logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Les Français sont-ils en train de réinventer le snacking ?

4 français sur 10 déjeunent régulièrement sur le pouce

Publié le

Dans une étude sur la tendance de l'alimentation prête à consommer réalisée par Ipsos à l'occasion du Forum Vitagora 2015, les Français témoignent de leur attachement à la tradition gastronomique et de leurs habitudes snacking au quotidien. Instructif.

En France, la gastronomie est un art dont les Français sont fiers. Citée instantanément par 71% des sondés comme l'un des symboles forts de la France, la gastronomie est clairement un atout culturel. Dans l'absolu... car en effet au quotidien, le repas pris sur le pouce gagne du terrain


Un paradoxe français

Malgré le fait que les Français restent très attachés au repas pris autour d'une table (90% des sondés le cite comme une évidence), de plus en plus il est remplacé par des formules moins traditionnelles. Ainsi, aujourd'hui, 4 Français sur 10 affirment déjeuner « sur le pouce » au moins une fois par semaine ! « Et jusqu’à 21% d’entre eux déclarent le faire au moins 3 fois par semaine. » L'argument principal qui amène les Français à la facilité du snacking ? Le manque de temps : 53% des sondés consomment en effet « sur le pouce » en remplacement d'un repas quand ils sont pressés. De ces quelques chiffres découlent une particularité. Les Français, de part leur culture particulière, sont d'accord (ils n'ont pas forcément le choix !) pour manger rapide, mais pas n'importe quoi et pas n'importe comment. Les offres de snacking développées en France en témoignent d'ailleurs. Rapides et tout prêts certes, mais avec une certaine qualité gustative... les repas « sur le pouce » marient le traditionalisme au pratique. Et très curieusement comme le souligne le sondage Ipsos, « c’est à domicile que les Français consomment le plus sur le pouce ! C’est le cas pour 52% d’entre eux (surtout devant la télé ou l’ordinateur). Deuxième lieu privilégié : le travail, avec 41% des répondants (bureau ou poste de travail). » Les lieux privilégiés pour l’achat de produits snacking sont les boulangeries (52%) et les supermarchés (48%). « 68% des Français estiment le critère « avoir un bon goût » prioritaire pour le choix de produits prêts à manger » insiste l'Ipsos.


Des en-cas « à la française »

Pour composer leurs déjeuners sur le pouce, les Français se distinguent des autres pays par un trio produits de tête particulier. En effet, au pays du jambon-beurre, chips et autres sandwichs ne sont pas en odeur de sainteté. On leur préfèrent des produits sains et peu transformés comme les fruits en premier lieu, suivis des fromages, et des yaourts ! Ce trio de tête arrive largement devant les biscuits salés, les plats préparés, ou les sandwichs. Autrement dit, les produits qui séduisent les Français sont des produits assez peu transformés, et traditionnellement présents lors des repas classiques. Le hic ? Selon les sondés, l’offre de produits à manger sur le pouce est plutôt insatisfaisante en matière de produits bons pour la santé (peu sucrés, peu gras), naturels, bio, ou végétariens. « 4 opportunités de développement se détachent particulièrement pour le futur : les produits sains, faits maison, ressemblant à un vrai repas, et peu chers – à condition de maintenir le goût et la praticité, critères jugés importants mais déjà atteints dans l’offre actuelle. » Autrement dit, l'offre snacking en France doit être ré-inventée ! « Cette étude nous confirme qu’il existe de véritables opportunités de réinventer le snacking en France. Toutes les conditions, comme le manque de temps par exemple, sont réunies pour que les consommateurs se tournent vers ce type de produits. Mais le terme « snacking » ne convient plus lorsqu’il s’agit des consommateurs français, car ils attendent une offre en phase avec leur représentation traditionnelle de l’alimentation, plus proche du repas classique » estime, Christophe Breuillet, Directeur de Vitagora® qui ajoute, « il ne s’agit pas de calquer les pratiques anglo-saxonnes, mais d’inventer une toute nouvelle offre pour concilier la représentation culturelle du repas français et l’usage de praticité désormais incontournable »,


Les réseaux s'adaptent aux particularités françaises

Fast good, concept locavore, bistronomie... l'exception culturelle française impose des nouveaux formats depuis quelques années. Et les réseaux (à l'image de McDonalds qui a « relocalisé » ses recettes), s'adaptent pour offrir à leur clientèle exigeante, des produits en phase avec leur palais d'exception. Parmi les exemples les plus notables de ces dernières années, l'on peut citer notamment des concepts comme Pur etc, qui surfe sur la tendance locavore pour concocter des plats avec des produits du crû et de saison, mais aussi des concepts comme Cojean, marqué fast good et bistronomie, ou encore Frites City et Flam's qui jouent la carte de la tradition régionaliste, Maitre Corbeau avec ses plats à base de fromage, Lucien & la cocotte, avec ses spécialités de poulet, etc.

 

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top