logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Garde d'enfants : des nouveaux concepts débarquent en franchise !

Crèches ou haltes garderies privées, deux activités en forte expansion

Publié le

Si les services à la personne sont depuis quelques années largement portés par des entreprises de franchise, les modèles développés sont pratiquement toujours les mêmes : le service est rendu quasiment uniquement à domicile, que le public visé soit des seniors ou des enfants !

Ce mode de développement sans local d'accueil ou presque s'est largement répandu du fait notamment des aides fiscales et sociales octroyées par l'état pour ce type de prestations...

Relativement facile à monter sans trop d'investissement initial, ces points de vente en franchise de services à la personne ont largement séduits les entrepreneurs...

Depuis deux ou trois ans, de nouvelles idées fleurissent en franchise comme la création de crèches ou de haltes garderies privées par exemple, deux activités en forte expansion, largement développées par ailleurs par des entreprises spécialisées hors franchise et des associations.

Une législation en mouvement

En France, les besoins en matière de garde d'enfants sont énormes... Le rapport Tabarot remis au gouvernement en juillet 2008 pour mettre en place le droit opposable à la garde d'enfant estimait qu'il manquait sur l'ensemble du territoire quelque 322 000 places en crèche. En commandant le rapport Tabarot, le président Sarkozy souhaitait faire écho à ses promesses électorales. La mise en place d'un droit opposable à la garde d'enfant était en effet annoncée dans le programme du candidat à la présidence à l'horizon 2012. Qu'est-ce que l'on entend par droit opposable à la garde d'enfants ?

Le droit pour les parents d'attaquer une collectivité locale qui ne pourrait proposer de solutions de garde suffisantes ! En 2009, selon les estimations de la Caisse nationale des allocations familiales, le nombre de places nécessaires d'accueil d'enfants était de l'ordre de 430 000 sur les 1 440 000 enfants dont les deux parents travaillent (60% des moins de 3 ans). Bien sûr, ces estimations passaient sous silence les enfants gardés par l'un des parents qui faute d'avoir trouver un mode de garde adapté a du renoncer à son travail ! Un vrai casse-tête qui a donné lieu en 2009 à quelques valses hésitations.
Car en effet, avant d'officialiser le droit opposable à la garde d'enfants en 2012 et ainsi mettre en porte-à-faux les élus locaux, il fallait avant tout prendre le problème à la racine, autrement dit créer des places de crèches ! Facile à dire; mais pas simple à mettre en place ! D'autant plus que la natalité en France connait des records depuis plusieurs années, alourdissant du même coup les difficultés... Comme le problème est inextricable, le gouvernement a changé son fusil d'épaule début 2009 en ne parlant plus de « places » mais de solutions de garde ! Le mode de garde individuel a ainsi été encouragé.
Les assistantes maternelles jusqu'alors limité à 3 enfants se sont vues autoriser à en prendre un quatrième. Dans le même temps, le gouvernement a voté le relèvement du plafond de la déduction fiscale pour les emplois familiaux... Mais le plan de rigueur qui devrait être voté pour le budget prochain va semble-t-il remettre ses aides sur la sellette. Inextricable ! C'est le moins que l'on puisse dire, mais des solutions existent pourtant notamment la création de crèches privées conventionnées par la CAF depuis 2005 !

Le privé à la rescousse

Depuis 2008, la Fédération Française des Entreprises de Crèches rassemble en son sein de plus en plus d'entreprises spécialisées dans ce secteur d'activités. Ces entreprises ne choisissent pas le modèle de développement de la franchise mais plutôt celui de la succursale. Les crèches privées conventionnées sont portées par des entreprises privées spécialisées. Chaque crèche créée répond à la demande d’une collectivité et/ou d’une entreprise.
Ce partenariat implique qu'un nombre de places est réservé au partenaire (commune ou salariés des entreprises). Du côté de la famille, la crèche privée conventionnée est équivalente en terme de prix que s'il s'agissait d'une crèche publique. Le tarif final est en effet déterminé par la CAF selon le quotient familial. Les normes d'accueil sont d'ailleurs les mêmes que dans le public. Pour l'Etat, ces crèches privées sont également une aubaine. Leur coût de fonctionnement est optimisé ce qui permet à l'Etat de faire en moyenne 30% d'économie vis-à-vis d'une crèche publique. On comprend mieux ainsi pourquoi cette démarche de création est encouragée par l'Etat. Dans la pratique, elle se développe de façon très divers selon les initiatives locales. Ainsi, depuis quelques années, on assiste à la création de nombreuses formules de micro-crèches d'entreprises, de micro-crèches parentales, de jardins d'éveil, de halte-garderies itinérantes sur la base d'un bus aménagé... Et les exemples se multiplient !

Quelques pionniers de la crèche en franchise

Si le service de garde d'enfants rendu à domicile a largement été investi par la franchise (Babychou Services, All4home, Domidom, Educazen, Family Sphère, Hôm Service, Idéal Services, Junior Senior, La Compagnie des familles, Un monde de services, Zoe Services), le développement de solutions collectives temporaires ou plus régulières en est encore à ses débuts en franchise. Les initiatives récentes prises par quelques réseaux montrent toutefois qu'il existe un marché. Trois exemples pour s'en convaincre :

Crèche inter-entreprises : Le concept Crèches inter-entreprises a été mis au point par des spécialistes du service aux particuliers et de la garde d'enfants sous toutes ses formes (garde à domicile, micro-crèches, et haltes garderies itinérantes). Il développe un service particulièrement novateur de crèche clé en main. Ce concept est complet en ce sens qu'il développe le conseil à la création et la fourniture de bâtiments adaptés. L'idée est de monter une micro crèche inter-entreprises sur une zone d'activités à destination principalement des enfants de salariés d'entreprises. Les crèches sont construites en préfabriqué à partir de plans définis. Réseau + accompagne le créateur franchisé à toutes les étapes de la création, de l'étude de faisabilité, à la construction, en passant par la mise en place d'un programme pédagogique et d'un programme commercial, le montage du dossier financier et du dossier de subvention, l'étude d'implantation CAF, l'obtention de l'agrément, la formation à la gestion d'une crèche, l'aide au recrutement du personnel. Ce concept s'adresse soit à des créateurs soit à des investisseurs. Dans le premier cas, le droit d'entrée est de 18 000 euros dans le second, il grimpe à 40 000 € (apport personnel respectivement de 20 000 et 60 000 euros). Lancé en franchise en 2009, le réseau Crèche Inter-entreprises compte aujourd'hui 6 projets opérationnels (cinq micro-crèches de 10 places et une crèche itinérante), 11 autres projets sont en cours de validation.

Hébé : Lancé en franchise en 2009, Hébé est un réseau spécialisé dans l’implantation de micro-crèches. Les structures créées sont de petite taille (9 enfants accueillis au maximum pour deux intervenantes) pour plus de flexibilité et une ambiance chaleureuse et conviviale. Le réseau met à la disposition de ses franchisés son savoir-faire en terme de gestion (services administratifs et techniques), d'encadrement commercial, de soutien logistique (centrale d'achat), et de conseils au démarrage. Pour rejoindre le réseau Hébé, le droit d'entrée est de 7 500 euros (investissement global 40 000 euros, apport personnel 10 000 euros).

La part de rêve : Lancé en franchise en 2008, le réseau La Part de Rêve est un concept de crèches et de micro-crèches inter-entreprises. Les fondateurs ont voulu concevoir un modèle simple basé sur le modèle des investissements immobiliers. Le réseau propose à ses franchisés un concept de gestion de lieux d'accueil spécialisés petite enfance. Il accompagne le créateur pendant toutes les étapes de la création et prend ensuite en charge la gestion au quotidien de la structure. Ce concept clé en main répond parfaitement aux besoins des petites entreprises qui n'ont pas les moyens financiers de créer pour eux-seuls une micro-crèche. Pour rejoindre le réseau La part de rêve, l'apport personnel est de 40 000 euros. La surface moyenne d'une micro-crèche est de 120 m2.

Le concept s’adresse aussi bien aux grandes entreprises qu’aux plus petites communes.

Les sites pour trouver les enseignes en franchise qui se développent : garde d'enfants sur franchise enfants, garde d'enfants sur franchise aide à la personne, franchise garde d'enfants


Dominique, Journaliste toute-la-franchise©

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top