lui concentre 12% des intentions de recrutement de la région. Ce secteur enregistre une forte hausse (+ 17,5% projets), notamment « sous l’effet du dynamisme du commerce de détail (hausse de + 22,9 % des projets d’embauche). La part des projets de recrutement à caractère saisonnier augmente légèrement pour atteindre 40,9% (+ 2 points). » En terme de répartition géographique, le bassin d'emploi de Dijon est le plus porteur avec 8.300 projets identifiés. Suivent le bassin de Beaune avec 4.260 projets, Macon (3.305 projets), Auxerre (3.106 projets), Châlon sur Saône (2.846 projets), Nevers (1.941 projets), Sens (1.511 projets), Digoin (1.273 projets), Montbard (1.260 projets), Cosne sur Loire (1.132 projets).


En Bretagne, 21,9% des établissements envisagent un recrutement en 2015, ce qui représente 89.368 intentions d'embauche (- 0,9%). Parmi ces projets, 32% sont jugés difficiles par les employeurs. « Avec près de deux tiers des intentions d’embauche les services représentent un potentiel de 55.916 projets, en diminution de 1,9% par rapport à 2014 ». 3 secteurs se partagent 41% des intentions d’embauche : l'hébergement ‐ restauration (14.200 intentions d’embauche), la santé humaine et action sociale (11.400), et l'agriculture (11.300). En moyenne, 47,3% des projets de recrutement concernent des emplois à caractère saisonnier, contre 46,7% en 2014.

Parmi les métiers les plus recherchés, on retrouve sans surprise les serveurs de café, restaurants (4.800, les agriculteurs salariés, ouvriers agricoles (4.100) et les professionnels de l’animation socioculturelle (3.700). En terme de répartition géographique, le bassin de Rennes est largement porteur avec 17.148 projets. Suivent les bassins d'emploi de Brest (7.722 projets), Saint Brieuc (7.312 projets), Vannes (5.895 projets), Morlaix (5.705 projets), Lorient (5.548 projets) ou encore Saint Malo (3.885 projets), Auray (3.789 projets), Lannion (2.985 projets), Dinan (2.285 projets), Carhaix (2.169 projets) et Vitré (2.094 projets).


Dans le Centre-Val de Loire, 19,2% des établissements envisagent d'embaucher en 2015 (+ 1,6%), ce qui représente à 53.256 unités (+ 0,5%). Parmi ces projets, 38,2% des recrutements sont assortis de difficultés, soit une baisse de 5,1 points par rapport à 2014 (43,2%). Les services représentent 59% des projets de recrutement de la région (+ 1,3%) avec 31.658 projets en 2015 (soit 400 projets supplémentaires). Le commerce quant à lui totalise 15,6% des intentions de recrutements de la région. La proportion de recrutements à caractère saisonnier s’élève à 39,5%, contre 40,4% l’an dernier. En terme de répartition géographique, le bassin d'emploi de Tours est le plus porteur avec 10.123 intentions d'embauche. Suivent les bassins d'Orléans (8.945 projets), Chartres (4.491 projets), Blois (4.481 projet), Chateauroux (2.404 projets), Chinon (2.198 projets), Vendôme (1.921 projets), Montargis (1.850 projets), Amboise (1.746 projets), Romorantin (1.365 projets).


En Champagne-Ardenne, 19,5% des établissements de la région prévoient au moins une embauche en 2015 ce qui représente 42 000 projets de recrutements, soit 1.800 de moins qu’en 2014 (- 4,1%). Parmi ces projets, près d’un quart (24,4%) sont jugés difficiles par les employeurs, soit une hausse de 1,1 points par rapport à 2014. « La hausse concerne particulièrement le commerce (+ 11,1 points). » L’ensemble IAA-Agriculture représente près de la moitié des intentions d’embauche de l'année (19.800 projets), quasi en totalité saisonniers. Les services constituent le second secteur contributeur avec 15.200 projets (en baisse de 3,8%). En terme de répartition géographique, le bassin d'emploi de Reims est le plus dynamique avec 9.852 projets de recrutements. Suivent les bassins de Troyes (8.118 projets), d'Epernay (7.218 projets), de Chalons (2.678 projets) Sézanne (1.795 projets), ou Bar sur Aube (2.254 projets), Charleville (2.125 projets), Chaumont (1.259 projets), Saint Dizier (1.247 projets).


En Corse, 33,2% des établissements prévoient au moins une embauche en 2015, ce qui représente 17.931 projets (+ 5,7%, + 961 projets). Parmi ces projets, 28,8% sont jugés difficiles par les employeurs. « Les difficultés d’embauche diminuent notamment dans le commerce (- 8,6 points) et les services (- 1,6 points) ». Les services représentent 69 % des intentions de recrutement de la région (+ 5,8%, soit 684 projets supplémentaires), suivis par le commerce avec 15% des embauches envisagées (+ 10,2%, soit 249 projets supplémentaires)

La part des emplois à caractère saisonnier atteint 73,7% en 2015 (contre 69,4% en 2014).

En terme de répartition géographique, Ajaccio et Bastia sont les bassins les plus dynamiques avec respectivement 4.876 et 4.687 projets de recrutement pour l'année. Suivent les bassins de Porto Vecchio Sartene Propran (4.243 projets), Calvi/Ile Rousse (2.222 projets), et Corte Ghisonaccia Aleria (1.903 projets).


En Franche Comté, 19% des établissements envisagent de recruter en 2015 pour un total de 25.695 projets (+ 15,1 %), soit près de 3 400 de plus qu'en 2014. Parmi ces projets, 36% sont jugés difficiles par les employeurs. Près des deux tiers (63%) des projets de recrutement se concentrent dans les activités de services ; « c’est dans ce secteur que la progression est la plus forte (+ 17,2%, soit 2.384 projets supplémentaires) ». Le second contributeur de la région est le commerce avec 12% des projets qui voit ses intentions d’embauche progresser de 9,4%. Les emplois à caractère saisonnier augmentent modérément (+ 2,5 point par rapport à 2014) et concernent 37,6% des projets de recrutement. « Les fonctions liées à la vente, au tourisme et au recrutement représentent 39% des intentions d’embauche en 2015, soit près de 10.100 projets. » En terme de répartition géographique, le bassin d'emploi de Besançon est le plus dynamique avec 7.022 projets. Suivent les bassins de Belfort (3.322 projets), Montbéliard (2.799 projets), Dole (2.122 projets), Vesoul (1.730 projets) ou encore Pontarlier (1.380 projets) et Morteau (1.099 projets).


En Haute Normandie, 16,6% des établissements envisagent au moins un recrutement cette année pour un total de 27.315 projets recensés (+ 4,8%). Parmi ces projets, 25,0% sont jugés difficiles par les employeurs (contre 32,3% en 2014). 62% des projets de recrutement sont portés par les services qui demeurent largement le premier secteur contributeur de la région. « Cependant les intentions diminuent cette année de 3,6% dans ce secteur, avec 16.790 projets (soit 630 de moins que l’an passé) ». Les intentions d’embauche progressent en revanche pour le commerce (+ 24%). 23,0% des projets de recrutement ont un caractère saisonnier, contre 24,5% en 2014; « ce ratio est en hausse uniquement pour le secteur des services (+ 0,4 point) ». En terme de répartition géographique, le bassin d'emploi de Rouen est largement en tête en nombre d'intentions d'embauches avec 8.639 projets. Suivent le secteur du Havre (3.825 projets), Evreux (3.036 projets), et Caux Maritime (2.709 projets).


En Ile de France, 17,8% des établissements franciliens se déclarent prêts à embaucher, contre 17,3% en 2014. Cela représente un total de 290.127 recrutements pour 2015 (+ 1,1%, + 3.101 embauches supplémentaires). Parmi ces projets, la part des embauches jugées difficiles recule de près de 5 points par rapport à 2014 pour s’établir à 33,3%.

Les activités de services rassemblent à elles seules 225.884 projets de recrutements soit 78% des projets franciliens. « On y retrouve principalement les services scientifiques et techniques (21,9%) ; le domaine information-communication (11,5%) et les autres activités de services (10,8%). Le commerce représente quant à lui 13% des intentions d'embauche. 37.478 projets de recrutement, soit 12,9% sont liés à une activité saisonnière (- 2,6 points par rapport à 2014). »

Plus d’un établissement recruteur francilien sur deux a l’intention de recruter en CDI.

En terme de répartition géographique, le département de Paris concentre à lui seul quelque 100.091 projets. Suivent les départements des Hauts-de-Seine (51.857 projets), la Seine-Saint-Denis (27.903 projets), les Yvelines (26.577 projets), le Val-de-Marne (25.985 projets), la Seine-et-Marne (19.968 projets), l'Essonne (19.434 projets) et le Val-d’Oise (18.313 projets).


Dans le Languedoc-Roussillon, 23,9% des établissements envisagent de recruter au moins un salarié cette année (+ 2,3 point par rapport à l’année passée). Au total, 88.750 projets de recrutement sont identifiés (+ 3,3%). Parmi ces projets, 26,2% sont jugés difficiles par les employeurs(- 5,1 points). Les services demeurent le principal pôle de recrutement de la région (63% du total des projets annoncés) avec 55.500 intentions d’embauche (+ 4,7% par rapport à 2014). « Parmi les services, l’hôtellerie-restauration représente le premier secteur recruteur, avec 21,5% de l’ensemble des besoins en main-d’œuvre, devant le secteur sanitaire et social 10,5%. » La proportion d’embauches à caractère saisonnier diminue légèrement : 58,7% contre 60,0% en 2014. En terme de répartition géographique, les intentions de recrutement se concentrent sur le bassin d'emploi de Montpellier (17.995 projets). Suivent les bassins d'emploi de Perpignan (11.828 projets), Nîmes (11.640 projets), Béziers (11.401 projets), ou encore Narbonne (5.753 projets), Ceret (4.025 projets), Sète (3.191 projets), Carcassonne (3.069 projets), Ales la Grand Combe (2.760 projets), Beaucaire (2.321 projets).


En Limousin, 17,4% des employeurs limousins déclarent au moins un projet de recrutement cette année, contre 16,1% en 2014. « Cette hausse de la propension à recruter est portée par deux secteurs : les services (+ 4,0 points) et le commerce (+ 3,9 points) ». Au total de 15.400 projets de recrutement sont recensés. Parmi ces projets, 33% sont jugés difficiles par les employeurs, une part en nette diminution depuis 3 ans. En 2015, plus d’1 projet de recrutement sur 2 provient d’une entreprise du secteur des services : la santé humaine et action sociale (2.100 projets), l’hébergement et restauration (1.600 projets), les services scientifiques, techniques, administration et soutien (1.500 projets), et les services aux particuliers (1.300 projets) concentrent les intentions d’embauche. « Avec 1.600 projets, ce qui représente 10,3% du total régional, le commerce demeure un pôle de recrutement important. » 45% de l’ensemble des projets soit 6.900 projets de recrutement sont liés à une activité saisonnière. En terme de répartition géographique, les bassins d'emploi de Limoges (4.664 projets) et Brive (4.071 projets) concentrent l'essentiel des intentions d'embauche, loin devant les bassins de Tulle (1.915 projets) et Saint Yriex (1.720 projets).


En Lorraine, 18,5% des établissements envisagent au moins une embauche cette année (+ 0,5 point par rapport à 2014). Cela représente un total de 45.650 projets de recrutement pour 2015, en progression de 3,1% par rapport à 2014. Parmi ces projets, 29,3% sont jugés difficiles par les employeurs (- 4%). Le secteur tertiaire concentre 77,6% des projets de recrutement, en hausse de 2,1 points par rapport à 2014. Les deux secteurs d’activité les plus recruteurs appartiennent au secteur tertiaire : la santé humaine et action sociale et le commerce représentent respectivement 15,1% et 14,6% du total des projets de recrutement. 29,4% des projets de recrutement présentent un caractère saisonnier (+ 1%). En terme de répartition géographique, les bassins d'emploi de Nancy et Metz sont les plus dynamiques avec respectivement 9.426 et 9.602 projets de recrutement. Suivent le bassin Houiller (5.478 projets), le bassin sidérurgique (4.125 projets), Epinal (3.183 projets) et Meuse Sud (2.170 projets).


En Midi-Pyrénées, 21,5% des établissements envisagent de recruter en 2015 (+ 0,9 point) pour un total de 87.689 projets (résultat stable par rapport à 2014). Parmi ces projets, 34,1% sont jugés difficiles par les employeurs, soit un recul de 2,2 points par rapport à 2014. Le secteur des services est le premier contributeur (61% des projets en 2015). Les intentions d’embauche progressent dans le commerce (+ 6,5%), l’industrie manufacturière (+ 4,9%) et les services (+ 1,2%). « Dans les services, le secteur de l’hébergement-restauration (13% des projets de la région) voit ses intentions d’embauche progresser fortement (+ 12,1%, soit 1.195 projets supplémentaires). » 44% des projets de recrutement annoncés sont liés à une activité saisonnière (+ 3 points). En terme de répartition géographique, le département de la Haute-Garonne, avec ses 37.100 projets de recrutement, recense 42% des intentions d’embauche de la région. Le seul bassin de Toulouse concentre 33.500 projets (plus de 38% des besoins en main-d’œuvre de la région). « reste l’un des plus gros bassins de France en termes d’intentions d’embauche. » Suivent loin derrière, les bassins d'emplois de Montauban (5.007 projets), Castel Sarrasin (4.783 projets), Auch (4.388 projets), Tarbes (3.760 projets), Rodez (3.790 projets), Albi Carmaux (3.139 projets), Condom (2.720 projets), Graulhet Gaillac (2.644 projets), Castres Mazamet (2.589 projets), Lourdes (2.173 projets), Cahors (2.074 projets).


Dans le Nord-Pas de Calais, 20,6% des établissements régionaux envisagent au moins un recrutement en 2015, contre 18,8% en 2014. Au total, 79.902 embauches sont prévues cette année, soit une baisse de 0,8%. Parmi ces projets, 28% sont jugés difficiles par les employeurs, contre 33% en 2014. Avec 68% des intentions d’embauches régionales – soit 54.202 projets - les services restent le principal réservoir d’emplois ; « les entreprises de ce secteur anticipent une progression de 0,9% des perspectives d’embauche ». 26% des projets de recrutement concernent des emplois à caractère saisonnier, contre 28% en 2014. En terme de répartition géographique, le bassin de Lille concentre le plus d'intentions de recrutements (23.316 projets). Suivent loin derrière les bassins d'emploi de Versant Nord-Est Roubaix-Tourcoing (7.364 projets), Valenciennes (6.527 projets), Dunkerque (6.159 projets), Artois Ternois (5.517 projets), Lens (5.389 projets), le bassin minier ouest (4.453 projets), ou encore Calais (3.866 projets), Douai (3.381 projets), le Boulonnais (3.205 projets), Montreuil (2.749 projets), le Cambresis (2.563 projets).


En Pays de la Loire, 21,1% des établissements de la région se déclarent prêts à embaucher en 2015, contre 20,7% l’an dernier. Au total le nombre de recrutements potentiels diminue, avec 96.926 projets en 2015 contre 99.430 en 2014 (- 2,5%). Parmi ces projets, 37,2% sont jugés comme difficiles. 59% des besoins de la région se situent dans les services avec 57.580 projets (+ 1,0%). Dans le commerce – 12% des besoins – les intentions sont stables (+ 1,1%) à 11.936 projets en 2015. Les besoins en main-d’œuvre chutent fortement dans la construction (- 26%). 46,2% des projets de recrutement sont liés à une activité saisonnière, « un niveau relativement stable depuis 3 ans (45,7% en 2014, 45,0% en 2013) ». En terme de répartition géographique, deux bassins d'emplois concentrent l'essentiel des intentions de recrutement : Nantes (23.610 projets), et Angers (11.196 projets). Suivent de très loin, les bassins d'emploi du Mans (6.088 projets), La Roche-sur-Yon (5.319 projets), des Sables d'Olonne (4.354 projets), la Baule (4.318 projets), Challans (3.887 projets), Les Herbiers (3.637 projets), Saint Nazaire (3.056 projets), Cholet (2.580 projets), Beaupréau (2.406 projets), ou encore La Flèche (2.039 projets).


En Picardie, 18,9% des établissements se déclarent prêts à embaucher en 2015 pour un total de 40.119 recrutements (+ 11,5%). Parmi ces projets, 30,1% sont jugés difficiles par les employeurs de la région (- 2%). Les services rassemblent 59% des besoins en main d’œuvre en 2015 (23.529 projetssoit une hausse de + 15,7% par rapport à 2014). « La plus forte progression du nombre de projets de recrutement s’observe encore cette année dans le commerce, avec une hausse de 29,2% par rapport à 2014 (soit 1.176 projets supplémentaires) »

La part des embauches à caractère saisonnier atteint 41,3%, soit +2 points par rapport à 2014.

En terme de répartition géographique, les bassins d'emploi les plus dynamiques sont Santerre Oise / Sud Oise (7.457 projets), Amiens (6.572 projets), et Beauvais (4.075 projets). Suivent les bassins de Santerre Somme (3.680 projets), Compiègne (3.636 projets), Brie Tardenois (3.514 projets), Abbeville Ponthieu (2.706 projets), Saint Quentin (2.494 projets), Soissons (1.848 projets).


En Poitou-Charentes, 21,2% des établissements de la région envisagent au moins un recrutement en 2015, contre 19,4% en 2014. Cela représente un total de 51.664 embauches en 2015, soit une hausse de 8,3%. Parmi ces projets, 33,9% sont jugés difficiles (38,0% en 2014). Les services restent largement le premier secteur contributeur de la région (60% des projets) ; « les intentions d’embauche de cet ensemble progressent nettement (+ 14,0%, soit 3.817 projets supplémentaires) ». Le commerce avec 13% des projets régionaux, est lui aussi particulièrement dynamique (+ 20,8% , soit 1.120 projets en plus). La proportion de projets de recrutement à caractère saisonnier diminue de 1 point à 51,7%. En terme de répartition géographique, les intentions de recrutement se concentrent essentiellement sur les grandes villes régionales comme la Rochelle (7.800 projets), Poitiers (6.615 projets), Niort (5.324 projets), Royan (4.973 projets). Suivent les bassins d'emploi d'Angoulème (4.595 projets), Saintes (2.831 projets), Cognac (2.746 projets), Thouars (1.833 projets), Jonzac (1.608 projets) ou encore Parthenay (1.540 projets).


En Provence Alpes Côte d'Azur, 23,9% des établissements de la région prévoient au moins une embauche en 2015 (21,8% en 2014) pour un total de 176.513 embauches (+ 6,3%). Parmi ces projets, 30,6% sont jugés difficiles par les employeurs de la région. Avec plus des deux tiers (68%) des projets les services demeurent de loin le premier contributeur (+ 5,6%), le commerce (12% des projets) anticipe également une progression de leurs embauches cette année ( + 10,8%). La proportion d’embauches à caractère saisonnier est de 49,1% contre 50,0% l’année passée. En terme de répartition géographique, les bassins d'emploi les plus recruteurs sont Marseille (23.354 projets), le bassin toulonnais (18.185 projets), le bassin niçois (17.411 projets), le bassin Est Varois (12.934 projets), Aix en Provence-Gardanne (12.413 projets), l'étang de Berre (10.128 projets), Arles Salon (9.900 projets), Hautes Alpes (9.674 projets), le bassin cannois (9.410 projets), le bassin de la Casa (9.151 projets), les Alpes de Haute Provence (6.925 projets), Est Carpentras (5.932 projets), le Sud Vaucluse (5.920 projets) ou encore Aubagne La Ciotat (5.736 projets).


En Rhône-Alpes, 22,6% des établissements de la région prévoient au moins une embauche cette année (22,1% en 2014) pour un total de 205.820 recrutements en 2015, soit une hausse de 2,3%. Parmi ces projets, 34,6% sont jugés difficiles par les employeurs de la région. Les services demeurent le premier secteur contributeur, avec près des deux tiers (65%) des intentions ; « ces dernières progressent de 6,4% en 2015, soit 8.018 projets supplémentaires ». 43,8% des projets de recrutement régionaux concernent des emplois à caractère saisonnier (- 1,6 points par rapport à 2014). En terme de répartition géographique, les bassins d'emploi les plus contributeurs en recrutement sont Lyon Centre (20.859 projets), Grenoble (19.251 projets), la Tarentaise (14.183 projets), Annecy (10.406 projets), Chambéry (9.406 projets), Villefranche (9.231 projets), Rhône Est (8.529 projets), Saint Etienne (7.125 projets), la Vallée Del'Arve (7.114 projets), Drôme Ardèche Sud (7.037 projets).


Dom-Tom

Guadeloupe : 24,7% des établissements se déclarent prêts à embaucher cette année, pour un total de 9.868 projets (- 8%). Les services – 62% des projets en 2015 – voient leurs intentions d’embauche diminuer (- 15%) tandis qu'à l'inverse, les entreprises du commerce – 12% des projets de la région – anticipent une fort hausse des besoins (+ 21%). 32% des projets sont jugés difficiles par les employeurs. La part des embauches à caractère saisonnier s'établit à 27,5% (+ 9,3 points).

Guyane : 36,4% des employeurs de la région prévoient au moins un recrutement en 2015 pour un total de 6.071 projets (+ 9,6%). L’ensemble des activités de services sont à l’origine de 56,4% des intentions d’embauche (+ 10%). Le secteur du commerce affiche à nouveau un repli en 2015 (baisse de 13,3% du nombre de projets). 30,1% des projets sont jugés difficiles. 10,1% des projets des projets sont à caractère saisonnier.

Martinique : 25,0% des établissements envisagent au moins un projet de recrutement pour un total de 8.446 recrutements en 2015 (+ 4,7%). Les services représentent 64,1% des besoins en main d’œuvre (+ 1,4%). Le commerce – 2ème secteur contributeur avec 12,5% des projets – voit son nombre de projets progresser fortement (+ 26,7%). 38,2% des projets de recrutement sont jugés difficiles par les employeurs. 30,1% des projets sont à caractère saisonnier.

Mayotte : 48,8% des employeurs souhaitent embaucher en 2015 soit un total de 3.257 projets. Près des deux tiers (64,5%) des besoins en main-d’œuvre se concentrent dans les activités de services. 50,5% des projets de recrutement sont jugés difficiles par les employeurs. Les emplois saisonniers représentent moins d’un projet sur dix (8,2%).

Réunion : 26,9% des employeurs souhaitent embaucher cette année pour un total de 22.576 recrutements (+ 7,6% par rapport à 2014), Avec 64% des besoins en main-d’œuvre, les services demeurent le premier pôle contributeur. Les employeurs du commerce – 3ème secteur contributeur de la région avec 10% des projets – anticipent une hausse marquée de leurs besoins en 2015 (+ 25,8%). 24,3% des recrutements sont jugés difficiles et 17,9% des besoins en main-d’œuvre concernent des emplois à caractère saisonnier.

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top