logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Première tendance : Une déclinaison dans l'esprit corner - Dossier TOUTE LA FRANCHISE

Publié le

La première tendance tient à l'environnement économique délicat d'aujourd'hui. En effet, avec la crise de 2008 et la grande pagaille sur les marchés financiers qui n'en finit pas d'avoir des conséquences sur l'économie au quotidien, les créateurs ont de plus en plus de mal à constituer leur dossier de financement. Hors, en franchise, si par nature le modèle est plutôt sécurisant, cette sécurité a un prix.
Entre le droit d'entrée à acquitter, les stocks à constituer, le bail commercial à financer et les aménagements du local à payer, la création en franchise est de loin plus onéreuse qu'une création en solo. Tous ces frais sont dans la très grande majorité des cas financés en partie par un crédit bancaire. Quand le concept se fait exigeant en terme de qualité d'emplacement du local notamment, les budgets nécessaires à l'installation peuvent exploser. Confrontés de plus en plus souvent à cette situation, les réseaux de franchise déjà installés réfléchissent bien évidemment pour chercher des solutions à proposer aux candidats à la peine pour boucler leurs financements. Ces solutions se doivent bien évidemment d'être intelligentes.

Elles ne doivent pas altérer l'originalité du concept. Ces « nouvelles » formules se déclinent le plus souvent selon la formule du corner, mais d'autres formules existent.

NB : La création de formules plus accessibles pour les réseaux installés est de plus en plus impérative sur certains secteurs. En effet, les nouveaux concepts de facture plus récente ont déjà pris en compte cette notion économique dans leurs concepts. Si les réseaux installés veulent continuer de recruter, ils doivent faire preuve de créativité pour séduire les candidats d'aujourd'hui.

Les exemples de multi-format qui illustrent cette première tendance sont notamment :

Hyperminceur : Ce réseau créé en 2001 et lancé en franchise en 2003 connait un vrai succès en France mais aussi à l'étranger. Fort de 76 points de vente, le réseau Hyperminceur développé sous la formule du contrat de licence a lancé en 2011 une nouvelle offre allégée en direction de ses candidats : l'offre 2 cabines. Cette offre qui s'articule autour d'un local de 40 m2 ne nécessite que 7 000 € d'apport personnel.
Le droit d'entrée est ainsi fixé à 6 000 € (au lieu de 7 500 € pour l'offre 3 cabines, 10 000 € pour l'offre 4 cabines et 12 500 € pour l'offre 5 cabines) et le matériel nécessaire à l'exercice est loué (1 400 €) plutôt qu'acheté dans les autres formules. Au total, en comptant l'aménagement du local (10 000 €) et le fond de roulement (5 000 €), l'investissement global est de l'ordre de 22 000 € correspondant à 7 000 € d'apport personnel (30 % de 22 000 €) dans le cas d'un financement bancaire, contre 15 000 € d'apport personnel pour l'offre 3 cabines, 25 000 € pour l'offre 4 cabines et 35 000 € pour l'offre 5 cabines.

CosmétiCar : Ce réseau créé en 2005 et lancée en franchise en 2007 se développe sur le concept porteur du lavage de voitures sans eau, sur un mode écologique. Ce réseau qui compte 45 franchisés propose deux formats.
Le premier est le format CosmétiCar Unité Mobile (55 unités déjà déployées). Il ne nécessite pas de local commercial, puisque tout le matériel nécessaire est embarqué dans une voiture sous enseigne. Le second est le format CosmétiCar Centre de lavage en pôle fixe (6 centres ouverts). Ce format demande un investissement plus conséquent qu'en version mobile mais qui reste toutefois faible vis-à-vis des autres centres de lavage classiques utilisant de l'eau. Ce deuxième format est plus spécifiquement dédié aux personnes qui disposent déjà d'une unité mobile, voire de plusieurs, et qui souhaitent compléter leur activité avec une installation fixe.

O'Sushi : Ce réseau créé en 2001 et lancé en franchise en 2008, est spécialisé dans la vente de sushis à emporter ou à déguster sur place. Cette enseigne de restauration à thème qui compte 26 points de vente propose deux formats distincts de boutiques. La première repose sur l'idée du corner. Elle nécessite une surface d'exploitation de 18 m2 seulement, principalement implantée dans les galeries marchandes des centres commerciaux. La seconde formule s'apparente plus à une boutique classique. La surface recommandée varie entre 80 et 120 m2.

De Neuville : A l'occasion de son 25e anniversaire, le réseau De Neuville a décidé en 2011 de lancer un nouveau concept d'aménagement de ses surfaces de vente. Ce nouveau concept se décline en deux formats : le format boutique qui fait le choix d'un emplacement N°1 en cœur des villes de 20 000 habitants minimum, ou en centre commercial, et le format kiosque spécifiquement conçu pour les espaces restreints en centres commerciaux ou dans les lieux publics à fort trafic (ex : gares). Le format boutique qui est le principal format du réseau nécessite un local de 40 à 50 m2 (surface de vente de 25 à 30 m2) avec une façade minimum de 3,5 mètres pour assurer la visibilité de la boutique. Le format kiosque quant à lui ne nécessite que 10 à 24 m2 d’espace marchand.

Ucar : Ce réseau créé en 1999 et lancé en franchise en 2000 est la première compagnie low-cost de location de véhicules sur courte, moyenne et longue durée. Si le modèle type d’une agence UCAR est inspiré de la grande distribution (gros volumes, large gamme, grandes unités en périphérie dans les zones commerciales), ce réseau a également développé un modèle « corners de location » pour les professionnels de l’automobile qui cherchent une activité complémentaire.

Domidom : Ce réseau créé en 2003 et lancé en franchise en 2008 est spécialisé dans les services à la personne à domicile. Ce réseau national de 40 agences, propose depuis 2010 une nouvelle formule à ses candidats : la Micro Franchise. Ce nouveau concept très novateur sur le secteur des services à la personne permet à des entrepreneurs de pouvoir ouvrir dans des zones plus rurales.
Cette formule qui s'adosse à la formule classique nécessite un niveau d’investissement initial hors local commercial de 40 000 à 45 000 € HT au lieu de 50 000 à 60 000 € dans la version en franchise classique. Le droit d'entrée est de 10 000 € HT dans la formule de la micro-franchise (21 000 € autrement).


Notre dossier complet

Dominique André-Chaigneau, Rédaction TOUTE LA FRANCHISE ©

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top