logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Puis-je ouvrir une franchise sans un sou en poche ?

Les options pour se lancer en franchise quand on n'a pas de patrimoine

Publié le

Vous rêvez de devenir votre propre patron dans le cadre d'un réseau franchisé mais vous ne disposez pas d'un capital de départ ? Toutes les franchises ne sont pas aussi onéreuses que vous pouvez le croire. Notre tour d'horizon des postes de dépense vous aidera à vous faire une meilleure idée de ce qui est dans vos moyens.

Les coûts de la franchise

Si on estimait il y a quelques années que la mise de fonds moyenne pour se lancer en franchise dépassait les 65 000 €, il existe un certain nombre de secteurs qui requièrent moins d'investissement. Quand on ouvre un point de vente franchisé, la première dépense est le droit d'entrée : une somme fixe en échange de laquelle on reçoit le droit d'exploiter la marque, ainsi que son savoir-faire, et parfois une formation initiale. Pendant l'activité, le franchisé doit s'acquitter de diverses redevances et royalties, évaluées le plus souvent en pourcentage de son chiffre d'affaires (environ 5 % pour les royalties, 2 % pour la redevance de communication et publicité).

À ces coûts s'ajoutent tous les postes de dépense liés à l'ouverture et au fonctionnement d'un commerce : le droit au bail, l'aménagement des locaux pour les rendre conformes à l'activité et aux exigences de l'enseigne, l'achat du matériel et du stock, etc. En sus, un fonds de roulement est également à prévoir, sous peine de risquer de se trouver sans trésorerie pour payer son personnel ou ses fournisseurs.

Les banques aiment les franchisés

Ces dépenses peuvent paraître énormes à qui ne dispose pas d'une épargne conséquente. Toutefois, il faut se rappeler que les établissements financiers sont prêts à investir dans des entreprises prometteuses. Et c'est là un des nombreux avantages de la franchise : les banquiers sont rassurés à la fois par un concept qui a fait ses preuves et par un réseau qui connaît son marché. Du point de vue d'un investisseur, il est plus rassurant de faire confiance à un franchisé qu'à un entrepreneur indépendant.

Attention aux franchises soi-disant gratuites

Il est important de préciser qu'aucune franchise n'est jamais véritablement gratuite. Un réseau vend la notoriété de son enseigne et son savoir-faire afin d'étendre sa présence sur un territoire. Les services qu'il propose, de l'animation à la publicité en passant par tous les conseils et l'assistance qu'il offre, lui coûtent de l'argent. Il faut bien qu'il finance ces activités. S'il ne le fait pas directement via des droits d'entrée ou des royalties, il faut se demander d'où vient l'argent. Souvent, ces réseaux ont des clauses d'exclusivité sur le matériel ou le stock : les franchisés se fournissent uniquement chez eux et payent ainsi l'équivalent de leur redevance.

Il est important de bien étudier le DIP – documentation d'information précontractuelles – et le contrat de franchise pour comprendre dans quoi on s'engage.

Le réseau Maxihome, une franchise abordable

Réseau de mandataires immobiliers comptant plus de 230 franchisés indépendants, Maxihome ne demande aucun droit d'entrée. Pour une redevance de fonctionnement mensuelle de 250 € et un faible pourcentage des commissions, l'enseigne propose des formations, un coaching, une couverture publicitaire et bien d'autres avantages.

En outre, le travail peut se faire depuis chez soi, ce qui limite les dépenses au lancement : un ordinateur, une ligne téléphonique et un véhicule personnel sont les seuls besoins d'un mandataire qui démarre. Une personne dynamique et dotée du sens du commerce sera parfaitement à même de se lancer dans la franchise avec une mise de départ minimale.

Carrefour proximité : être gérant de magasin sans apport conséquent

Avec ses concepts Carrefour Contact, Carrefour City, Carrefour Montagne et Carrefour Express, le géant de la grande distribution prend d'assaut le secteur du petit commerce alimentaire. Si l'apport personnel d'un franchisé investisseur est d'un minimum de 50 000 €, il existe aussi une formule dite « locataire gérant ». Celle-ci ne requiert qu'un apport de 7 500 € sans droits d'entrée. La formation initiale dans un magasin école est comprise, et l'aide du réseau est permanente. Carrefour met même à la disposition de ses gérants un numéro de téléphone pour les conseiller en relations humaines : la hotline RH.

Virgin Mobile, un investissement qui rapporte

Présente sur le marché de la téléphonie mobile depuis 2006 et ouvert à la franchise depuis 2009, l'enseigne britannique Virgin développe un concept simple. Avec un apport personnel de l'ordre de 30 000 à 60 000 euros (selon l'emplacement), la marque propose à ses franchisés d'ouvrir une magasin capable de concurrencer ceux des grands opérateurs.

Rédaction Toute la Franchise©

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top