Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise cliquer sur l'élement pour deployer le moteur de recherche
Financer votre projet

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette

La franchise, une des solutions pour reprendre un commerce

Se lancer dans le commerce en mettant toutes les chances de son côté !

Publié le
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Selon le ministère de l’Economie, 60.000 entreprises sont mises en vente chaque année en France… et parmi celles-ci, on compte des milliers de points de vente franchisés. En effet, chaque année, des milliers de franchisés cherchent à céder leur commerce, pour prendre leur retraite ou changer d’activité. Or reprendre un commerce en franchise est une solution attractive à bien des égards, malgré un coût plus élevé. Notoriété nationale, formation et accompagnement, puissance d’un réseau, performance d’un concept : racheter une franchise présente de très nombreux atouts. Toutefois, en plus du rachat du fonds de commerce (ou des parts sociales de l’entreprise), il faut en outre payer les frais d’entrée dans le réseau ; l’opération est donc généralement plus coûteuse, quoique rentable à moyen terme. Le point sur la reprise d’un commerce en franchise.

Préambule : Pourquoi reprendre plutôt que créer un commerce ?

Alors que le rachat d’un point de vente représente un coût au moins 30% supérieur à une création, à commerce équivalent, pourquoi reprendre un commerce plutôt que de créer sa propre entreprise ex nihilo ? Quels sont les avantages et les inconvénients d’une reprise de commerce ? Et pourquoi le rachat d’un commerce coûte-t-il plus cher qu’une création ? Avant d’aborder les spécificités de ce type d’opération dans le cadre d’un réseau de franchise, faisons le point sur la reprise de fonds de commerce.

Combien coûte le rachat d’un commerce ?

Reprendre un fonds de commerceQuand on reprend un commerce, on est confronté à deux choix : soit on rachète les parts sociales de l’entreprise, soit on rachète le fonds de commerce.

Le rachat de parts sociales est rare (quoique fiscalement plus intéressant) car, dans ce cas, on rachète également les dettes de l’entreprise… y compris les dettes et autres contentieux potentiellement dissimulés, ou non connus du cédant. Il faut alors prévoir une clause de garantie de passif au profit de l’acquéreur, qui le prémunit ainsi contre les augmentations de passif antérieur à la cession. Quoi qu’il en soit, lors du rachat de la société, tout est repris « en bloc » : fonds de commerce, stocks et contrats (y compris contrats de travail mais pas que le contrat de franchise, qui comporte généralement une clause dite intuitu personnae).

Le rachat de fonds de commerce est le format de reprise le plus fréquent. Il implique de racheter séparément les stocks. Les contrats qui ont été conclus entre la société, qui sera alors liquidée, et les tiers sont rompus et doivent être renouvelés avec la personne morale créée pour la reprise du commerce.

Dans un cas comme dans l’autre, le commerce doit être valorisé par le cédant pour en fixer le prix de vente. Ce dernier dépend généralement de très nombreux facteurs, dont le chiffre d’affaires, bien sûr, mais aussi et surtout la rentabilité (à travers différents indicateurs, l’excédent brut d’exploitation étant le principal). L’emplacement, l’appartenance à une enseigne ainsi que les perspectives d’évolution (de la zone de chalandise, de l’urbanisme, etc.) induisent des modificateurs qui modifient à la hausse ou à la baisse cette évaluation fondée sur des critères financiers objectifs.

On le voit, le rachat d’un commerce coûte inévitablement plus cher que la création d’un commerce ex nihilo !

Rachat d’entreprise : quels avantages ?

Cependant, ce coût plus élevé est assorti de nombreux avantages et la plus-value associée au rachat de commerce est généralement largement amortie par un retour sur investissement rapide. Car le premier avantage à reprendre un commerce plutôt qu’en créer un, c’est la visibilité ! Quand on rachète une entreprise, on rachète d’abord une clientèle et une notoriété locale déjà établies. Tout le travail de lancement de l’activité, de communication, d’acquisition et de fidélisation de clientèle a déjà été fait. Il ne reste « plus qu’à » faire prospérer l’affaire en visant un potentiel de croissance.

Les chiffres parlent d’ailleurs d’eux-mêmes : selon l'APCE (Agence pour la création d'entreprise), le taux de pérennité à trois ans atteint 73 % pour les reprises, contre 62 % pour les créations. A 5 ans, l’écart reste identique car, selon le ministère de l’Economie, le taux de survie des entreprises reprises est de 60%, contre 50% pour les autres.

Sur le papier, donc, reprendre un commerce offre de meilleures garanties de rentabilité et de pérennité qu’une création d’entreprise. Et ce, même en reprenant un commerce peu rentable. En effet, le prix d’achat d’un commerce peu ou pas rentable est très largement inférieur à celui d’un point de vente extrêmement rentable… mais offre mathématiquement plus de marge de progression, donc un retour sur investissement plus rapide et une rentabilité, à moyen terme, plus élevée. Le pari doit en revanche rester mesuré et il est indispensable d’analyser avec précision les chiffres du commerce racheté sur plusieurs exercices, pour mettre en place une stratégie réaliste de redressement et d’optimisation du budget… mais c’est une autre histoire.

>> Lire aussi : Reprendre un commerce : les étapes à suivre

Racheter une franchise : des atouts supplémentaires

Racheter une franchise permet tout d’abord de bénéficier de la performance d’un concept éprouvé et qui a montré sa capacité à générer de la rentabilité sur plusieurs points de vente. Et ce à travers une offre et une communication, bien sûr, mais aussi à travers des processus optimisés (organisation du travail, management, ventes, etc.).

Au moment du rachat de l’entreprise, intégrer le réseau permet également de bénéficier d’une formation initiale qui intègre le plus souvent des notions de gestion, de management, de méthodes commerciales, de techniques de vente, etc. Et ce en plus des formations « métier » spécifiques. Les franchisés bénéficient également de l’accompagnement de la tête de réseau tout au long du contrat de franchise et, bien souvent, de sessions de formation continue. Des rendez-vous (annuels, a minima) sont en outre organisés pour permettre aux différents commerçants du réseau de se rencontrer, d’échanger et de s’entraider.

Enfin, l’enseigne développe une stratégie marketing au niveau national (mise à jour de l’offre, mise en place d’opérations commerciales, création de partenariats, etc.) et prend en charge la communication nationale pour développer sa notoriété, ce qui, in fine, génère du trafic dans les points de vente franchisés.

… et quelques contraintes de plus

Acheter un commerce à vendre en franchiseIl ne faut cependant pas négliger les quelques inconvénients qu’il y a à reprendre un commerce en franchise. En effet, comme on l’a vu plus haut, le fait d’appartenir à une enseigne nationale est un modificateur qui évalue à la hausse le prix du fonds de commerce. En outre, en tant que repreneur, il faudra signer un nouveau contrat de franchise (sauf à racheter les parts sociales du cédant), donc payer des droits d’entrée puis, pendant l’exploitation, payer les redevances afférentes à ce contrat. Financièrement, donc, reprendre un commerce en franchise coûte plus cher que de racheter un commerce hors enseigne.

N.B. : il est à noter que certaines enseignes exonèrent les repreneurs des points de vente de leur réseau du paiement des droits d’entrée. Ces décisions sont généralement prises au cas par cas et dépendent du caractère stratégique de l’emplacement pour l’enseigne.

>> Lire aussi : En pratique : reprendre une entreprise sous enseigne, en franchise

Mais surtout, il faut satisfaire aux exigences de la tête de réseau. Car, comme on l’a vu, un franchisé ne peut céder un contrat de franchise qui est conclu intuitu personnae, c’est-à-dire « en considération de la personne ». Reprendre un fonds de commerce en franchise implique donc de passer par toutes les étapes d’intégration d’un réseau (entretiens avec le franchiseur, prise de connaissance du DIP, délai de rétractation, etc.). Sur ces questions,

>> Lire aussi : Rétroplanning pour devenir franchisé

Reprendre un commerce en franchise : comment ça marche ?

En pratique pour reprendre un commerce en franchise, le plus simple est de contacter directement les enseignes pour se renseigner sur les points de vente à reprendre dans leur réseau. Par conséquent, la première étape pour racheter une franchise est d’identifier une ou plusieurs enseignes que vous souhaitez intégrer.

Une fois cela fait, il suffit de les contacter pour savoir si des points de vente sont à reprendre dans le département ou la commune dans lesquels vous souhaitez vous implanter. Si ces enseignes ont des commerces franchisés à vous proposer, vous pouvez alors entamer les démarches habituelles lors d’une reprise de fonds de commerce : analyse de l’emplacement, visite du point de vente, échange avec les salariés, étude de marché locale, analyse des projets d’urbanisme, analyse des 3 derniers bilans (a minima), négociation du prix de vente, etc.

Une fois que vous avez validé un point de vente à reprendre, que vous avez fixé, avec le cédant, le prix d’achat, vous pouvez entamer votre parcours d’intégration du réseau auprès du franchiseur. Une fois cette étape commencée, il faudra compter quelques semaines ou quelques mois avant de démarrer votre nouvelle activité de commerçant franchisé.

>> Lire aussi : Reprendre un commerce en franchise


Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Créer une surveillance par email
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Note 4,5/5 - 2 avis

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

250 caractères restants

Menu Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Newsletter Toute La Franchise

Recevez gratuitement le meilleur de l'actualité
de la franchise !