logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette

Voir-rédiger les commentaires Voir les articles de ce réseau

Franchise Restauration : Les pâtes à emporter, c'est tendance !

Publié le
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Les pâtes à emporter, c'est tendance DDM Des pâtes version fast-food. Telle est la nouvelle tendance à Toulouse. Oubliées les frites, ce sont désormais fusillis, torsades et spaghettis qui ornent les cornets à emporter. L'objectif ? « Offrir une alternative aux sandwichs et aux kebabs », explique Vincent Sulher, gérant du bar à pâtes Tomates & Basilic, 10, rue du Taur.

Et il y en a pour tous les goûts. Simples ou farcies, accompagnées de sauces pesto, arrabiata, norvégienne ou assorties de l'inévitable bolognaise, c'est une « street food » clairement plus saine qui s'invite dans les estomacs toulousains.

Dans le petit commerce de la rue piétonne, exit les odeurs de friture. Mayonnaise et ketchup semblent interdits de séjour. « Equilibre, qualité, santé » tel est le nouveau credo de ce Strasbourgeois de 40 ans qui a adapté à la Ville rose ce concept venu d'Italie. Résultat : depuis 2005, année de son installation, l'idée séduit largement la gent féminine. « Il n'y a que des jolies filles ici », s'amuse le gérant qui parle de 70 % de femmes au sein de sa clientèle.

Entre cinq et dix euros
Mais si les demoiselles semblent conquises, cette nouvelle forme de restauration rapide attire tout le monde. Ainsi, étudiants, professions libérales, et commerçants se côtoient à toutes les heures de la journée dans un décor moderne et épuré.

De quoi créer des habitudes ou des addictions.
Comme en témoigne Louis, blondinet de 22 ans, qui s'accorde une pause pasta en plein après-midi. « C'est très bon, et ça tient bien au ventre », avoue ce vendeur, consommateur assidu depuis près de cinq mois. Et question portefeuille, il faut compter entre cinq et dix euros pour déguster ces cornets. Plus cher qu'une séquence hamburger-frites certes, mais plus abordable qu'une table au restaurant. Et pour le prix, plus de crise de boulimie à l'heure du goûter. Du coup, l'idée a fait des émules à Toulouse. Viagio à Labège, Pasta Pizza à Jolimont ou Mezzo di Pasta à deux pas du Boulevard Carnot, les franchises fourmillent aux quatre coins de la ville.

Et restaurateurs et traiteurs indépendants exploitent eux aussi le filon en musclant leurs formules à emporter. Plus personne ne peut donc y échapper. Si vous êtes un non-initié, vous savez ce qu'il vous reste à faire : aller goûter.


Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Créer une surveillance par email

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

DERNIERS ARTICLES DU RESEAU PASTA PIZZA

Créer une surveillance par email
découvrez
le concept
de cette enseigne
en détail

Voir tous les articles

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

Le commentaire que vous déposerez ici sera du domaine public. Si vous êtes intéressé par l'enseigne, ne laissez pas vos coordonnées ici, mais cliquez sur « Demande de documentation » en haut ou bas de page. Merci.

250 caractères restants

Scroll to top