Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise cliquer sur l'élement pour deployer le moteur de recherche
Financer votre projet

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette
Willy Hennebil

MIDAS

Willy Hennebil

Willy Hennebil, directeur de zone chez Midas

Franchise MIDAS

Les chiffres de ce réseau :

  • - Date de création : 1976
  • - Date de lancement de la franchise : 1979
  • - Nombre d’implantations : 364
Créer une surveillance par email

Interview de Willy Hennebil

Publié le
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Toute la franchise : Bonjour, pouvez-vous nous expliquer votre rôle au sein du réseau Midas ?
Willy Hennebil : Je suis l’interlocuteur, sur le terrain, des responsables de centres. Ma zone d’intervention couvre la région Nord et ses alentours, soit 8 départements au total. Ce qui représente une trentaine de centres auto. Sur ce territoire, je suis en charge de l’accompagnement et du développement du réseau. J’interviens au quotidien auprès des responsables et gérants de centres. J’épaule également les nouveaux franchisés qui s’implantent sur ma zone, en les accompagnant durant la phase de création et de démarrage de leur entreprise.

T.L.F : Parlez-nous un peu de Midas ?
W.H. : Qui ne connaît pas Midas, le leader mondial de la réparation automobile ? L’entreprise a été créée dans les années 1950 aux Etats-Unis, et a essaimé dans le monde entier. Elle est arrivée en France dans les années 1970. Depuis, un bout de chemin a été fait puisque l’on compte environ 350 centres sur l’Hexagone.

T.L.F : Quelle est la base du concept Midas ?
W.H. : Notre modèle est basé sur des délais d’intervention courts, une politique de prix attractive, et un réel souci du client. Il repose sur un concept de centre auto, d’une surface moyenne de 300 m2, outillés pour répondre à tous les besoins de la clientèle ou presque. Chez nous, 90 % des opérations de maintenance d’un véhicule sont assurées.

T.L.F : Où êtes-vous implantés ?
W.H. : On est présent sur tout l’Hexagone, avec un forte implantation en centre-ville et en zone périurbaine, sur des axes passants. Avant, on ciblait des zones de chalandise d’une capacité de 20 000 personnes. Mais avec le temps nos centres ont évolué : ils sont plus qualitatifs et moins coûteux. On est désormais bien dimensionnés pour viser des bassins de population de 15 000 habitants.

T.L.F : Comment fonctionne un centre ?
W.H. : Typiquement, un centre fonctionne avec 4 ou 5 personnes. Un gérant qui s’occupe de la partie commerciale, un responsable d’atelier qui distribue les tâches et participe à la production, puis 2 ou 3 opérateurs qui assurent les prestations d’entretien. Certains centres, situés dans les grandes agglomérations, sont de taille plus importante. L’amplitude d’ouverture est de 6 jours par semaine, généralement de 8 heures à 19 heures.

T.L.F : Le marché de la réparation automobile n’est-il pas saturé ?
W.H. : On n’était pas loin de cette situation il y a quelques années. Entre 2005 et 2008, l’activité s’est mise à stagner. Les perspectives semblaient limitées. Tout le monde l’a ressenti. Depuis, on a innové en proposant de nouvelles prestations, notamment la révision constructeur. Ca a insufflé une nouvelle dynamique.

T.L.F : La révision constructeur ? De quoi s’agit-il ?
W.H. : Cette prestation permet au client de faire entretenir son véhicule avec la même qualité de service et le même cahier des charges que s’il allait chez un concessionnaire de sa marque, pour un coût 30 à 40 % inférieur. Cette offre a décollé rapidement. Les clients la plébiscitent. D’ailleurs, le journal Auto Plus vient de distinguer sur ce point. Dans sa dernière enquête sur la qualité des prestations délivrées dans les centres auto et les garages des concessionnaires, il nous accorde la première place. Ca confirme notre qualité de service.

T.L.F : Quelles sont les perspectives de développement du réseau Midas ?
W.H. : On estime aujourd’hui notre potentiel de développement à 200 ou 250 centres supplémentaires d’ici la fin de la décennie. Il y a donc de la marge ! Mais il ne faut pas raisonner qu’en termes d’ouvertures. Compte tenu de notre antériorité sur le marché, nous comptons dans nos rangs des franchisés qui partent à la retraite ou projettent de le faire, ce qui libère des opportunités intéressantes pour les candidats à la reprise.

T.L.F : Pourquoi rejoindre votre réseau, plutôt de se lancer en indépendant ?
W.H. : Notre position de leader, ainsi que notre forte notoriété, parlent d’elles-mêmes. Au-delà de ces éléments, il faut reconnaître qu’il est devenu difficile de se lancer sans s’adosser à un grand réseau. Les métiers de la réparation automobile nécessitent de gros investissements. L’achat d’une valise électronique de diagnostic multimarques, pour prendre un exemple, est très onéreux pour un indépendant.

T.L.F : Qu’est ce qui vous différencie de vos concurrents ?
W.H. : Je pense que ce sont nos valeurs d’entreprise. Chez nous, on développe une véritable culture du client. C’est la priorité numéro un. Autre point fort, on est vraiment en phase avec notre réseau. Midas est une entreprise ouverte aux idées et aux échanges. A tous les niveaux. En ce qui me concerne, je réunis tous les deux mois les responsables de centres de ma zone, pour plancher sur de nouvelles pistes de performance et échanger sur nos bonnes pratiques. C’est un exemple qui illustre bien cette culture du dialogue.

T.L.F : Votre réseau compte une forte proportion de franchisés ?
W.H. : C’est un point important pour les candidats à la franchise. Depuis le début, les dirigeants de Midas ont toujours privilégié le développement en franchises plutôt qu’en succursales. Ce parti-pris fait partie intégrante de notre culture. C’est, là encore, un des points qui nous différencient de nos concurrents. En France, nous comptons plus de 80 % de franchisés. Ces partenaires sont écoutés et respectés. L’association des franchisés Midas joue du reste un rôle important au sein de l’entreprise. Elle est systématiquement consultée quand il s’agit de mettre en place de nouvelles actions ou de développer de nouvelles prestations.

T.L.F : Quel profil de candidat recrutez-vous?
W.H. : Comme vous l’imaginez, le rôle d’un franchisé n’est pas de se mettre sous la voiture pour dévisser des boulons. Ce que nous recherchons, ce sont des candidats ayant le sens du commerce. C’est le critère de recrutement numéro 1. Cette qualité est primordiale pour développer la clientèle et la fidéliser. De ce fait, on recrute des franchisés venant d’horizons très différents. Le prochain à s’implanter dans ma zone vient de la grande distribution. C’est un ex-directeur de magasin Brico-dépôt.

T.L.F : Avez-vous d’autres critères de sélection ?
W.H. : Outre la fibre commerciale, il faut être capable de diriger une petite équipe au quotidien. Et bien sûr, avoir une forte motivation. Voilà, côté candidat, les trois ingrédients de la réussite.

T.L.F : Quel investissement faut-il prévoir ?
W.H. : Tout est fonction de la taille du projet et des ambitions du candidat. Pour avoir les coudées franches, il faut disposer de 60 000 euros d’apport personnel. Cela permet de lever les sommes nécessaires et de boucler son plan de financement, sachant que l’investissement global est de 250 000 euros. Mais on peut tout aussi bien se lancer avec 30 000 ou 40 000 euros, quitte à monter un centre plus petit. Il y a bien des façons de compléter son apport. Je les connais et, si c’est nécessaire, je peux orienter les candidats vers les bons interlocuteurs : chambres de commerce, fonds de développement économique, etc.

T.L.F : Quel est le retour sur investissement ?
W.H. : Nos centres génèrent un chiffre d’affaires moyen d’environ 600 000 euros. Une fois les charges réglées, la rentabilité finale atteint 13 à 15 %. De quoi dégager une rémunération pour le gérant et réinjecter une partie des bénéfices dans le développement du centre, histoire de renouveler les équipements par exemple. Notez que beaucoup de nos franchisés ont plusieurs centres. L’un d’entre-eux, en région lilloise, en possède sept. Ce qui génère, comme vous l’imaginez, de solides revenus.

T.L.F : Quelle formation dispensez-vous à vos futurs franchisés ?
W.H. : On les forme durant 8 semaines. Sur cette durée, ils passent un mois et demi en immersion complète dans l’un de nos centres. Là, ils se familiarisent aux multiples aspects du quotidien : accueil téléphonique, réception de la clientèle, gestion du planning... Puis ils complètent ce bagage par une formation de 15 jours, au siège, à la Celle-Saint-Cloud, en région parisienne. Cette deuxième partie du cursus est consacrée aux aspects techniques - utilisation de l’outil informatique, formation aux techniques de gestion, etc. Le but est que nos franchisés soient parfaitement opérationnels le jour de l’ouverture de leur centre. Une fois en place, ils peuvent bénéficier, ainsi que leurs salariés, d’un catalogue de formations maison, leur permettant de continuer à progresser dans leur expertise.

T.L.F : Quel accompagnement assurez-vous à vos franchisés ?
W.H. : Ils ne sont jamais isolés. Je les accompagne durant tout le processus de maturation et de réalisation de leur projet. Je recherche des entreprises performantes pour réaliser les travaux, je les aide à suivre le chantier, je fais appel aux experts de notre siège pour les conseiller sur l’achat de leur parc d’équipements, négocier les tarifs avec eux… On est en contact permanent. Je les vois physiquement au moins une fois par mois et on fait un reporting téléphonique toutes les semaines. Entre eux et moi, c’est un véritable travail d’équipe.

Les interviews sont la propriété de Toute la Franchise.com et sont destinées à la diffusion exclusive sur les sites du Groupe Toute la Franchise.com




: ...

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

DERNIERES INTERVIEWS DU RESEAU MIDAS

Créer une surveillance par email
découvrez
le concept
de ce réseau
en détail

Interview de Isabelle Mirocha

Interview publié le 01/04/2014

Interview de Félicia Soulier

Interview publié le 31/01/2013

Interview de Bertrand Cormier

Interview publié le 08/10/2012

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour interview. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

Le commentaire que vous déposerez ici sera du domaine public. Si vous êtes intéressé par l'enseigne, ne laissez pas vos coordonnées ici, mais cliquez sur « Demande de documentation » en haut ou bas de page. Merci.

250 caractères restants

Menu Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Newsletter Toute La Franchise

Recevez gratuitement le meilleur de l'actualité
de la franchise !