logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette

Etape n°17 : Etablir une demande de financement

Publié le
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Lancer votre réseau de franchise revient à créer une nouvelle entreprise. Et cette entreprise va vous demander des fonds. Comme nous l’expliquions dans les étapes précédentes, vous aurez besoin, au minimum, de 60 000€ à 200 000€. Vous devrez donc établir un business plan pour appuyer votre demande de financement auprès des organismes bancaires.

Les grands principes

Pour votre demande de financement auprès des banques, vous devez en premier lieu retenir les grands principes qui devront guider la rédaction de votre dossier. Vous aurez à :

  • Montrer la rentabilité du concept sur les unités pilotes
  • Montrer que le métier de franchiseur est adopté et maîtrisé
  • Présenter une capacité d’autofinancement suffisante
  • Présenter un business plan avec un prévisionnel de développement à 5 ans

Nous détaillerons chacun de ces points ci-après.

En outre, sachez qu’il vous sera systématiquement demandé une caution personnelle. Toutefois, vous pouvez en partie contourner cette exigence en sollicitant des organismes comme BPI France (anciennement OSEO) ou SIAGI qui peuvent garantir une partie du prêt.

Enfin, sachez que les banques ont besoin d’être rassurées. Aussi, elles ne financent souvent que les éléments qu’elles pourront le cas échéant saisir pour se rembourser. Aussi, les investissements corporels (matériel, locaux, machines, véhicules, stock, etc.) sont bien financés par l’emprunt, l’incorporel (honoraires de conseil – audit de faisabilité, rédaction des contrats, du DIP, etc., brevets, droits d’auteurs, etc.) est en revanche souvent financé en fonds propres.

Montrez la rentabilité de votre concept

C’est bien sûr le premier élément qui doit construire votre demande de financement. Votre dossier sera étudié par le pôle « franchise et commerce associé » des banques que vous solliciterez. Or, les cadres de ces services connaissent très bien le monde de la franchise et sont extrêmement vigilants. Ils s’appuient donc sur deux principes de base de la franchise pour évaluer la pertinence de votre lancement en franchise :

  • La franchise étant la réitération de la réussite, il faut évidemment que votre concept ait été éprouvé sur plusieurs unités pilotes, pendant plusieurs années, avec à la clé une excellente rentabilité ;
  • La première source de revenus d’un franchiseur, ce ne sont pas les redevances et droits d’entrée de ses franchisés, mais bien ses points de vente en propre (unités pilotes et succursales). Vous devez donc présenter un excellent résultat, stable ou en progression.

Aucune banque ne vous suivra si vous n’êtes pas capable de montrer des bilans franchement positifs sur plusieurs années. Car ce n’est qu’à ce prix que vous aurez un excédent de trésorerie et une capacité d’autofinancement suffisants pour assumer la charge des éléments incorporels de votre futur réseau et alimenter votre développement.

Montrez que vous êtes déjà franchiseur

On vous le rabâche depuis le début de cette check-list du franchiseur : c’est un nouveau métier avec ses spécificités que le statut de franchiseur. Les pôles « franchise et commerce associé » des banques le savent et attendent de vous que vous leur prouviez que vous avez intégré cette notion. Si vous paraissez amateur, mal informé, mal préparé, approximatif : ils ne vous suivront pas.

Votre dossier de demande de financement doit donc montrer que vous avez compris et pensé chaque élément de votre nouveau statut. Cela passe évidemment par un business plan dans lequel vous expliquerez les différents « postes » qui vous incomberont :

  • Positionnement marketing du concept ;
  • Préparation du maillage du territoire ;
  • Stratégie de recrutement ;
  • Stratégie de communication ;
  • Formation initiale et continue des franchisés ;
  • Composition de la structure opérationnelle ;
  • Etc.

Bref, tout ce que vous avez réalisé dans les étapes précédentes doit être résumé de façon claire (mais pas trop détaillée : ne divulguez pas tout non plus) et efficace dans votre dossier.

Présentez un business plan à 5 ans

C’est le petit détail qui fait la différence, donc pourquoi s’en priver ? En effet, au cours de votre préparation, si vous avez suivi nos étapes scrupuleusement, vous avez déjà réalisé un prévisionnel à 5 ans, voire plus. Autant en faire le bilan aux banquiers ! Cela ne vous coûtera rien de plus, puisque le travail est déjà fait, mais montrera votre sérieux aux organismes bancaires.

En effet, nombreux sont ceux qui souhaitent créer leur réseau « pour voir ». Ils n’y voient qu’une manière de générer des revenus supplémentaires et visent à dégager de la marge en investissant un minimum. A l’inverse, pour vous, créer votre réseau est un véritable projet sur le long terme, réfléchi et structuré. Alors prouvez-le. Cela ne pourra que jouer en votre faveur.

Enfin, il va de soi que vous devrez solliciter plusieurs banques et pas seulement celle dans laquelle vous êtes déjà. Faites jouer la concurrence et misez sur la diversité des cultures des organismes bancaires ; vous aurez ainsi plus de chances d’obtenir un financement.
N.B. : notez que le business plan que vous préparerez pour obtenir un prêt bancaire peut également vous servir à convaincre des investisseurs, à quelques détails près.

Ce qu’il faut retenir :

  • Votre dossier de demande de financement doit intégrer un business plan à 5 ans pour montrer votre préparation, votre sérieux et offrir une visibilité à l’organisme bancaire.
  • Votre dossier doit prouver la performance de votre concept via les résultats de vos unités pilotes et de vos succursales, prouver que vous avez intégré les spécificités du métier de franchiseur et détailler votre plan de développement à 5 ans.
  • Votre dossier peut également servir à solliciter des business angels ou autres investisseurs.


Retourner à l'étape précédente : contracter une assurance professionnelle

Consulter l'étape suivante : planifier et réussir le lancement du réseau

 

 

 


Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter
Scroll to top