logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

A suivre en 2014 : l'immobilier

5ème partie du dossier Les secteurs à suivre en franchise en 2014

Publié le

Malgré la crise, le secteur de l'immobilier reste porteur ! Mais la concurrence est de plus en plus féroce entre les concepts d'agences physiques et les réseaux de mandataires.

Touché de plein fouet par la crise, le secteur de l'immobilier a du faire le gros dos ces dernières années. Face à la baisse du nombre de transactions depuis 2008, de nombreux opérateurs ont souffert, mais la situation est clairement sinon en amélioration, du moins en voie de stabilisation, porté en cela par une légère embellie économique mais aussi et surtout, des taux d'intérêt bancaire toujours très bas. Largement dominé par les grands réseaux d'agences développés en franchise, le secteur a connu ces dernières années un vrai chamboulement des pratiques. Désormais, les réseaux d'agences physiques doivent composer avec les réseaux de mandataires aux concepts particulièrement bien huilés.

En 2013, selon les chiffres communiqués par la Fédération Française de la Franchise, le secteur de l'immobilier comptait 58 réseaux actifs (soit autant qu'en 2012), 3.505 franchisés (soit 244 de moins qu'en 2012), réalisant un chiffre d'affaires de 1,24 milliards d'euros (soit 80 millions de moins qu'en 2012).

Un marché en plein chamboulement

On ne le répétera jamais assez : le secteur de l'immobilier est cyclique. A chaque éternuement de l'économie, le marché de la pierre s'enrhume. Mais dès que la tempête est passée, l'activité repart de plus belle. Ces dernières années l'ont démontré une nouvelle fois. Atteignant des sommets en 2007, le marché s'est subitement retourné en 2008 du fait de la crise. Depuis 2013, les choses s'arrangent quelque peu, portées en cela par des prix des biens à vendre en nette baisse et des taux d'intérêt historiquement bas. Et si en 2014 encore, le marché est en convalescence, il reste porteur dans l'absolu. Ceci étant, le marché reste fragile. Une brusque remontée des taux pourrait étrangler les acquéreurs.

De même, chez les primo-accédants, la reprise est toujours suspendue à une modification possible des conditions d'octroi du prêt à taux zéro. Comme de plus l'offre est toujours supérieure à la demande dans certains secteurs géographiques, les prix continuent de baisser ce qui est autant de « manque à gagner » pour les intermédiaires que sont les agences immobilières. Sachant tout cela, le secteur de l'immobilier doit être choisi uniquement par des personnes très motivées, qui n'ont pas peur d'aller « au charbon » pour décrocher des mandats ! Le choix du secteur d'exclusivité est également crucial. La concurrence étant de plus en plus pressante, l'activité être très fluctuante selon les régions.

Rejoindre un réseau immobilier

En franchise, les réseaux dans le secteur de l'immobilier sont globalement classés en deux grandes catégories : d'un côté les concepts développés autour d'agences physiques et de l'autre, les concepts développés autour d'agences virtuelles de type réseau de mandataires. La différence entre les deux est importante. En effet, pour le nouveau franchisé, le ticket d'entrée entre l'une et l'autre de ces formules est radicalement différent !

Ainsi, pour rejoindre un réseau d'agences physiques, le candidat doit disposer d'un pécule d'au minimum 60 à 70.000 € au démarrage, tandis qu'un mandataire pourra débuter avec un apport quasi négligeable. Pourquoi une telle différence ? C'est bien simple. Pour monter une agence physique, le candidat doit s'acquitter d'un droit d'entrée plus ou moins conséquent, auquel s'ajoute le coût de la location d'un local bien situé, son aménagement et les garanties financières associées à l'activité immobilière.

Pour monter une agence virtuelle sous statut mandataire, les choses sont radicalement différentes. Le candidat n'a pas à disposer d'un local, il peut travailler de chez lui. Il n'a pas non plus à produire de garanties financières puisque c'est le réseau qui se charge de l'aspect règlementaire. Enfin, le droit d'entrée est quasi nul dans de nombreux réseaux de mandataires. Cette différence de coût entre les deux formules a largement fait le succès ces dernières années des réseaux de mandataires. Attention toutefois : si rejoindre un réseau de mandataire est assez simple, la motivation doit être décuplée ! Dans les deux formules, les profils recherchés sont essentiellement ceux de commerciaux.

Les réseaux à suivre dans l'immobilier sont notamment pour les enseignes avec agences physiques Avis Immobilier (160 implantations), Belvia Immobilier(39 implantations), Cimm immobilier (170 implantations), Côté particuliers (40 implantations), Dr House Immo (60 implantations), Elyse Avenue Immobilier (20 implantations), Era Immobilier (318 implantations), Espaces Atypiques (3 implantations), Expertimo (65 implantations), Guy Hoquet l'immobilier (480 implantations), Laforet (750 implantations), Le Tuc Immo (130 implantations), Mon département immobilier (30 implantations), Orpi (1 200 implantations),Remax (4 implantations), Réseau Immo-Diffusion (110 implantations), Solvimo (160 implantations). Pour les enseignes développées en réseau de mandataires, les réseaux à suivre sont notamment A la lucarne de l'immobilier (340 implantations), Agent Immobilier privé (35 implantations), Biimm.com (150 implantations), Capifrance (1 400 implantations), Groupement Immobilier (140 implantations), Idimmo (400 implantations), Imoconseil (150 implantations),Leaders et Partenaires (10 implantations), Maxihome (260 implantations), MegAgence (223 implantations), Naos Immobilier (100 implantations), Optimhome (1 000 implantations), Propriétés Privées (400 implantations), Sextant (165 implantations).
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter
1 commentaire
15/05/2014 16:58:59
-
Sébastien Pierre
Il est vrai que l'immobilier reste un placement rentable et tend à l'être avec les réformes sur le logement comme la loi Duflot par exemple (cf : <a href="http://www.loi-duflot.fr/questions-reponses/loi-duflot-2013/" style="display:inline" target="_blank">http://www.loi-duflot.fr/questions-reponses/loi-duflot-2013/</a> )... nous verrons les résultats bientôt !

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top