logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Dossier reconversion : Des franchisés témoignent de leur reconversion...

Publié le

Depuis plusieurs années, TOUTE LA FRANCHISE donne la parole aux franchisés via sa rubrique interviews. Dans toute cette manne de témoignages, beaucoup de nouveaux franchisés expliquent quelles ont été leurs motivations pour choisir la franchise plutôt qu'une création solo dans le cadre de leurs reconversions. Quelques morceaux choisis...

Pour Olivier Archambeaud, 50 ans, franchisé Coté Acheteur : « Professionnel de la grande distribution, le métier de l’immobilier est tout nouveau pour moi. Je voulais être mon propre patron avec la sécurité d’un modèle efficient grâce à la franchise et dans un climat de bonne humeur constructive. Depuis longtemps, l’environnement de l’immobilier attire mon attention et je suis aujourd’hui très confiant dans l’évolution du tournant de ma carrière. » Se serait-il lancé seul ? « Seul, j’aurai galéré longtemps et je n’aurai pas pu décoller aussi vite. Pour moi, je voulais créer mon entreprise, mais dés le départ je savais que le seul moyen d’être efficace et sur était de m’adosser à des compétences existantes sur un métier ou j’ai tout à apprendre. Réduire le risque et maximiser la rentabilité sont les critères de choix pour la franchise. «
Retrouvez l'intégralité de cette interview à l'adresse : http://www.toute-la-franchise.com/interview-27-cote-acheteur-olivier-archambeaud.html

Pour Olivier Rivière, franchisé Ecolave, précédemment technicien dans le domaine du traitement des eaux, le lavage écologique des voitures sans eau était un terrain inconnu. « Je souhaitais devenir indépendant tout en recherchant un domaine porteur et novateur tout en respectant mes valeurs notamment écologiques. » Se serait-il lancé seul ? « Non car il suffit de regarder le nombre d'indépendant qui se lance dans ce domaine et leur temps de vie dans le domaine. Aujourd'hui si on ne fait pas parti d'un réseau structuré et qui va sans cesse de l'avant il est très difficile de résister à la concurrence. »
Retrouvez l'intégralité de cette interview à l'adresse : http://www.toute-la-franchise.com/interview-992-ecolave-olivier-riviere.html

Pour Jean-François Hébrard franchisé Heureux comme Alexandre à Orléans, le virage a aussi été radical : Avant de rejoindre le réseau de restaurants à thème, ce franchisé était « dans un tout autre domaine d’activité, puisque j’étais fonctionnaire de l’Education nationale. J’ai travaillé 15 ans dans la fonction publique. D’abord comme enseignant, puis comme directeur d’école primaire. Au cours de ma carrière dans l’enseignement, j’ai dirigé plusieurs établissements à l’étranger, l’école franco-australienne de Canberra durant 3 ans, une école française à Londres pendant 2 ans, ainsi qu’une autre à Tripoli en Lybie. » Se serait-il lancé seul ? « Pas question de me lancer seul dans mon coin. J’ai toujours travaillé en réseau, en contact avec les autres. Je ne me voyais pas changer d’approche. La franchise permet de s’entourer de personnes compétentes, qui ont de l’expérience. Grâce à cette formule, on peut se lancer, dans une multitude d’activités, sans avoir de compétences particulières. C’était aussi l’objectif. »
Retrouvez l'intégralité de cette interview à l'adresse : http://www.toute-la-franchise.com/interview-672-heureux-comme-alexandre-jean-francois-hebrard.html

Pour Jacques Jaguin, franchisé La Mie câline à Elbeuf depuis 2004 : « Après un parcours de 20 années dans la grande distribution qui m’a mené jusqu’à la direction d’hypermarchés en France et à l’étranger, j’ai décidé de quitter ce milieu et de créer ma propre entreprise. » Pourquoi a-t-il choisi une création en franchise ? « L’intérêt d’intégrer un réseau de franchise, c’est d’avoir à sa disposition un savoir faire éprouvé, testé à grande échelle et reconnu comme performant par l’ensemble du réseau. C’est également la possibilité d’être assisté par des professionnels, salariés du franchiseur, qui maîtrisent leur métier, connaissent parfaitement vos problématiques et vous offrent rapidement des solutions. C’est aussi pouvoir bénéficier de la puissance d’un groupe, notamment en termes de communication, de notoriété, mais aussi en termes de négociation avec les fournisseurs.
C’est enfin pouvoir échanger avec des collègues du même réseau, s’évaluer entre nous, s’apporter des astuces, ne jamais se sentir seul… Dans un contexte économique morose, voire de crise comme nous en connaissons un en ce moment, les franchisés sont mieux armés, plus puissants car solidaires, pour vaincre l’abattement et la perte de confiance. »
Retrouvez l'intégralité de cette interview à l'adresse : http://www.toute-la-franchise.com/interview-164-la-mie-caline-jacques-jaguin.html

A lire dans ce dossier :

Dominique André-Chaigneau, TOUTE LA FRANCHISE©

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top