logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

La micro-franchise, solution idéale pour favoriser la création d’entreprise ?

Et si la solution de la micro franchise constituait la meilleure solution pour se lancer ?

Publié le

Les principes de la franchise sont parfaitement adaptés aux attentes de ces milliers de français qui chaque année décide de quitter leur travail pour se lancer en tant qu'indépendant. En effet, en créant une entreprise reposant sur les forces de la franchise, le nouveau franchisé reçoit une formation, un accompagnement et un vrai savoir-faire, premier pas idéal pour se lancer. Cette création de franchise est parfois difficile, notamment à cause des droits d'entrée et de l'investissement financier trop élevé. C'est face à ce constat qu'est née la micro-franchise.

Le modèle de l'auto-entrepreneur inspire la franchise

Depuis la création du statut d'auto entrepreneur en janvier 2009, ce sont plus d'1 million d'entreprises qui ont été créées sous ce régime. L'auto-entreprise (à l'origine de plus de la moitié des créations d'entreprises aujourd'hui) a parfaitement rempli sa mission pour booster l'économie et faciliter la création d'activités, complémentaires ou principales. En décembre 2012, le 9e Observatoire de l'Auto-Entrepreneur (réalisé par Opinion Way pour l’UAE et la Fondation Le Roch-Les Mousquetaires) expliquait même que « si le régime n’avait pas existé, 56% des auto-entrepreneurs affirment qu’ils auraient renoncé à leur projet, parmi lesquels 59% de demandeurs d’emploi ». Une donnée qui montre combien le statut est un tremplin pour beaucoup d'entrepreneurs, qui peuvent ensuite créer une entreprise plus « traditionnelle » lorsque les plafonds de revenus sont atteints.

Le statut auto-entrepreneur a permis de faciliter l'accès à la création d'entreprise pour les personnes qui souhaitent être indépendantes. Toutefois, le plus souvent, le manque d'accompagnement, et la difficulté de se lancer seul pour tout gérer pose problème. Faisant sauter les verrous de la création d'entreprise classique, le statut auto-entrepreneur garde toutefois une image de statut adapté pour des activités complémentaires (retraités), ou transitoire (39% des auto-entrepreneurs envisagent d’évoluer vers un statut classique). Il existe donc un vide pour les personnes souhaitant se lancer à leur compte, tout en profitant de l'expérience et de la force d'un réseau. C'est ce que permet la micro-franchise.

Micro-franchise : une aide dès le lancement de son activité

Se lancer en rejoignant un réseau de franchisés n'est pas toujours simple, notamment à cause des conditions d'accès sur le plan financier. Voilà pourquoi plusieurs enseignes (O2, Mikit, Chauffeur&Go) ont décidé de proposer un modèle inspiré de la franchise, prenant en compte ces contraintes. La micro-franchise va reprendre les forces de la franchise classique, avec quelques spécificités :

  • zone d'exclusivité géographique plus restreinte,
  • implantation dans des bureaux partagés / co working,
  • entrepreneuriat individuel,
  • droits d'entrée plus faibles,
  • formation initiale et accompagnement plus concentré,
  • durée du contrat plus faible (2 à 3 ans contre 5 à 7 ans pour la franchise).

La micro-franchise est une franchise plus réduite, qui ne sacrifie pas toutefois sur l'essentiel, à savoir l'accompagnement et la transmission d'un savoir-faire. La micro-franchise permet un accès à un plus grand nombre de créateurs d'entreprises, moyennant un investissement réduit. En contrepartie, les redevances (royalties) et participations aux frais de communication seront en général plus importants que pour un franchisé « normal ». Les frais seront de 1 à 2% plus chers.

Le principe de la micro franchise est vu comme une porte d'entrée dans le monde de la franchise, une première étape avant de basculer en tant que franchisé « classique ». Cette initiative permet de faciliter l’insertion professionnelle de personnes éloignées de l’emploi, en apportant une aide forte et un concept sur-mesure. Il s'agit d'ailleurs d'une mission dont la dimension sociale est très importante. Pas surprenant de voir que l’Association pour le droit à l’initiative économique (Adie), association par ailleurs reconnue d'utilité publique, soit très impliquée dans les projets de micro franchise solidaire, en aidant les créateurs à trouver un financement via le microcrédit. « Pour l’Adie Microfranchise Solidaire, l’enjeu est de pouvoir mettre en place 10 à 12 filières de micro franchise solidaire qui puissent générer chacune entre 200 et 500 emplois. Nous en sommes encore à la première phase pilote et expérimentale » explique Amélie Benais, Déléguée de l’Association Adie Microfranchise Solidaire (AMS).

En temps de crise, et si la solution de la micro franchise constituait la meilleure solution pour se lancer, en limitant la prise de risques ?

Rédaction Toute la Franchise©

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top