logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

La franchise : un modèle gagnant, surtout en temps de crise

L'institut CSA vient de publier les résultats de son enquête sur la franchise menée pour la FFF et le groupe Banque Populaire.

Publié le

Selon les chiffres diffusés hier dans le cadre de la 10e enquête annuelle sur la franchise réalisée par l’institut CSA pour la Fédération française de la franchise et le Groupe Banque Populaire, la franchise est un modèle gagnant, surtout en temps de crise !

Si depuis 2008, la situation économique française connait une crise sévère entre récession, montée du chômage, baisse du pouvoir d'achat, et crise des vocations, en franchise, le tableau dépeint par la 10e enquête annuelle de la Fédération Française de la Franchise s'avère largement moins sombre. En effet, entre 2004 et aujourd'hui, la franchise n'a pas flanché, au contraire même : +21% de chiffre d'affaires en 10 ans pour atteindre 50,7 milliards d’euros cette année, +98% de progression du nombre de réseau, +77% de progression du nombre de points de vente. Les chiffres parlent d'eux-mêmes !

La franchise fait mieux que résister à la crise. Pourquoi ? La réponse à cette question est simple : le succès de la franchise repose sur son modèle gagnant. Un concept garantissant la réitération d'un succès, l'accompagnement au quotidien des franchisés, les savoir-faire développés, la renommée des enseignes, l'innovation constante, l'entraide au sein du réseau... Tous ces éléments concourent à faire de la franchise un modèle anti-crise.

Selon René Prévost, Président de la Fédération française de la franchise, «
cette étude est pour nous un véritable révélateur de la résistance de la franchise en France» et «bien qu’impactés par la crise, nous sommes ravis de voir, qu’avec le recul nécessaire, nos franchiseurs et franchisés restent confiants et optimistes.» Et ils ont effectivement de quoi garder le sourire ! «Non seulement la franchise se porte bien, mais avec 43% des personnes interrogées qui aimeraient créer leur entreprise en franchise, il est clair que ce modèle a de beaux jours devant lui». Globalement, l’âge moyen des enseignes est de 22 ans, 18% des réseaux actuels ont moins de cinq ans.

10 ans de réussite de la franchise

Entre 2004 et 2013, la franchise a connu une progression importante de ses effectifs puisqu'en effet, le nombre de réseaux a quasiment doublé (+98%, passant de 835 à 1 658 enseignes) et le nombre de points de vente a progressé de 77% (passant de 36 773 à 65 059 franchisés). Et selon les chiffres CSA, cette progression ne faiblit pas. En moyenne, les réseaux de franchise, sur les douze derniers mois, ont ainsi ouvert 7 nouveaux points de vente, et ils envisagent pour les douze prochains mois un rythme d'ouverture encore supérieur avec 9 nouveaux points de vente en moyenne. «Les franchiseurs, en dépit de la crise, conservent un très haut niveau d’optimisme : en 2013, 93% des franchiseurs (+2 points par rapport à 2004) se déclarent optimistes sur l’avenir de leur réseau. Les perspectives sont également encourageantes, 4 franchiseurs sur 10 envisagent l’ouverture de 10 points de vente ou plus dans les 12 prochains mois» peut-on lire dans le communiqué de presse de présentation de l'étude.


Cet optimisme est évidemment porté par la progression simultanée de 21% du chiffre d'affaires global (de 41,7 milliards d’euros en 2004 à 50,7 milliards d’euros en 2013). Cette progression est supérieure à celle de la consommation : «Sur la période 2005 – 2013 le taux de croissance annuel moyen du chiffre d’affaires de la franchise a en effet été supérieur à l’indice INSEE de la consommation des ménages dans les secteurs correspondants, illustrant ainsi la vigueur de son modèle.»

Alors certes, les mauvaises langues diront, comme il y a plus de franchiseurs et de franchisés, CQFD le chiffre d'affaires ne peut que progresser. C'est vrai ! Et pour être tout à fait honnête, en 10 ans, les réseaux ont dû évoluer notamment en devenant plus «humains» et moins tentaculaires. Cela se traduit notamment sur le chiffre d'affaires bien sûr : en 2013, 60% des franchiseurs réalisent moins de 10 M€ de chiffre d’affaires annuel (vs 30% en 2004). «Concernant les points de vente, la dernière décennie a été marquée par une modification de la localisation des commerces en franchise.»

Après une période où les réseaux se sont développés en priorité en centre-ville, depuis 2010, l'on assiste à un regain d’implantations en zone périphérique (19% en 2013). «Cette évolution peut s’expliquer en partie par la rareté des emplacements et par le coût de l’immobilier obligeant les franchisés à s’éloigner de ces zones immobilières tendues.» Par ailleurs, si le nombre de franchiseurs déjà installés à l’international est stable à 30%, l'internationalisation gagne du terrain dans les stratégies. Ainsi, en 2013, 30% des réseaux interrogés (+12% par rapport à 2012) disent réfléchir à se lancer en dehors du pré-carré français dans les deux ans à venir.

Franchisé, qui es-tu ?

En 10 ans d'enquêtes annuelles, la Fédération Française de la Franchise note des modifications en profondeur du profil type des franchisés. Ainsi, en l'espace de 10 ans, la franchise s'est notablement féminisée. La proportion de femmes franchisées est de fait passée de 33% en 2004 à 40% en 2013. Cette montée en charge des femmes en franchise reflète l'évolution globale de notre société, mais aussi et surtout, l'évolution des concepts proposés par les franchiseurs !

En effet, selon les chiffres officiels, quand la part des femmes créatrices d'entreprise en France plafonne à 30%, la franchise fait 10 points de plus. Comment expliquer ce décalage ? La raison principale en revient au modèle même de la franchise. Plus sécurisant qu'une création en solo, la création en franchise répond parfaitement aux envies des femmes de se lancer dans l'aventure d'une création d'entreprise. Mode, remise en forme, beauté, services à la personne... les femmes trouvent aujourd'hui naturellement leur place en franchise.


Autre évolution notable ces 10 dernières années : le franchisé se lance en moyenne en franchise à 45 ans, contre 42 ans en 2004. Plus mûr et mature, le franchisé envisage la création comme un véritable choix de vie, bien réfléchi. Par ailleurs, les franchisés sont davantage diplômés aujourd'hui qu'hier. La part des Bac+2 et plus s'est en effet considérablement accrue passant de 44% en 2004 à 56% en 2013. Cette dernière évolution relève selon les auteurs de l'enquête «d’un phénomène de génération. En effet, les Français sont de plus en plus nombreux à poursuivre des études dans l’enseignement supérieur.» Autre évolution, d’un point de vue sociétal cette fois, «l’implication de la famille aux côtés du franchisé s’est accentuée. Ainsi, en 2013, les conjoints sont désormais majoritaires à être impliqués dans l’entreprise (52% en progression de 6 points en 10 ans)


Concernant le chiffre d'affaires, pour la seconde année consécutive, le chiffre d’affaires médian des franchisés est en baisse à 400 000€ contre 475 000€ en 2012 et 520 000€ en 2011. Il n'empêche que 40% des franchisés interrogés déclarent une augmentation de leur chiffre d’affaires en 2013. Globalement, 47% des franchisés considèrent qu’ils gagnent mieux leur vie qu’un salarié, et 48% qu’un commerçant isolé. En 2013, le revenu individuel moyen annuel s'établit à 32 700€ (contre 34 500€ en 2012 et 35 000€ en 2011). 35% des franchisés ont un salaire inférieur à 20 000€, 38% un salaire compris entre 20 000 et 40 000€ et 27% un salaire supérieur à 40 000€.

La digitalisation comme outil de développement

«Le développement de la digitalisation des réseaux se poursuit et s’intensifie en 2013. Cette stratégie permet de gagner en efficacité, en notoriété et de capter toujours davantage de nouveaux franchisés tout en créant des liens avec les consommateurs» précise l'étude. Dans le détail, la digitalisation des réseaux mise surtout sur le développement des réseaux. Le premier objectif est ainsi clair : entretenir la relation avec les franchisés et créer des vocations. «En 2013, 97% des franchiseurs géolocalisent les points de vente de leur réseau sur leur site Internet et 65% l’utilisent pour fidéliser les franchisés. Par ailleurs, 94% présentent leur enseigne et leurs produits sur ce canal.» Outre le site internet classique en version institutionnelle ou e-commerce pour certains, 76% des franchiseurs ont également intégré les réseaux sociaux dans leur communication et la moitié d’entre eux a mis en place une stratégie de gestion de la réputation de leur marque.


La montée en puissance du cross-canal est également d'actualité pour 43% des réseaux en 2013 (en hausse de 6 points par rapport à 2012). Les stratégies cross-canal développées passent notamment par la vente par internet (pour 91% des réseaux interrogés) ou via des applications pour Smartphone (pour 34%), mais aussi par la mise en place de dispositif intégrant le «Web To Store» : «87% des franchiseurs ont mis en place au moins un dispositif sur leur site Internet pour inciter les consommateurs à se rendre dans les points de vente du réseau.»

Globalement, tous ces efforts de digitalisation des réseaux permettent de développer une dynamique commerciale forte, mais aussi une dynamique entre les franchisés et avec les candidats à la franchise. L’étude souligne ainsi en écho qu’internet reste la principale source d’information (28% en progression de 3 points par rapport à 2012) utilisée par les porteurs de projet dans le choix d’une franchise. Chez les franchisés en place, l’exploitation des réseaux sociaux se démocratise : «41% les utilisent pour se rapprocher de leur clientèle. 83% d’entre eux ont créé une page Facebook, 19% (+2 points par rapport à 2012) tweetent régulièrement sur l’actualité de leur point de vente et 20% (+6 points par rapport à 2012) postent des actualités sur des forums et des blogs.» Tous ces outils numériques mis en place par les franchisés permettent d’
accroître la notoriété de leur point de vente et de fidéliser leur clientèle.

Méthodologie

La 10e vague annuelle CSA/FFF/Banque Populaire s'appuie, côté franchisés, sur une enquête réalisée annuellement par téléphone entre juin et juillet auprès d’environ 400 franchisés de 2004 à 2013, et côté franchiseurs, sur environ 150 entretiens en face à face (200 en 2013 par téléphone) réalisés chaque année, de 2004 à 2013, auprès des dirigeants de réseaux de franchise.


Nota : les franchises et les franchiseurs interrogés ne font pas nécessairement partie des mêmes enseignes.

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top