Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise cliquer sur l'élement pour deployer le moteur de recherche
Financer votre projet

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette

Freelance : qu’est-ce que ce statut indépendant ?

Tout savoir sur les travailleurs indépendants

Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

A l’heure où certains prédisent la fin du salariat, à l’heure de l’überisation des services et de l’externalisation généralisée de nombreuses compétences par les entreprises, petites, moyennes ou grandes, de plus en plus de Français envisagent de se lancer en freelance. Mais qu’est-ce, au juste, que la freelance ? Combien la France compte-t-elle de travailleurs indépendants ? Comment se lancer à son compte quand on est salarié ? Quel statut juridique choisir ? Découvrez les réponses à toutes ces questions ainsi que quelques conseils précieux pour être un freelance épanoui et performant.

Freelance : définition

Freelance définitionIl est intéressant de noter que le terme de freelance n’a pas de véritable définition « légale ». En effet, ce terme anglosaxon recouvre une réalité qui n’en est pas une pour les instituts de statistiques ou les Ministères. Ces derniers ne connaissent qu’une seule réalité : les travailleurs indépendants, ces « personnes qui exercent à leur compte une activité économique, en supportant les risques de cette activité et en s’appropriant les profits éventuels qu’elle peut générer. » (cf Le travailleur indépendant).

>> Lire aussi : Entrepreneur, qu’est-ce qu’un entrepreneur ?

Or, un commerçant, un agriculteur ou même un médecin sont des travailleurs indépendants au sens de cette définition. Ce ne sont pourtant pas, à l’évidence, des freelances ! Car un freelance n’est pas seulement un travailleur indépendant, c’est un entrepreneur :

  • Qui travaille seul, sans salarié ;
  • Qui exerce une activité de service (le plus souvent dans des métiers du conseil, du numérique, de la communication, mais pas seulement) ;
  • Qui travaille en B2B ;
  • Qui dispose d’un portefeuille client (un freelance ne travaille pas pour un seul client) ;
  • Qui ne dispose pas d’un local commercial (ce qui n’implique pas nécessairement qu’il travaille dans son lit, en pyjama ; nous verrons plus loin les clichés qui concernent les freelances).

Etat du « marché » en France

Le nombre de freelances a triplé en seulement 10 ans en France, selon un article du Figaro. Pour autant, il faut veiller à bien analyser cette progression. Le régime de la micro-entreprise a en effet largement favorisé la création d’entreprise et a amené de très nombreuses personnes à se lancer en freelance (les auto-entrepreneurs représentent en effet 35% des travailleurs indépendants). Cependant :

  • Sur le million d’auto-entrepreneurs que comptait la France en 2016, seuls 10% gagnaient plus de 26 000€ par an !
  • Entre 2012 et 2016, près de 275 000 radiations ont été enregistrées…
  • Seuls 33% des autoentrepreneurs exercent dans des activités libérales et peuvent donc être classés dans la catégorie « freelances ».

Comment souvent, il faut se méfier des statistiques et les analyser avec précision pour comprendre les réalités qu’elles représentent…

Quoi qu’il en soit, il est indéniable que la freelance a le vent en poupe, comme le démontre une étude américaine selon laquelle de nombreux seniors et salariés se lançaient à leur compte pour compléter un salaire ou une retraite. Selon cette étude, qui utilise une autre définition que celle de l’INSEE, on compterait ainsi 13 millions de travailleurs indépendants en France !

Se lancer en freelance quand on est salarié

Quand on réfléchit à se lancer en freelance, on est généralement salarié dans une entreprise. Sachez par conséquent :

  • Que vous ne pouvez pas exercer en freelance une activité concurrente de celle de votre employeur tant que vous êtes sous contrat. Il faut alors démissionner ou demander un congé pour création d’entreprise. Dans ce cas, en cas d’échec de votre projet, vous pourrez récupérer votre ancien poste aux mêmes conditions… si votre employeur accepte de vous l’accorder !
  • Si vous souhaitez exercer en tant que freelance le même métier que celui que vous exercez déjà sans que cela entre en concurrence avec l’activité de l’entreprise qui vous emploie (par exemple, consultant RH, développeur web, etc.) vous pouvez le faire sous condition d’accord de votre employeur.

Dans tous les autres cas, il vous faudra nécessairement démissionner ou négocier une rupture conventionnelle de votre contrat de travail.

Travailleur indépendant : quel statut juridique choisir ?

Travailleur indépendant ou freelance ne sont pas statuts juridiques, ce sont des statuts sociaux. Quand on est freelance, on est avant tout entrepreneur. Il faut donc créer une entreprise. Par conséquent, il convient de choisir un statut juridique pour son activité freelance.

On l’a vu plus haut, de nombreux freelances sont des entrepreneurs individuels sous le régime de la micro-entreprise (eh oui, autoentrepreneur non plus, ce n’est pas un statut ; c’est un régime de cotisations sociales). Pour celles et ceux dont le CA dépasse les plafonds de la micro-entreprise, le statut sera généralement celui de l’entreprise individuelle classique (EI).

Toutefois, il est tout à fait possible d’être freelance en créant une société EURL ou SASU. Ce choix dépendra généralement de l’âge, d’arbitrages fiscaux, etc.

Les conseils pour bien travailler en freelance

Conseils pour réussir en freelanceDemandez à 100 personnes comment ils imaginent la journée d’un freelance et elles se représenteront dans leur grande majorité un geek en pyjama ou en vêtements de sport sales, affalé dans son lit ou son canapé, en train de taper à l’ordinateur en mangeant de la junk food, entouré de déchets éparpillés sur le sol… et dans certains cas elles auront raison ! Toutefois :

  • Cette image stéréotypée ne représente pas la majorité des freelances et travailleurs indépendants en général ;
  • Si cette situation peut en attirer certains, ce n’est certainement pas la voie à suivre pour réussir en tant que freelance !

Et c’est pourtant le plus grand piège. En effet, la plupart des freelances, en particulier au lancement de leur activité, ne disposent pas de fonds suffisants pour louer un bureau ou un espace de coworking. Par conséquent, une grande majorité des freelances travaillent à domicile.

Distinguer le personnel du professionnel

Or, la première règle à suivre pour être efficace et épanoui en tant que travailleur indépendant est de réussir à séparer tant que possible vie professionnelle et vie privée. Certes, être freelance impliquera bien souvent de travailler beaucoup, y compris les soirs et les week-ends. Et ce, depuis chez soi. En outre, être indépendant est un mode de vie, pas seulement un mode de travail. Cette séparation peut donc être délicate à opérer (voire factice). Mais il est impératif de réussir à se mettre en conditions de travail pour travailler ! Les conseils qui s’appliquent pour le télétravail (voir plus haut) s’appliquent évidemment au freelance !

>> Lire aussi : Télétravail, ce que vous devez savoir

L’idéal est donc de créer, chez soi, un bureau. Qu’il s’agisse d’une pièce dédiée ou d’un coin de salon prévu à cet effet importe peu (et dépend de la place dont vous disposez). Mais il est important de ne pas travailler depuis son lit… Ceci étant, rien n’empêche de travailleur aux horaires auxquels vous êtes le plus performant, bien au contraire : c’est même l’un des grands avantages d’être freelance, c’est de pouvoir travailler à son rythme et selon ses propres horaires. Il faut donc en profiter !

S’organiser

L’autre grand piège de la freelance, c’est la procrastination, cette manie de tout remettre à plus tard, de se disperser, de ne pas réussir à finir un boulot et/ou à affronter un boulot délicat à terminer. Pour cela, il est primordial de s’organiser.

Une fois encore, il faut profiter du fait qu’être freelance, c’est être indépendant, donc libre. Cela signifie que vous pouvez vous fixer vos propres règles, vos propres emplois du temps, votre propre organisation. Etablissez donc un planning qui vous correspond et tenez-vous-y ! Coûte que coûte.

Prendre soin de soi

Rien de moralisateur ici, mais des faits : une mauvaise alimentation, un rythme chaotique et une mauvaise hygiène de vie affectent considérablement votre humeur et vos performances intellectuelles. Inversement, une alimentation saine et équilibrée, un rythme régulier (pas nécessairement « normal », il peut être atypique, tant qu’il est régulier) et une activité physique régulière améliorent votre santé psychologique et votre performance au travail.

Votre planning doit donc impérativement intégrer quelques petites séances d’activité physique (pas nécessairement dans une salle de sport ; vous pouvez très bien faire de l’exercice chez vous ou simplement sortir faire une promenade à pied) et vous devez veiller à bien vous alimenter. Profitez d’être chez vous pour vous préparer de bons petits plats : ce n’est pas du temps de perdu, c’est de l’investissement pour votre productivité !

Et bien sûr, de temps en temps, faites-vous plaisir ! Vous travaillez dur et longtemps pour vous. Alors récompensez-vous pour vos efforts et offrez-vous des petits plaisirs de temps en temps !

Se faire accompagner

Le dernier piège de la freelance, enfin, c’est l’isolement. Travailler seul, ne plus aller au bureau, ne pas avoir de collègues, ne pas sortir de chez soi : si tout cela peut paraître anecdotique (voire attirant pour certains), il n’en est rien. Tout cela peut être très difficile à vivre dès le court terme.

C’est pourquoi il est important de sortir de temps en temps : faire des promenades régulières, aller à la salle de sport, aller travailler dans un café, trouver un espace de coworking dès que c’est possible, participer à des événements locaux de « réseautage » (les CCI et des associations d’entrepreneurs en organisent très souvent), etc.


Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Créer une surveillance par email

DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

Tout ce qu’il faut savoir sur la fête des mères le 26 mai 2019

Article publié le 14/05/2019

Le Salon Naturally et l’essor du bio en France

Article publié le 06/05/2019

Advergames : zoom sur ces jeux marketing

Article publié le 06/05/2019

Où trouver une aide financière pour monter son entreprise ?

Article publié le 03/05/2019

Zoom sur les tendances food 2019

Article publié le 03/05/2019
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

250 caractères restants

Menu Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Newsletter Toute La Franchise

Recevez gratuitement le meilleur de l'actualité
de la franchise !