logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Reprendre une franchise : combien ça coûte ?

Pourquoi la reprise d'une entreprise en franchise coûte plus cher que la reprise d'une entreprise hors franchise ?

Publié le

Plus encore qu'une entreprise hors franchise, le prix à payer pour racheter une entreprise sous enseigne peut être dissuasif. Comment sont fixés les prix de cession ? Qu'achète-t-on exactement ? Quelques éléments de réponse ici.

La reprise d'une entreprise en franchise demande généralement plus de fonds propres que la reprise d'une entreprise hors franchise. Pourquoi ? En fait, ce coût supplémentaire est notamment du à la nécessité pour les entreprises sous enseigne d'avoir une bonne visibilité ce qui implique que les locaux de l'entreprise se doivent d'être bien situés (en ville ou en périphérie, sur une voie passante, en emplacement N°1 ou N°1 bis de centre-ville ou de centre commercial).


Cet emplacement privilégié est dans la très grande majorité des cas nécessité par le concept lui-même. En effet, le concept d'une franchise définit un modèle économique duplicable et rentable. Ce modèle est réputé garant d'un niveau de réussite (principe de la réitération d'un succès). Selon ce principe, le franchiseur doit réunir toutes les conditions pour garantir à son nouveau franchisé un même niveau de réussite que l'unité pilote. Cela passe notamment par des produits et/ou services pertinents et originaux, mais aussi un accompagnement de tous les instants du franchisé, de la publicité au niveau national, un grand sérieux dans le recrutement des candidats pour garantir une homogénéité du réseau, De son coté, le franchisé doit réunir également toutes les conditions qui ont conduit le pilote à être rentable. Cela implique notamment que le point de vente bénéficie des mêmes caractéristiques que l'unité pilote en terme de zone de chalandise (grandes métropoles régionales, villes de plus de X habitants...), mais aussi de visibilité (emplacement N°1 ou 1bis, zone de passage d'entrée ou de sortie de ville, centre commercial).


Pour le repreneur, le bon emplacement de l'entreprise à céder fait partie intégrante de la valeur ajoutée du point de vente. Dans le même temps, la qualité de l'emplacement implique un surcout d'exploitation : les loyers réclamés sont plus élevés et à l'entrée dans les locaux, le droit au bail est également plus élevé.


Outre la qualité même de l'emplacement, le coût du rachat d'une entreprise en franchise est augmenté par des frais d'installation plus conséquents. A la création de son entreprise, le cédant a du notamment financer les agencements spécifiques de ses locaux. Là encore, ces agencements font partie intégrante de la valeur ajoutée de l'affaire. A cela s'ajoutent des frais de gestion au quotidien plus élevés (royalties) et des immobilisations plus importantes (stocks minima) qui nécessitent une trésorerie importante.


Enfin, le repreneur doit s'acquitter en entrant dans le réseau, d'un droit d'entrée à la signature de son contrat de franchise. Ce droit d'entrée peut être plus ou moins élevé selon les concepts, mais aussi selon que le cédant accompagne ou non le repreneur dans sa reprise. Le coût du droit d'entrée peut également varié en fonction du profil du repreneur. Il sera généralement moins élevé pour un repreneur déjà franchisé de l'enseigne, ou ex salarié, puisque le réseau n'aura pas à dispenser de formation initiale et n'aura pas (ou peu) à accompagner de façon spécifique le repreneur dans sa reprise.


Tous ces éléments conjugués font que le reprise en franchise est généralement plus chère qu'une reprise d'une entreprise hors franchise.


Qu'achète-t-on exactement en reprenant une entreprise en franchise ? A l'image d'un fonds de commerce classique, le fonds de commerce développé sous franchise comprend le fichier client et le contrat de bail. A l'inverse d'un fonds de commerce classique, le fonds de commerce développé sous franchise ne comprend pas l'enseigne qui n'appartient pas à l'entreprise cédée puisqu'elle appartient à un réseau. Selon les cas, les stocks peuvent faire partie intégrante de la négociation ou non, selon les caractéristiques du contrat signé avec le franchiseur.

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top