logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeIcon/playICON/24/pinicon-my-accounticon-metas-turnovericon-metas-ticketicon-metas-moneyicon-metas-investmenticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-contributions-trainingicon-contributions-funding-assistanceicon-contributions-franchiseicon-checkicon-carticon-arrow-right-thinicon-arrow-linkicon-alerticon-action-close

Les avantages et inconvénients des franchises sans local

Des concepts plus accessibles mais une gestion plus délicate

Publié le

De plus en plus nombreuses depuis les années 2010, les franchises sans local couvrent une grande diversité de secteurs d’activité, de la cuisine à la mécanique en passant par le lavage écologique de véhicules et les food truck ou encore l’immobilier, le courtage en financements ou les services B2B. Toutefois, toutes ces franchises partagent les mêmes forces et les mêmes faiblesses. Focus sur les avantages et les inconvénients des franchises sans local.

Les avantages et inconvénients des franchises sans local

Les avantages des franchises sans local

Des frais fixes et un investissement fortement réduits

C’est bien entendu le principal avantage des franchises sans local : l’activité étant exercée depuis son propre domicile (en home office, donc) ou depuis un véhicule utilitaire équipé et/ou aménagé, les entrepreneurs font l’économie d’un local et de l’ensemble des frais afférents.

On estime ainsi, par exemple, que le loyer d’un commerce ne doit pas dépasser 8% à 9% du chiffre d’affaires et, dans les faits, le loyer représente rarement moins de 6% du chiffre d’affaires. En outre, il convient d’ajouter à ce loyer des dépenses en eau, en électricité, en gaz, en assurances, etc. Il n’est ainsi pas rare que le montant des frais fixes liés au local commercial dépassent 10% du chiffre d’affaires, grevant d’autant la rentabilité de l’exploitation. Et ce, alors que l’investissement initial doit bien souvent prévoir le paiement de pas de porte et/ou de droit au bail.

Enfin, un local commercial nécessite toujours des travaux d’agencement, de décoration, etc. Sol, murs, plafonds, installation électrique, sanitaires, cloisons, vitrine, enseigne, mobilier, etc. : la création d’un commerce implique généralement un investissement supérieur à 100.000€, parfois jusqu’à 500.000€.

A contrario, la création d’une franchise sans local ne nécessite que peu de frais, variables selon la typologie de franchise sans local.

  • Les franchises à domicile, en home office, vont nécessiter exclusivement l’achat de matériel informatique et de communication ainsi qu’éventuellement quelques meubles pour se céer un bureau confortable et fonctionnel à la maison ;
  • Les franchises de commerce ambulant nécessitent quant à elles en plus l’achat ou la location d’un véhicule aménagé/équipé. Selon l’activité (cuisine, lavage écologique sans eau, mécanicien, food truck, etc.), ce véhicule, et son équipement, peuvent représenter une charge élevée mais l’investissement global, véhicule inclus, ne dépasse jamais 80.000/90.000€. En outre, ce véhicule peut être loué et devenir ainsi une charge fixe, faible et déductible du chiffre d’affaires.

A noter : concernant l’assurance, il est possible que les dépenses soient similaires ou du moins proches entre les franchises avec local et les franchises de commerce ambulant. En effet, assurer aussi bien contre les dommages que contre le vol un camion aménagé et son contenu peut représenter une franchise importante. En tout état de cause, des devis doivent être établis dans un cas comme dans l’autre. En outre, il est fréquent que les enseignes de franchise aient déjà négocié des tarifs préférentiels avec des assureurs.

Un métier avec peu de routine

Alors qu’un commerçant « traditionnel » passe le plus clair de son temps dans son local, un franchisé exerçant de manière ambulante ou en home-office est quasiment constamment sur les routes, au domicile de ses clients ou sur leur lieu de travail.

C’est là un atout fort des franchises sans local et en particulier des franchises de commerce ambulant pour celles et ceux qui ne supportent pas la routine et qui ont besoin de bouger en permanence. En revanche, il convient de noter que ce format ne convient pas aux porteurs de projets rassurés et guidés dans leur travail par un cadre structurant.

Les semaines d’un franchisé sans local se décomposent en effet en plusieurs types de tâches :

  • Administratives ;
  • Commerciales (prospection, gestion des commandes et des factures clients, relances éventuelles, rendez-vous clients, etc.) ;
  • Techniques (réalisation des prestations) ;
  • Etc.

Les inconvénients des franchises de commerce ambulant

Des frais variables à surveiller

Si les frais fixes des franchises sans local sont réduits au minimum, les frais variables, eux, peuvent vite enfler, en particulier lorsque la zone de chalandise est étendue. Il s’agit bien évidemment des frais d’entretien du véhicule et, surtout, des frais de carburant : les consommables nécessaires à la réalisation des prestations sont quant à eux généralement inclus dans le prix de la prestation et sont donc déjà couverts.

Ces frais variables non inclus dans le prix de la prestation doivent être convenablement notés et intégrés à la comptabilité afin d’évaluer de manière précise et objective les dépenses annuelles, voire mensuelles. Car c’est là que peut résider l’un des grands pièges des franchises sans local : négliger ces dépenses et surévaluer la rentabilité de l’activité.

Toutefois, l’avantage en franchise c’est que ces points sont généralement abordés dans la formation initiale et, surtout, les enseignes fournissent bien souvent des outils d’aide au pilotage de l’activité afin justement d’éviter le piège d’une sous-évaluation des frais variables.

Un travail de prospection et de communication accru

L’avantage des franchises sans local est aussi leur point faible. Si l’absence de routine peut être particulièrement intéressante pour de nombreux porteurs de projets, elle implique aussi un revers de la médaille : il est primordial d’être rigoureux, organisé et sérieusement motivé.

En effet, en dehors des phases de rendez-vous avec des prospects et de réalisation des interventions, il faut réussir à travailler en home office de manière structurée. Et ce, pour démarcher des clients, particuliers et professionnels, trouver des prescripteurs, travailler sa communication locale, etc. En particulier au début de l’activité afin d’amorcer la création du portefeuille client.

Rapidement, le bouche à oreille peut fonctionner et faire venir de nouveaux clients mais au début, aucun local, aucune vitrine ne permet de découvrir l’existence de l’activité. Il faut donc s’impliquer pour développer son business.

Ici encore, les franchisés disposent d’un atout considérable : ils sont épaulés par la tête de réseau, qui prend en charge bien souvent elle-même la campagne de communication de démarrage et, surtout, qui forme les franchisés à la prospection et au démarchage.

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Note 5,0/5 - 2 avis

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top