logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Dossier restauration : La restauration rapide en 2013

La restauration rapide est elle arrivée à maturité ?

Publié le

Le cabinet d'études sectorielles Xerfi a publié coup sur coup les résultats de deux études instructives sur la restauration rapide et l'agro-alimentaire. Globalement selon Xerfi, la restauration rapide est arrivée à un certain degré de maturité et face à une concurrence accrue, les modèles se voient forcés d'évoluer.

En janvier dernier, le cabinet d'études sectorielles Xerfi publiait les résultats d'une vaste enquête menée par ses experts sur la restauration rapide en France. Dans cette étude de près de 300 pages, Xerfi anticipe un retournement de tendance après plusieurs années de dynamisme hors normes. Simple accident de parcours ou tendance durable ? Xerfi aurait tendance à croire que ce recul s'inscrit plutôt dans la durée. Pourquoi ? La faute à la crise et à la baisse du pouvoir d'achat ? Certes, mais pas seulement !
En effet, selon Xerfi, la restauration rapide tombe de son piédestal. « Fréquentation en berne, réduction du plateau moyen, hausse des défaillances d’entreprises, tassement de la croissance du chiffre d’affaires et marges sous pression. Tous les indicateurs ont progressivement viré au rouge pour la restauration rapide en 2012 ». Un phénomène d'autant plus étonnant que ce subit recul intervient « après plusieurs années de dynamisme hors-norme ».

Trop de restaurants rapides ?

« L’intensité concurrentielle monte d’un cran » selon Xerfi. Et cela n'épargne personne, ni les grandes enseignes ni les indépendants de la restauration rapide ! En clair, le boom fantastique de ces dernières années dans ce secteur amène aujourd'hui à un phénomène de saturation. Et de fait, « sous l’effet de l’extension du parc de points de vente des grandes enseignes et de l’entrée de nombreux indépendants », les zones les plus passantes arrivent à saturation dans les grandes agglomérations.
Et cela est sans compter le dynamisme des boulangeries, traiteurs, et surtout des enseignes de la grande distribution qui ont eux aussi senti tout le potentiel du filon snacking. Toute cette concurrence a des répercussions sur les performances financières individuelles de chacun. Les marges s'amenuisent d'autant plus « que leurs charges continuent d’augmenter à vive allure (approvisionnements, loyers et frais de personnel en tête) » et que les taxes plombent les résultats (taxe soda, taxe éco-emballage, relèvement du taux de TVA réduit de 5,5% à 7% depuis janvier 2012).

3 leviers de croissance pour 2013

Si selon Xerfi, « jusque-là, les restaurateurs ont réussi à répercuter ces surtaxes dans leurs prix de vente » ne devront-ils pas, à l’avenir, sacrifier une partie de leurs marges pour rester compétitifs ? La question reste entière surtout qu'au 1er janvier 2014, le taux réduit de TVA passera à 10 % au lieu de 7 % aujourd'hui. « Pour faire face à l’intensification de la concurrence et redresser leurs performances économiques, les spécialistes de la restauration rapide » doivent réagir et vite. Pour cela, trois principaux leviers sont évoqués par l'étude Xerfi :
- l’extension des parcs de points de vente « en ayant notamment un recours accru à la franchise »
- la montée en gamme de l’offre et la création de nouveaux concepts.
- le développement des modes de vente alternatifs (ventes en ligne, livraison à domicile, drive)

Les perspectives à l'horizon 2015

Selon les estimations publiées dans le cadre de l'étude intitulée « Les industries agroalimentaires face à la restauration hors foyer », Xerfi anticipe en 2013 un recul de 1 % des dépenses en services de restauration. Globalement, la restauration traditionnelle devrait être la plus touchée par ce recul avec une baisse anticipée de 2 %, alors que la restauration rapide et la restauration collective feront preuve de résistance. A l'issue de cette année charnière, le marché devrait rebondir légèrement en 2014-2015 (+ 0,8 %).
Ainsi, la restauration rapide devrait rester stable en 2013 mais se redressera plus rapidement en 2014 (+ 3 %). De même, la restauration collective, en légère croissance en 2013 (+ 0,6 %), sera « pénalisée par les tensions dans la restauration d'entreprise » en 2014. Face à ces difficultés, la concentration devrait s'accélérer et le poids des chaînes continuer à croître. La crise du secteur dans son ensemble pourrait profiter aux industriels de l'agroalimentaire, qui multiplient les offres en cuisine d'assemblage permettant « d'assurer des performances économiques plus élevées aux restaurateurs, à condition toutefois de respecter certains critères qualitatifs ».


Le dossier complet :

Dominique André-Chaigneau, Toute La Franchise©

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top