Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise cliquer sur l'élement pour deployer le moteur de recherche
Financer votre projet

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette

Quel métier choisir pour une reconversion ? Les franchises vous donnent la réponse

Immobilier, services à la personne, restauration, commerce

Modifié le - Publié le
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Vous souhaitez changer de métier ? L'hypothèse d'une reconversion sonne comme une opportunité ? Avec la franchise, sautez le pas d'une nouvelle vie n'a jamais été aussi facile. Immobilier, services à la personne, restauration, commerce... à vous de jouer !

L’emploi à vie, c’est fini !

Quel métier choisir pour une reconversion en franchise ?Il fut un temps où le meilleur des plans de carrière était de signer un CDI à la sortie des études et de rester sur la même voie jusqu'à la retraite. Monnaie courante il y a encore une trentaine d'années, ce modèle fait désormais partie du passé. Et de fait, aujourd'hui, le rapport à la vie professionnelle a changé. La perspective linéaire et rassurante d'une carrière entière dans la même entreprise manque sérieusement d'attrait. Les envies vont plus vers un épanouissement professionnel, une certaine recherche de vivre mieux, le besoin de changer, d'évoluer. La mobilité géographique gagne aussi du terrain. L'expatriation ne fait plus si peur. Le déménagement d'une région à une autre devient porteur d'opportunités. Les politiques l'ont bien compris : plus les Français bougent et plus la dynamique économique est forte.

Parallèlement, de nombreux pans de l'économie d'hier se sont écroulés avec le jeu de la concurrence internationale. Le textile, la métallurgie, l'extraction minière, etc. ne sont plus rentables en France. Tous les plans de carrière qui avaient été montés autour de ces filières ont dû être revus. A l'inverse, les filières numériques à valeur ajoutée ont fleuri en France. Terre d'excellence dans certains secteurs high-tech, la France n'a eu de cesse ces dernières années de se tertiariser. Plus de services, moins d'industrie, la société française évolue. Le vieillissement de la population impacte également fortement le paysage économique français. Toutes ces grandes évolutions de la société ont eu des effets directs et indirects sur les envies de chacun. Et cela passe souvent par un changement de métier, voire même la création d'une entreprise, pour être son propre patron, créer son propre emploi.

Ainsi, il apparaît que les envies de reconversion professionnelle sont nombreuses aux alentours de la quarantaine, c’est-à-dire quand les salariés ont accumulé suffisamment d’expérience pour avoir envie de voler de leurs propres ailes, prendre leurs propres décisions, acquérir de l’autonomie. Et ce, tout en se lançant le défi de l’entrepreneuriat.

Il apparaît également que les actifs sont de plus en plus nombreux à vouloir exercer une activité plus en adéquation avec leurs valeurs et leurs passions. C’est le cas, selon une étude en ligne réalisée par un site spécialisé dans la reconversion professionnelle, pour plus de 50% des salariés souhaitant changer de métier !

Presque tout s'apprend !

S'il est vrai que changer de métier peut faire peur, de plus en plus de Français osent tout plaquer pour repartir de zéro. Pourquoi ? Tout simplement parce que ces dernières décennies, le niveau d'étude a fortement grimpé et que les Français n'ont plus peur de retourner sur les bancs de l'école quelques mois pour se donner les moyens de repartir vers d'autres horizons. Et si la formation pour adultes reste encore à parfaire en France, les choses avancent. De plus en plus de cursus en accéléré voient le jour, ce qui ouvre autant d'opportunités de reconversion. Dans le même temps, l'accès généralisé à la connaissance via internet a aussi révolutionné les apprentissages. A coup de tutoriels et de sessions de e-learning, on peut désormais s'initier à des techniques complexes dans de nombreux secteurs.

En franchise, la formation fait aussi partie des atouts incontournables du modèle. Sur des bases concrètes, la formation initiale en franchise permet d'être rapidement opérationnel sur des sujets comme le management, la communication, la gestion courante, etc. Certains réseaux vont même jusqu'à proposer des formations initiales diplômantes, dispensées au sein d'unités de formation agréées. Les modules de formation continue viennent en appoint tout au long du contrat pour mieux faciliter l'apprentissage à de nouvelles techniques.

Concrètement, donc, le grand avantage de la franchise, c’est que, d’une manière générale et à l’exception de quelques métiers particulièrement techniques, le nouveau métier est directement transmis par la tête de réseau lors de cette formation initiale. En outre, dans bien des secteurs, les franchisés n’ont pas à exercer eux-mêmes le métier au quotidien, même s’ils peuvent parfois être amenés à le faire : boulangerie, restauration rapide et restauration, etc. Dans tous ces métiers, en franchise, le gérant est formé aux méthodes et à la pratique mais ce sont généralement les salariés du point de vente qui, au quotidien, prennent en charge la fabrication et la cuisson. Et ce, afin que le franchisé se concentre sur les tâches de gestion, de management, de communication, de vente, etc.

Quel métier choisir pour une reconversion ?

Ainsi, en franchise, de nombreux concepts sont accessibles sans expériences particulières dans le secteur d'activité. Plus que des connaissances formelles qui peuvent s'apprendre, les réseaux tablent surtout sur des traits de caractère comme un bon sens commercial, un bon sens de l'écoute, une bonne organisation, de la rigueur, un bon sens du contact, un bon relationnel à l'échelle locale, etc. Et si une bonne connaissance d'un secteur est un plus pour débuter, dans la plupart des réseaux, ce n'est en rien un prérequis, au contraire même : la motivation et l'implication remplacent allègrement le manque de connaissances techniques. Ceci est d'autant plus vrai qu'aujourd'hui, bon nombre de tâches très techniques peuvent être soit externalisées, soit accomplies par des salariés dont c'est la spécialité, comme nous le voyions plus haut.

Mais il est évidemment primordial de choisir également un secteur d’activité prometteur. Rien ne sert en effet de changer de métier si c’est pour choisir une activité peu voire pas rentable, inadaptée au marché. Et sur ce point encore, la franchise dispose d’indéniables atouts. En effet, tout d’abord, le simple fait qu’une activité soit développée en franchise est le signe que cette activité représente du potentiel : aucune enseigne n’investirait dans une équipe de développement de réseau si le marché sur lequel elle se positionne ne présentait pas de belles opportunités de croissance. En outre, avant la signature d’un contrat de franchise, les franchiseurs ont l’obligation légale de fournir au candidat un Document d’Information Précontractuelle (DIP). Or, ce dernier intègre obligatoirement une étude de marché nationale, ce qui donne d’excellentes indications aux porteurs de projet. Mais attention : cet état du marché ne dispense absolument pas d’effectuer une étude d’implantation et d’analyser soi-même le marché, mais c’est un point de départ intéressant. Enfin, il est très facile d’identifier les secteurs porteurs en franchise puisqu’il suffit pour cela d’analyser les données des réseaux : nombre d’ouvertures de points de vente, croissance de chiffre d’affaires, panier moyen, etc. Toutes ces données permettent d’identifier et sélectionner les secteurs d’activité les plus adaptés à une reconversion professionnelle réussie.

Ceci dit, bien évidemment, certains secteurs sont plus faciles à appréhender que d'autres. Ainsi parmi les secteurs les plus ouverts à la reconversion, l'on peut citer les suivants.

Les métiers de l'immobilier

Depuis plusieurs décennies maintenant le secteur de l’immobilier se développe considérablement, en franchise, certes, pour les agents immobiliers, mais surtout sous mandats. C’est en effet une réforme législative qui a soutenu l’essor du secteur en permettant aux titulaires d’une carte professionnelle d’agent immobilier de déléguer la relation commerciale à des mandataires. Ce faisant, la loi donnait naissance aux réseaux de mandataires immobiliers, qui constituent aujourd’hui les plus gros acteurs du secteur. On pense notamment à des enseignes comme SAFTI (3 500 mandataires en moins de 10 ans !), CAPIFRANCE (plus de 2 000 mandataires en à peine plus de 15 ans), propriétés-privées.com (plus de 1600 mandataires en moins de 15 ans), OPTIMHOME (1400 mandataires en à peine plus de 10 ans), etc.

Le grand avantage des réseaux de mandataires réside bien évidemment dans le fait qu’il n’est pas nécessaire d’être titulaire d’une carte professionnelle d’agent immobilier pour exercer. Fondamentalement, le mandataire est une sorte de technico-commercial spécialisé dans l’immobilier. Il ne faut pas croire pour autant que l’intégration du réseau ne comporte aucune formation ! Evaluation d’un bien, d’un quartier, connaissances techniques et administratives, etc. sont des éléments qui doivent être nécessairement maîtrisés. Il n’est ainsi pas rare que les formations durent plusieurs semaines voire plusieurs mois.

A contrario, les réseaux qui misent au contraire exclusivement sur des agences doivent recruter des agents immobiliers professionnels ou leur apporter la formation nécessaire à l’obtention de la carte professionnelle. Ce qui est bien plus exigeant.

>> Lire aussi : Devenir agent immobilier en franchise, comment ça marche ?

Les métiers des services à la personne

Ménage, repassage, jardinage, garde d'enfants, aide aux personnes âgées ou handicapées, agence matrimoniale... au sein de la grande famille des services à la personne, les offres sont multiples. Là encore, la plupart des réseaux n'imposent aucun prérequis. Des talents de gestionnaire et de management sont par contre essentiels pour réussir. En effet, dans les services à la personne, les franchisés n’effectuent pas eux-mêmes les prestations : ces dernières sont soit sous-traitées, soit effectuées par des salariés ; le franchisé recrute, manage les équipes, s’occupe de la communication, de la prospection, de la relation client, etc. Les formations tournent donc généralement sur ces aspects (même si elles intègrent évidemment des notions de droit, de fiscalité, etc. associés aux types de prestations et aux types de publics cibles).

>> Lire aussi : Services à la personne : pourquoi le secteur plaît autant ?

Les métiers du commerce spécialisé

Vente de matelas, de meubles, d'articles de sport, de bijouterie, d'articles de bureaux, d’e-cigarettes, etc., le commerce spécialisé embrasse de nombreuses spécialités. Dans la plupart des cas, le franchisé recherché devra essentiellement faire preuve d'un bon sens commercial et disposer d'aptitudes de gestion. Les subtilités techniques de chaque gamme de produits vendus s'apprennent ensuite au sein de la formation initiale, mais aussi dans la pratique de terrain.

Les métiers du commerce alimentaire

Supermarché, supérette, magasin de chocolats, terminal de cuisson, pour tous ces métiers du commerce alimentaire, nul n'est besoin d'avoir une expérience préalable dans le secteur de la grande distribution. Les formations des réseaux suppléent largement aux manques de connaissances dès lors que la fibre managériale et commerciale sont bien développées.

>> Lire aussi : Ouvrir un commerce spécialisé dans l’alimentaire : quelles options en franchise ?

Les métiers de la restauration rapide

Pizza, burger, taco, bagel, kebab, yaourt glacé, smoothie, coffee shop, etc. au sein des multiples enseignes de la restauration rapide, une formation complète dispensée par le réseau vient apprendre le métier aux nouveaux franchisés. Là encore, une bonne capacité à la gestion est essentielle, bien plus essentielle qu'une bonne aptitude derrière les fourneaux. En effet, même s’il est généralement indispensable de mettre la main à la pâte dans les secteurs de la restauration rapide, les tâches opérationnelles sont généralement déléguées aux salariés. Notons sur ce point que la restauration rapide est un secteur particulièrement porteur. Et ce, depuis les années 1980. Certes, les modes ont changé et aujourd’hui pizzas et kebabs ont été largement supplantés par les tacos et les burgers. Toutefois, ce segment de la restauration est le seul à ne pas connaître la crise.

>> Lire aussi : Restauration rapide : L’incroyable succès des enseignes de Tacos

Certains métiers de l'automobile

Hormis les enseignes de garagistes qui obligent d'avoir une expérience préalable dans un garage, les centres auto, le lavage auto, l'agence d'intermédiation entre particuliers pour la vente de voitures d'occasion sont autant de métiers accessibles aux personnes sans expériences particulières dans l'auto. Ces dernières années, c’est d’ailleurs le segment du lavage écologique de véhicules qui connaît un essor particulièrement important. Adapté aux particuliers mais surtout aux professionnels qui disposent d’une flotte de véhicules, ce segment est accessible facilement et offre un fort potentiel de développement.

A contrario de ces métiers qui peuvent être intégrés par de nombreux candidats à la franchise, d’autres requièrent quasi-obligatoirement une première expérience dans le domaine. C’est le cas, par exemple, des secteurs suivants.

Les métiers des services aux entreprises

Souvent réservés à des spécialistes, les métiers des services aux entreprises s'appuient sur des études longues menant à l'expertise. Cette formation initiale de haut vol ne peut être résumée à quelques semaines d'initiation au sein d'un réseau. Une expérience minimum dans le secteur est un prérequis. On pense par exemple à des enseignes telles que Bras Droit des Dirigeants, qui propose d’externaliser des fonctions de cadre, Axelium conseil, experts comptables, etc.

Les métiers de la construction et du bâtiment

Courtier en travaux, constructeur de maison, syndics de propriété... Si certains réseaux acceptent des débutants essentiellement sur des fonctions commerciales, dans la majorité des cas, dans les secteurs du bâtiment et de la construction, une expérience minimum est requise. Notons cependant que le courtage en travaux est particulièrement accessible, y compris aux néophytes, dans la mesure où, une fois encore, les travaux ne sont pas effectués par le franchisé mais bien par des sous-traitants/partenaires. Le courtier en travaux est, au même titre que le mandataire immobilier, un technico-commercial spécialisé dans les travaux de construction et de rénovation.

Les métiers de la restauration classique et de l'hôtellerie

Dans le secteur de la restauration à table et plus généralement de l'hôtellerie, dans la très grande majorité des cas, les réseaux préfèrent avoir à faire avec des gens du métier plutôt qu'à des gens fraîchement débarqués d'un secteur lointain. Il est toutefois fréquent que les enseignes acceptent des profils d’investisseurs souhaitant faire fructifier un capital. Cependant, dans ces situations, la tête de réseau est généralement très impliquée dans le recrutement du personnel, notamment le personnel de direction et les responsables de services.

Notons cependant le secteur du camping, ou hôtellerie de plein air, beaucoup plus ouvert sur une grande variété de profils de candidats à la franchise. Un secteur qu’il convient de ne pas négliger compte tenu de son potentiel de développement. Et ce, alors que l’hôtellerie traditionnelle connaît quant à elle une crise qui semble durable, depuis l’émergence de nouveaux modèles provenant de l’économie numérique.

Les métiers de la finance et de l'assurance

Là encore, la finance et l'assurance demandent le plus souvent une expérience au minimum commerciale dans des secteurs liés. La complexité des produits à vendre en termes juridique, comptable et fiscal oblige à un minimum d'expériences dans le conseil en gestion de patrimoine, les produits bancaires ou les assurances.


Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Créer une surveillance par email
Mots-clés :
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Note 4,7/5 - 3 avis

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

250 caractères restants

Menu Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Newsletter Toute La Franchise

Recevez gratuitement le meilleur de l'actualité
de la franchise !