logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette
Vincent Barbato

LA FRANCHISE ARGO

Vincent Barbato

fondateur et PDG du réseau Argo

Franchise LA FRANCHISE ARGO

Les chiffres de ce réseau :

  • - Date de création : 2013
  • - Date de lancement de la franchise : 2013
  • - Nombre d’implantations : 10
Créer une surveillance par email

Interview de Vincent Barbato

Publié le
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

 

Ouvert à la franchise depuis 2013 le réseau ARGO propose un concept inédit de franchise permettant de devenir promoteur immobilier. Spécialisée dans l’habitat social, cette franchise de promotion immobilière présente de belles perspectives comme l’illustre le bilan des premiers franchisés du réseau. Rencontre avec Vincent Barbato, le PDG de l’entreprise.

 

Toute la Franchise : Pouvez-vous nous présenter l'enseigne ARGO ?
Vincent Barbato :
Pour présenter l’enseigne ARGO il est important de parler de notre vocation car nous faisons une distinction entre notre vocation qui est d’ouvrir l’accès au logement et notre métier qui est celui de promoteur immobilier. Aussi, chez ARGO nous faisons de la promotion d’accès au logement en exerçant le métier de promoteur immobilier. C’est très important de bien cerner ce qui fait l’identité d’ARGO à travers sa vocation de rendre le logement accessible.

Nous avons identifié deux manières d’ouvrir l’accès au logement. La première a été de nous tourner vers l’habitat social en commercialisant des programmes auprès de bailleurs sociaux. Cela représente 90% de notre activité. Les bailleurs sociaux acquièrent des programmes complets, comprenant en moyenne une trentaine de logements, pour les proposer à la location. En termes d’accès au logement, cela permet aux familles de pouvoir louer un appartement neuf, tout confort et répondant aux dernières normes thermiques [RT2012, ndlr] pour un loyer très abordable. Cela répond réellement à notre objectif d’offrir un accès à des logements de qualité au plus grand nombre. Un des atouts évidents de ce business model est que nous ne traitons qu’avec un seul client, le bailleur social. Il est bien plus simple de vendre un programme de 30 logements à un bailleur social que 30 logements individuellement.

L’autre marché sur lequel nous évoluons est celui de la primo-accession. Une fois encore avec la volonté de promouvoir l’accès au logement. Aussi nous nous positionnons avec des prix 10 à 15% inférieurs à ceux du marché. Nous cherchons à minimiser les coûts au maximum afin de proposer des biens présentant le meilleur rapport qualité prix, sans chercher à monter en gamme. Nous touchons ainsi une tranche de population délaissée par les promoteurs immobiliers qui, pour optimiser le foncier et dégager un maximum de marge, cherchent, eux, à vendre le plus cher possible.

TLF : Pourquoi avez-vous choisi de vous développer en franchise ?
VB :
Notre première agence a vu le jour en 2004 dans le secteur de Bordeaux. Je souhaitais développer cette approche de la promotion immobilière axée sur l’accès au logement. Et pour proposer l’accès au logement au plus grand nombre, il fallait trouver un moyen de couvrir l’ensemble du territoire. Plusieurs modèles s’offraient à nous. Nous aurions, par exemple, pu développer un réseau d’agences en propre à l’image des promoteurs nationaux. Mais en discutant avec un ami franchiseur, le système de la franchise m’est apparu comme un modèle intéressant pour répondre à notre ambition de développement. Aujourd’hui, en France, nous sommes le seul franchiseur en promotion immobilière. Cette position est évidemment un avantage mais elle nous a également obligés à créer entièrement le concept sans pouvoir nous appuyer sur l’existant.

Cependant nous ne partons pas de rien. J'ai exercé durant 17 ans des fonctions de conseil auprès de grands groupes français. J’ai ainsi pu acquérir une excellente approche de l'entreprise et je sais comment accompagner les gens vers la réussite. C’est en nous appuyant sur cette expérience et sur celle de mon ami franchiseur – qui m’a permis de comprendre les tenants et aboutissants de la franchise et du métier de franchiseur, que nous avons conçu le concept de franchise Argo. Aujourd’hui, étant pionniers sur le secteur, nous expérimentons et travaillons à faire évoluer ce concept pour toujours l’améliorer.

TLF : Qu’est ce qui peut motiver un entrepreneur de se lancer sur le marché de la promotion immobilière alors que celui-ci semble sinistré ?
VB :
C’est une bonne remarque. En 2014 le marché de la promotion immobilière a atteint son plus bas niveau depuis 15 ans. Le gouvernement avait fixé un objectif de 500.000 logements neufs en 2014 pour moins de 300.000 effectivement construits en fin d’année. Cette situation s’explique par des raisons d’ordre politique, de lois inadaptées, et par un manque de confiance.

Mais, une fois cet état des lieux dressé, ce qu’il faut voir c’est que la demande, elle, est bien réelle. Contrairement à des marchés comme l’Espagne où le stock est bien plus important que la demande, en France le besoin en logements neufs est véritablement existant. Le problème vient du contexte et pas du marché. Aujourd’hui nous sommes confrontés à un manque de confiance, les banques ne sont pas au rendez-vous et les lois ne contribuent pas comme il faudrait à dynamiser le secteur. Pour autant, la promotion immobilière a de beaux jours devant elle et je peux assurer que, dans les cinq prochaines années, le marché va repartir très très fort.

Enfin, pour ce qui est du cas particulier d’ARGO, notre atout majeur est d’être sur un segment du marché, l’habitat social, que l’on peut qualifier de niche. Il en existe d’autres comme le logement étudiant ou le logement pour personnes âgées. Ce sont essentiellement l’accession à la propriété et la défiscalisation qui souffrent, notamment en raison du manque de confiance et parce que les investisseurs n’ont pas adoptés la loi Duflot. Pour ce qui nous concerne, dans le secteur de l’habitat social, le besoin a augmenté et la meilleure illustration est notre très bon bilan 2014.

TLF : Pouvez-vous, justement, nous dresser un bilan depuis le lancement de la franchise ARGO ?
VB :
Nous avons commencé à communiquer sur la franchise en mai 2013 et à la fin de l’année 2014 nous avions traité quelque 130 dossiers de candidature, soit, sur un an et demi, plus d’une dizaine par mois en moyenne. Un chiffre qui nous satisfait. Parmi ces dossiers nous avons retenus sept candidats pour des implantations dans les secteurs de Toulouse, Lyon, Nice, Dignes, Nantes, Metz et en Seine-Saint-Denis.

En termes de chiffres, les franchisés qui nous ont rejoints fin 2013, début 2014, à Toulouse, Lyon et Nice, dépassent leur prévisionnel. En règle générale nous nous fixons deux ans pour lancer un franchisé. Nous estimons à 18 mois la période pour lancer un programme et intégrons une période de sécurité de 6 mois. Notre premier franchisé a démarré en octobre 2013 à Toulouse. Il a d’ores et déjà signé deux programmes pour un totale de 86 logements, bien au-delà des objectifs qui étaient de 30 à 50 logements. Pareil pour notre franchisé de Lyon qui a démarré en décembre 2013 et qui suit actuellement 4 programmes pour 150 logements. Enfin, notre franchisé Niçois a signé un programme de 35 logements depuis son entrée en activité en février 2014. Quant aux quatre autres franchisés, ils nous ont rejoints en fin d’année 2014 et il est encore trop tôt pour faire un bilan.

TLF : Quelles sont vos ambitions pour 2015 et à plus long terme ?
VB :
Nous privilégions un développement maîtrisé pour assurer la pérennité du réseau. Cette année nous souhaiterions accueillir 4 à 6 nouveaux franchisés. Nous visons particulièrement la région parisienne qui présente un marché très important. Nous souhaitons aussi renforcer notre présence en PACA, essentiellement sur le secteur d’Aix-en-Provence / Marseille. Toujours dans le Sud, nous nous intéressons également au secteur de Montpellier qui représente un très fort potentiel. Enfin, nous n’avons encore reçu aucune candidature du Nord de la France alors que les agglomérations de Lille ou encore Valenciennes nous intéressent au plus haut point.

TLF : Quel profil d’entrepreneur recherchez-vous ?
VB :
Au fil du développement du réseau nous nous rendons compte que les franchisés retenus sont essentiellement issus d’Ecoles de commerce. C’est finalement assez logique puisque l’essentiel de notre activité consiste à convaincre. Nous avons à convaincre les maires, les bailleurs sociaux et les propriétaires à qui nous achetons les terrains et qui sont bien souvent des particuliers. Pour cela il nous faut des personnes ayant un excellent sens du relationnel et une véritable intelligence globale. Une intelligence globale parce que la promotion immobilière réunit plusieurs métiers : nous développons, nous vendons, nous construisons, nous finançons et nous gérons ! C’est pourquoi avoir une vision globale est absolument indispensable pour assurer la réussite du projet. Le profil idéal est, bien sûr, celui d’un responsable programme expérimenté, ayant fait ses armes au sein d’une enseigne nationale et souhaitant se mettre à son compte.

TLF : Qu’est ce qui pourrait convaincre un entrepreneur présentant ce profil de devenir franchisé du réseau ARGO ?
VB :
Au-delà de ce que j’ai précédemment évoqué, de la force du concept, ce qui fait aussi l'attractivité de la franchise ARGO est que je vends de la réussite car j'en connais les recettes. J'ai cette culture et cette expérience de la réussite à travers ma réussite personnelle mais également à travers mon expérience de consultant qui, durant 17 ans, a consisté à faire réussir les autres.

Un autre point important est que nous mettons l'Homme avant le professionnel. Un excellent professionnel qui n’est pas capable de se poser comme une personne ne va pas nous intéresser. J’estime qu’il est normal d’être un bon professionnel mais être une belle personne cela n’a rien à voir. Or ce n’est pas si simple de trouver des Hommes parce que les gens sont formatés par leurs études, leur formation, l'entreprise et par tous les systèmes. Pour nous il est essentiel de faire émerger la personne humaine c’est pourquoi dans nos formations nous mettons l'accent sur la philosophie de la personne humaine.

TLF : Merci

 
Nos interviews sont la propriété de Toute la Franchise et sont destinées à la diffusion exclusive sur les sites du Groupe Toute la Franchise.

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

DERNIERES INTERVIEWS DU RESEAU LA FRANCHISE ARGO

Créer une surveillance par email
découvrez
le concept
de ce réseau
en détail

Aucune autre interview

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour interview. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

Le commentaire que vous déposerez ici sera du domaine public. Si vous êtes intéressé par l'enseigne, ne laissez pas vos coordonnées ici, mais cliquez sur « Demande de documentation » en haut ou bas de page. Merci.

250 caractères restants

Scroll to top