logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

La création d'entreprise vue par les lycéens et les étudiants

2ème partie du dossier : "la création d'entreprise par les jeunes"

Publié le

Selon le baromètre Moovjee/OpinionWay/ CIC / APCE, le vivier de jeunes créateurs dans les rangs des étudiants et lycéens en filière professionnelle frôle le million d'individus. Comment ces jeunes perçoivent la création ? Comme une opportunité non sans chausse-trappes !


La nouvelle génération n'a pas froid aux yeux ! Selon le baromètre Moovjee/OpinionWay/CIC/APCE, l’envie d’entreprendre des lycéens professionnels et étudiants est largement supérieure à celle leurs ainés : 34% des jeunes interrogés soit environ 1 million d'individus ont ainsi envie d’entreprendre (vs 25% population totale). Parmi ces jeunes, les 2/3 pensent créer avant 30 ans, soit 660.000 (+ 11% par rapport au baromètre 2013, + 9% /2009).


Une vision réaliste de l'entrepreneuriat

Pragmatiques, ces jeunes ont une idée assez précise de ce qu'est un entrepreneur. Il l'imagine comme un gestionnaire à 47% (en baisse de 2 points vs 2013), un preneur de risques à 45% (en hausse de 4 points vs 2013), mais aussi un passionné et un expert dans son champ de compétence à 41%, un leader à 39%, un créatif à 34% et un visionnaire à 26%. Seuls 12% des interrogés associent le patron avec un gros salaire !

En terme de qualités requises pour être entrepreneur, les étudiants et les lycéens en filière professionnelle restent là encore très pragmatiques. Ils pensent en effet qu'être entrepreneur c'est principalement avoir de grandes responsabilités à 49% (en baisse de 5 points vs 2013), mais aussi travailler beaucoup à 45%, diriger une équipe à 43%, prendre des risques à 42%, être autonome à 36%. Les autres caractéristiques que sont avoir peu de temps libre, gagner beaucoup d'argent et ne pas avoir la sécurité de l'emploi ne récoltent que 11%.

Interrogés sur la difficulté supposée de créer une entreprise, les jeunes considèrent globalement que ce n'est pas une sinécure : 51% pensent que c'est assez difficile, 45% que c'est très difficile, 3% assez facile et 1% très facile.


Une forte envie de créer son entreprise

A la question de savoir si les jeunes se verraient bien un jour créer ou reprendre une entreprise, la réponse est oui pour 34% d'entre eux (en baisse de 3 points vs 2013). 42% répondent non et 24% ne savent pas quoi répondre puisqu'ils n'y ont pas réfléchis. Parmi ceux qui ont répondu avoir envie de créer une entreprise, ils envisagent de le faire à 53% dans un avenir proche, autrement dit de 3 à 5 ans après la fin de leurs études (9 points par rapport à 2013), 34% pensent attendre plus de 5 ans après la fin de leurs études, et 13% pensent sauter le pas pendant leurs études ou juste après.

Interrogés sur les freins et les moteurs à la création d'entreprise, les jeunes pensent à 49% qu'ils ont la capacité de travail nécessaire à la création, 43% l'enthousiasme, 38% le soutien de leur entourage, 32% l'autonomie, 27% une idée innovante, 18% les moyens financiers, 16% de l'expérience, 15% la confiance du marché (prospects, banques, collaborateurs, institutionnels), 10% le leadership. A l'inverse, les atouts nécessaires dont les jeunes ne disposent pas sont les moyens financiers (73%), l'expérience (53%), la confiance du marché (45%), une idée innovante (29%), ou encore le leadership (15%) et l'autonomie (9%).

Les principaux obstacles perçus à la création d'entreprise sont pour les jeunes de l'ensemble de l'échantillon par ordre d'importance le manque de liquidités de départ (91%), le contexte de crise économique actuel (87%), le manque de confiance du marché et le risque lié à la crise (86%), la méconnaissance de la création d'entreprise et le manque d'expertise (84%). Viennent ensuite le manque d'idées innovantes (79%), la nécessité de gagner sa vie tout de suite (78%), le manque de confiance en soi (75%), le besoin de la sécurité de l'emploi (73%), ou encore leur propre personnalité et l'inadéquation du cursus étudiant à la création d'entreprise (68%).

Malgré ces obstacles, l'ensemble de l'échantillon estime que les principales motivations pour créer une entreprise sont le fait de vouloir être libre de ses décisions (90%), l'envie de faire ses propres expériences (89%), l'envie de dévoiler leur potentiel (86%), une idée en laquelle ils croient (83%), l'envie d'être son propre patron (79%), la volonté d'assurer son propre emploi (78%). Viennent ensuite le fait d'aimer prendre des risques (71%), la volonté de gagner beaucoup d'argent (68%), la difficulté de trouver un emploi (64%).


Un soutien indispensable mais méconnu

Pragmatiques, les jeunes sont bien conscients que pour créer une entreprise, le créateur doit pouvoir compter sur un maximum de soutien. Ces soutiens attendus sont principalement ceux des banques (75% le juge prioritaire), et des organismes de financement (70%), viennent ensuite une fiscalité favorable (60%), l'accompagnement par des experts et la possibilité d'avoir accès à des réseaux (55%), l'accompagnement par des chefs d'entreprises (42%), le statut d'étudiant entrepreneur (40%), ou encore le soutien financier et logistique des parents (28%). Les soutiens attendus dans le cas où les jeunes seraient amenés à créer une entreprise en étant étudiant ou juste après la fin d'étude repose essentiellement sur la famille (59%), le nouveau statut étudiant entrepreneur (55%), les organismes et associations dédiées (55%), d'autres entrepreneurs (46%), les professeurs des établissements de formation (34%). Si les jeunes placent dans les soutiens les plus importants les organismes et associations dédiées, peu connaissent réellement leurs rôles. Et si les chambres de métiers et les CCI sont plutôt bien connues (respectivement 88 et 82%), il est loin d'en être de même pour les autres organismes comme les JDE (50%), le réseau Entreprendre (42%), l'Union des Auto-entrepreneurs (41%), Entreprendre pour apprendre (30%), les Pépites (29%), les business angels (29%), la BPI et l'APCE (28%), 100.000 entrepreneurs (26%) et MoovJee (18%). Globalement, 17% seulement de l'ensemble de l'échantillon a déjà recherché des informations sur les dispositifs d'aide à la création d'entreprise. 19% seulement ont déjà été informés sur les dispositifs d'aide à la création d'entreprise par leur établissement de formation (58%), la CCI ou la chambre des métiers (32%), l'APCE (15%), le CFE (8%).


Le Baromètre Moovjee/OpinionWay/ CIC / APCE a été réalisé en ligne du 14 au 21 janvier 2015 auprès d'un échantillon de 1022 lycéens de la filière professionnelle et étudiants constitué selon la méthode des quotas. Les résultats de cette enquête ont été dévoilés lors du 22ème Salon des Entrepreneurs de Paris (4 & 5 février 2015 au Palais des Congrès de Paris).

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top