logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeIcon/playICON/24/pinicon-my-accounticon-metas-turnovericon-metas-ticketicon-metas-moneyicon-metas-investmenticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-contributions-trainingicon-contributions-funding-assistanceicon-contributions-franchiseicon-checkicon-carticon-arrow-right-thinicon-arrow-linkicon-alerticon-action-close

Comment rebondir après 50 ans grâce à la franchise ?

Se reconvertir à 50 ans : les secteurs propices en franchise

Vous approchez des 50 ans, ou vous avez déjà passé ce cap symbolique, et réalisez que, professionnellement, vous avez envie d’autre chose. Vous vous dites qu’il est peut-être temps de devenir votre propre patron sans vraiment savoir par où commencer. La création d’entreprise en franchise peut vous permettre de vous lancer dans un tel projet tout en limitant les risques. Découvrez 11 secteurs favorables en franchise pour se reconvertir à 50 ans.

Comment rebondir après 50 ans grâce à la franchise ?

Pourquoi choisir la franchise pour sa reconversion professionnelle ?

Un sondage BVA réalisé en septembre 2018 dévoilait que 89% des Français estiment qu’il est plus difficile de faire une reconversion professionnelle après 45 ans. Les quinquagénaires disposent pourtant de nombreux atouts pour une reconversion professionnelle réussie : expérience, maturité, motivation, système de valeurs bien établi mais aussi situation familiale et financière généralement plus stable que leurs homologues de 20 ans de moins. 

La création d’entreprise pour se reconvertir après 50 ans 

Contrairement aux idées reçue, il apparait que la cinquantaine est une période idéale pour changer de vie et emprunter une nouvelle voie professionnelle, aussi confortable que possible, jusqu’à la retraite ! Mais comment rebondir après 50 ans et quels sont les secteurs qui recrutent des seniors ? Malheureusement, c’est là que le bât blesse. 

Le marché de l’emploi n’est pas très favorable aux séniors. Dès lors, il est évident que la création d’entreprise s’impose comme la solution de reconversion la plus adaptée pour les quinquagénaires. D’une part, la création d’entreprise leur permet de s’affranchir de la hiérarchie et gagner en autonomie. Cela leur permet aussi de ne pas se retrouver sur le marché du travail à devoir convaincre des recruteurs qu’ils méritent leur salaire au regard de leur expérience. Cela leur permet, enfin, de garantir leur retraite en constituant un capital (leur entreprise).

La franchise pour être accompagné

Reste toutefois la question de l’apprentissage d’un nouveau métier. On apprend moins vite à 50 ans qu’à 20 ans… mais on apprend mieux ! Pour cela, l’entrepreneuriat en franchise s’impose comme la meilleure option car il implique un accompagnement et une formation. Attention cependant, si cela est vrai pour la franchise, toutes les formes du commerce organisé n’intègrent pas forcément une obligation de formation et d’assistance. Il convient de se renseigner sur ce point lors du choix de son réseau. 

En ce qui concerne la création d’entreprise en franchise, le parcours d’intégration comportent de façon quasi systématique une formation initiale complète. Cette formation permet non seulement de transmettre aux nouveaux franchisés le savoir-faire de l’enseigne (positionnement marketing, procédures, méthodes de fabrication/vente, management, etc.) mais aussi de les former au métier d’entrepreneur ! Gestion financière et comptable, communication, vente, prospection, management, recrutement, etc. Parce que devenir franchisé, ce n’est pas seulement apprendre un nouveau métier, c’est aussi apprendre à piloter une entreprise

Limiter les risques et rentabiliser rapidement son investissement

En résumé, créer sa propre entreprise est une véritable épopée. N’importe quel patron vous le dira, fonder sa société est une aventure professionnelle extraordinaire. Si certains font le choix de se lancer sans filet, d’autres préfèrent limiter les risques en intégrant un réseau de franchise. C’est d’autant plus le cas lorsque l’on franchit le cap de la cinquantaine et qu’on n’a aucune notion en matière de gestion d’entreprise. La franchise permet de lancer son entreprise plus vite et de s’appuyer sur un modèle ayant déjà fait ses preuves. Une formation personnalisée, une assistance, la notoriété d'une marque connue, des outils de gestion éprouvés, l'exclusivité de produits sur un territoire spécifique sont autant d’atouts qui sécurisent aussi bien les candidats que les banquiers.

Quel profil pour devenir franchisé à 50 ans ?

Le profil du franchisé quinquagénaire

Licenciement ou aboutissement d’une réflexion de longue date, quelle que soit leur impulsion de départ, tous les candidats à la franchise de plus de 50 ans ont en commun le souhait de rompre avec le salariat et de pérenniser leur fin de carrière en créant leur propre emploi. 

En 2016, 40 % des nouveaux franchisés avaient entre 50 et 64 ans selon l’enquête annuelle de la FFF et de la Banque Populaire, généralement d’anciens cadres supérieurs en reconversion professionnelle. S’il est évident qu’un profil de commercial est préférable, quel que soit le domaine, ne pas l’être n’est pas rédhibitoire. Dans tous les cas, le franchisé est formé au savoir-faire de l’enseigne pendant toute la durée la formation initiale.

La question du financement

Avant de se lancer dans la création d’une entreprise, il est nécessaire d’avoir un apport personnel, et ce, que ce soit en franchise ou hors réseau. Il s’agit non seulement de pouvoir subvenir à ses besoins pendant la phase de lancement mais aussi, et surtout, pouvoir démarcher les banques pour décrocher un financement. A 50 ans, les difficultés pour trouver un financement bancaire ne sont pas encore insurmontables. Gage d’expérience et donc de compétences, l’âge offre même plus de crédibilité. En outre, à 50 ans, nombre de porteurs de projet ont réussi à constituer un capital plus ou moins important qui peut être investi dans un projet entrepreneurial. 

Et pour ceux qui souhaitent devenir franchisé sans capital de départ, il existe des solutions. Certaines enseignes développent ainsi des concepts de micro-franchise permettant de devenir franchisés en autoentreprise avec un apport très réduit. D’autres proposent des solutions de financements alternatives comme un contrat de location-gérance le temps de constituer le capital permettant l’achat du fonds ou encore un système de franchise participative. Enfin, certains réseaux, sur certains secteurs d’activité, ne demandent aucun apport personnel. Attention toutefois, cela ne veut pas dire que l’entrepreneur ne doit pas disposer d’un matelas suffisant pour subvenir à ses propres besoins pendant la phase de lancement. 

C’est pourquoi il est pertinent de faire le point sur ses capacités de financement avant même de regarder les secteurs d’activités qui recrutent en franchise. Il est par exemple très rare de pouvoir ouvrir un restaurant avec un apport personnel de moins de 20 000€. À contrario, ce montant d’apport permet de créer son entreprise dans de nombreux autres secteurs comme les services, l’immobilier, le conseil, certains commerces, etc. 

Dans quel métier se reconvertir à 50 ans?

Ouvrir un restaurant en franchise

Vous avez toujours rêvé de tenir votre propre restaurant, votre brasserie, votre bar ou votre salon de thé ? Pour mettre toutes les chances de votre côté, la franchise est une excellente alternative. La restauration commerciale et l’alimentation en générale restent des secteurs économiques parmi les plus dynamiques en France. 

Fortement perturbé par la crise sanitaire, le marché de la restauration retrouve peu à peu des couleurs et affiche même en 2022 des chiffres légèrement supérieurs à ceux de 2019. Surtout, tous les segments n’ont pas été impactés de la même manière. La restauration rapide a notamment largement profité de reports de clientèle lors des différents confinements. Enfin, la crise a été l’occasion pour les différents acteurs du marché de se réinventer, et notamment d’accélérer leur transformation numérique. 

En 2022, le marché a retrouvé une certaine stabilité avec un retour de la croissance pour les restaurants traditionnels et un retour à la normal pour la restauration rapide. Le défi des premiers est de répondre aux nouvelles attentes des consommateurs en quête de plus de convivialité et de qualité. Quant à la restauration rapide, elle travaille à  conserver une partie de la clientèle acquise pendant la crise. 

D’une manière générale, et indépendamment de la conjoncture, la restauration hors domicile se doit de se réinventer régulièrement pour répondre à l’évolution des attentes des consommateurs. C’est d’ailleurs pour cette raison que les concepts de restaurants en franchise ont beaucoup de succès. Ils offrent sinon des garanties, du moins des chances accrues de succès avec des concepts éprouvés et constamment optimisés. Le segment de la restauration rapide est peut-être le plus porteur même s’il n’est pas forcément le plus rentable. Dans le choix d’une franchise de restauration, il convient de bien définir ses propres attentes, tant professionnelle que personnelles. 

Se lancer dans l’hôtellerie

Gérer son propre hôtel est un rêve partagé par de nombreux candidats à la franchise, surtout en fin de carrière. L’hôtellerie française, malgré quelques remous ces derniers mois, est un secteur aussi dynamique que concurrentiel. En franchise, l’offre est très variée, de même que le montant des droits d’entrée. L’investissement nécessaire est généralement conséquent mais peut s’avérer très rentable. La formation initiale dispensée par le réseau prépare efficacement à la réalité de la gestion d’un hôtel et de son personnel même si une expérience dans ces domaines est conseillée. 

Notons ici encore que le marché de l’hôtellerie traditionnelle est en pleine mutation, notamment depuis l’émergence de nouvelles offres participant à l’ubérisation du marché. En revanche, le camping en franchise se porte particulièrement bien et innove en permanence depuis quelques années pour sortir son épingle du jeu. La location de vacances est également un créneau particulièrement porteur.

Devenir commerçant

Fleuriste, prêt-à-porter, bricolage, etc. Ouvrir son propre commerce est un projet professionnel très répandu chez les quinquagénaires en quête de renouveau. Ce secteur, très hétérogène dans l’univers de la franchise, permet de se mettre à son compte tout en profitant de la notoriété d’une enseigne. Ouvrir un commerce en franchise est un choix judicieux puisque, de manière générale, les résultats économiques des commerces en franchise sont supérieurs à ceux enregistrés par les commerces indépendants. 

Les têtes de réseau accueillent volontiers les 50 ans et plus qui ont un capital à investir. Il faut préciser qu’il est généralement nécessaire de disposer un capital important pour lancer son activité. Les locaux sont généralement de grandes surfaces et nécessitent une forte visibilité. Il faut également les aménager. Enfin, il y a aussi la question du stock à constituer, sauf dans le cadre d’un contrat de commission-affiliation.

L’immobilier pour se reconvertir à 50 ans

L’immobilier est un secteur porteur pour les plus de 50 ans qui ont l’habitude de gérer des hommes et des contraintes administratives. Le directeur d’une agence immobilière franchisée est en charge de son fonctionnement aussi bien au niveau administratif, que managérial et financier. Dans ce milieu, l’âge est un atout important. Il impose une crédibilité. Toutefois, il est impératif de connaître parfaitement son secteur et d’avoir de solides qualités relationnelles. 

Il est aussi possible de se lancer dans l’immobilier en tant que mandataire. Si les perspectives financières sont moindres, cette formule permet d’entreprendre dans l’immobilier sans avoir la contrainte d’une agence à gérer. Elle est également accessible sans carte professionnelle. C’est une option choisie par de nombreux entrepreneurs et les réseaux de mandataires gagnent toujours plus de terrain sur un marché de l’immobilier en mutation.

Il existe également d’autres métiers intéressants et ouverts aux profils matures dans le domaine de l’immobilier. La franchise myCezâme, par exemple, propose ni plus ni moins qu’un nouveau métier de l’immobilier qui consiste à proposer tout un panel de services aux propriétaires immobiliers.

Entreprendre dans le bâtiment

Le bâtiment est un secteur où il est possible de réaliser un important chiffre d’affaire avec des marges intéressantes. Il en va de même en franchise à la différence que l’entrepreneur franchisé bénéficie d’un savoir-faire éprouvé, d’un transfert de compétences et d’un accompagnement. 

Le segment de la rénovation, notamment, a de beaux jours devant lui. L’État est fortement engagé dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre issues du bâtiment. Plusieurs actions, comme la création d’aides et incitations fiscales mais aussi, plus récemment, la loi sur les passoires thermiques, favorisent le développement du marché. Selon la FFB (Fédération Française du Bâtiment) ce ne sont pas moins de 20 millions de logements qui seront à rénover d’ici 2050.

Le marché est porteur et, si vous avez une quelconque attirance pour l’univers du bâtiment et de la rénovation, plusieurs franchises spécialisées dans la rénovation de l’habitat pourraient susciter votre intérêt. 

Le marché de la décoration et de l’équipement de la maison

Vous êtes passionnés par la décoration et l’équipement pour la maison ? La franchise propose un éventail d’opportunités intéressantes pour les candidats à la franchise de plus de 50 ans qui souhaitent se lancer. Si le marché de la décoration est, soyons clair, largement dominé par le meuble, d’autres segments plus confidentiels existent : location de décorations, boutiques discounts, dépôts-ventes, enseignes spécialisées (caves à vin, luminaire, encadrement, etc.). 

Le marché de l'ameublement et de la décoration figure parmi les secteurs ayant le mieux résisté à la crise. Les confinements ont particulièrement renforcé la volonté des Français d’aménager leur intérieur. Et, selon un sondage OpinionWay réalisé en 2021 pour Bonial, les Français restent majoritairement attachés au commerce physique pour ce qui touche à la décoration et à l’aménagement de leur intérieur

De nombreuses franchises évoluent sur le marché de l'équipement de la maison, du cuisiniste aux magasins de meubles ou d’objets décoratifs en passant par le commerce d’appareils de chauffage au bois, l’aménagement des extérieurs, l’habillage des fenêtres, etc. 

L’aide à la personne pour une activité humaine et rentable

L’accompagnement des personnes dépendantes est le segment au plus fort potentiel de développement pour les années à venir. Le marché affiche une croissance exponentielle ces dernières années. En France, les personnes âgées de plus de 60 ans sont 15 millions. A l’horizon 2030, elles seront plus de 20 millions. La filière offre donc de très belles opportunités. 

A noter que ce secteur s’adresse à des candidats souhaitant placer les rapports humains au cœur de leur univers professionnel. Même si le franchisé n’intervient pas directement au domicile de ses clients, sachez que celui qui réussit est celui qui est engagé aussi bien auprès de ses bénéficiaires que de ses employés. Le recrutement et la fidélisation des intervenants est en effet un des principaux défis de ce secteur d’activité. Avoir un profil managérial et trouver une franchise d'aide à la personne développant une vraie politique RH est donc primordial. 

Se lancer dans l’univers du bien-être et de la beauté

L’esthétique corporelle et la coiffure sont deux domaines d’activité très dynamiques en franchise. Qu’il s’agisse de modèles d’instituts de beauté clef en main (pour femmes et pour hommes), de centres du rajeunissement ou encore de clubs de sport, l’ensemble de ce secteur d’activité séduit. 

A noter toutefois que travailler dans la coiffure, par exemple, nécessite un savoir-faire et une expérience préalables. Autrement dit, se lancer en franchise dans ce domaine est parfaitement adapté à un coiffeur professionnel qui souhaite quitter le salariat pour terminer sa carrière en tant que gérant d’un salon tout en bénéficiant de la notoriété d’une enseigne. 

Sur ce secteur d’activité, plusieurs segments se démarquent par leur incroyable croissance. On pense notamment au marché du fitness, en plein essor depuis plus d’une dizaine d’années et qui a atteint aujourd’hui une certaine maturité. Même si le Covid a mis le secteur à l’arrêt pendant presque deux ans, il offre de nouveau un beau potentiel de développement. Parallèlement, le coaching en rééquilibrage alimentaire gagne également du terrain et se développe considérablement. Une enseigne comme dietplus a ouvert 200 centres en moins de 10 ans, devenant le leader de son segment !

Entreprendre dans l'automobile

Stations de lavage, garages, centres de contrôle technique, stations-service ou agences de location, l’univers des franchises automobiles offre des possibilités multiples aux candidats. En France on dénombre près de 36 millions de véhicules entretenus par plus de 71 000 entreprises spécialisées selon l’Observatoire de l’ANFA. Le marché, largement dominé par de très grands réseaux de franchises, est actuellement en pleine mutation principalement sur les segments de la réparation et de l’entretien auto. Ce qui concourt au succès d’une franchise automobile, c’est l’implication du chef d’entreprise qu’il ait 30 ou 55 ans. Pour réussir, les seniors doivent simplement se montrer opérationnels sur le terrain comme au bureau.

De nombreux métiers peuvent être envisagés pour entreprendre dans l’univers automobile en franchise. Cela va de la vente automobile entre particuliers en ouvrant une agence automobile au lavage automobile, en passant par la location automobile, la gestion de flottes, la réparation de pare-brise et, bien sûr, l’entretien automobile. 

Le conseil aux entreprises pour capitaliser sur ses compétences

Après 50 ans, ils sont nombreux à céder à la tentation de se lancer dans le coaching, la formation et le conseil aux entreprises. L’idée est de s’appuyer concrètement sur son expérience professionnelle antérieure (ressources humaines, organisation interne, communication, technologie de l’information, gestion d’entreprise, vente, etc.) afin de mettre ses connaissances à disposition de TPE ou PME en demande.

Pour y arriver, s’appuyer sur un modèle de travail qui a déjà fait ses preuves est un vrai plus dont de nombreux quinquagénaires ont déjà su profiter. L'activité de conseil est parfaitement adapté aux personnes qui souhaitent rebondir après 50 ans car l’âge permet réellement d’asseoir la crédibilité du conseiller. De nombreux réseau se développent sur ce marché du conseil en entreprise.

Devenir courtier en crédits ou assurances 

Les réseaux de franchise dans le courtage en assurances sont depuis plusieurs années dans une bonne dynamique. Ils proposent leurs services aussi bien en ligne que dans des agences physiques. Ils permettent aux franchisés en général, et à ceux de plus de 50 ans en particulier, de profiter de la renommée d’un réseau afin de gagner du temps et de limiter les risques de rater la création de leur cabinet.

Le courtage en crédits est également un secteur particulièrement porteur qui offre de belles opportunités de reconversion pour les personnes de plus de 50 ans. Le courtage en crédit n’en finit pas de gagner des parts de marché depuis le milieu des années 2000. Le marché est porteur mais la concurrence est de plus en plus marquée. Les banques, partenaires incontournables du courtier, développent également de plus en plus de prestations alternatives et l’activité est intimement liée au marché du crédit. Avant de se lancer dans le projet de devenir courtier en crédit franchisé, il convient de bien étudier les différentes franchises de courtage en financement, leur positionnement, leurs outils, les différentes conventions, etc. Certains réseaux sont spécialisés (regroupement de crédits, crédits immobiliers, crédits professionnels, etc.). Un spécialisation peut être judicieuse.

Dans tous les cas, ces métiers sont parfaitement accessibles aux plus de 50 ans. Pas besoin d’être jeune et fringant pour devenir courtier en crédit, bien au contraire. La maturité et l’expérience peuvent être véritablement de nature à rassurer établissements bancaires comme les clients.

Dans le milieu des assurances aussi, les entrepreneurs matures ont une approche plus rationnelle de la prise de risques qui séduit généralement les franchiseurs. D’autre part, il est préférable que les candidats à la franchise dans le domaine des assurances se lancent alors qu’ils disposent déjà d’un réseau de relations professionnelles important, d’un bon sens commercial, d’aptitudes de gestion et de management.

Cette liste de métiers accessibles aux plus de 50 ans n’est évidemment pas exhaustive. De nombreuses autres activités peuvent être envisagées pour créer son entreprise, et ce, quel que soit son âge. Tout le monde peut créer une entreprise, pour peu de disposer de l’apport suffisant pour se lancer et, le cas échéant, d’un dossier solide pour convaincre les financeurs. En franchise, cependant, la notion de sélection entre en jeu puisqu’il faut aussi réussir à convaincre le franchiseur. En ce sens, l’âge et l’expérience peuvent être de précieux atouts à faire valoir. 

Pour aller plus loin : 

Mots clés :
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Note 3,2/5 - 120 avis

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top