logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette
Claire Lanneau

BABYCHOU Services

Claire Lanneau

Fondatrice du réseau de franchise

Franchise BABYCHOU Services

Les chiffres de ce réseau :

  • - Date de création : 1998
  • - Date de lancement de la franchise : 2006
  • - Nombre d’implantations : 81
Créer une surveillance par email

Interview de Claire Lanneau

Publié le
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Toute la franchise  : Pouvez-vous vous présenter et présenter votre société ?
Claire Lanneau
  : Je suis directrice fondatrice de Babychou Services. Je suis une ancienne cadre mère de famille. En 1998, je me suis retrouvée confrontée à un problème de garde pour mes deux enfants. Les solutions que j'ai trouvées alors sur la région parisienne ne correspondaient pas à ce que je cherchais en terme de qualité et de souplesse notamment. Face à ce problème, j'ai décidé avec un associé de créer une structure de garde à domicile qui répondrait à mes besoins et plus largement aux besoins de nombreuses familles. Au début nous avons fonctionné sous statut associatif en proposant des systèmes de garde régulière en journée pleine mais aussi et surtout en sortie de crèche ou d'école.

Aujourd'hui encore, notre cœur de cible reste les prestations de garde d'enfants de 0 à 12 ans et uniquement la garde d'enfants. Nous ne sommes pas une société multi-services comme beaucoup de nos confrères. Cette spécialisation est rassurante pour les parents. Ils savent qu'en nous choisissant, ils ont à faire avec des intervenants qualifiés.

Nos prestations sont proposées par tranche d'âge. Les recrutements de nos intervenants sont réalisés en fonction de ces critères. Les compétences pour garder un tout petit sont à l'évidence totalement différentes de celles que les parents attendent pour aider un enfant entrant au CP ou en CM1 ! Pour les premiers, on est sur de l'affectif pur. Pour les plus grands, le soutien scolaire, l'éveil à la créativité, etc sont prioritaires. C'est cette prestation ciblée en fonction des besoins des enfants et le sérieux de nos prestations que les parents plébiscitent chez Babychou Services.

T.L.F : Quel a été le déclic déclencheur de la création de votre réseau ?
C.L.
: Nous avons fait un test prudent pendant 8 ans en région parisienne avant d'envisager une duplication du concept Babychou Services. En 2006, la mise en place du plan Borloo a donné le coup d'envoi du lancement en franchise de Babychou Services. Pour mener à bien la duplication du concept, nous avons créer une société support.

Pour mémoire, le plan Borloo visait la sécurisation des métiers de services à la personne. Les entreprises étaient enfin traitées d'égale à égale avec les associations notamment en pouvant facturer avec une TVA à 5,5% et en bénéficiant de charges patronales réduites jusqu'à concurrence du SMIC.

Le plan Borloo impliquait aussi une professionnalisation des acteurs avec la mise en place d'un agrément pour les entreprises reposant sur un suivi rigoureux des prestations et un renforcement des procédures de recrutement et de formation des intervenants. Cette nouvelle donne législative nous a permis de lancer notre première implantation en franchise en octobre 2006 à Rennes.

En 2008, lorsque nous avons passé le cap de la quinzaine de franchisés, nous avons entrepris un audit interne pour mieux définir nos besoins face à la demande des franchisés du réseau. 2008 a ainsi été une année de semi-pause pour mieux repartir en 2009 à un rythme plus soutenu.

T.L.F : Où en êtes-vous de votre développement ? Avez-vous atteints vos objectifs ?
C.L.
: Aujourd'hui, Babychou Services compte 25 franchisés dont 9 agences ouvertes en région parisienne.

Nous avons choisi de rester sur un rythme de développement maîtrisé pour mieux accompagner les franchisés au plus près dans leur quotidien. Au printemps 2009 nous avons embauché une animatrice réseau qui apporte à notre réseau une quinzaine d'années d'expérience sur un poste similaire.

Pour les prochaines années, nous souhaitons rester sur un rythme de développement maîtrisé. Nous avons également en projet de créer une ou deux succursales dans des grandes métropoles ciblées pour proposer à nos franchisés un accès facilité à des centres de ressource hors région parisienne. Ce projet est encore en réflexion et ne remets pas en cause notre choix de départ de privilégier le modèle de la franchise pour notre développement.

T.L.F : Quels sont vos objectifs pour 2010 ?
C.L.
: Pour 2010, nous tablons sur une dizaine d'ouvertures au moins et un maximum de 15 nouvelles implantations.

T.L.F : Quelles sont les zones que vous souhaitez plus particulièrement ouvrir dans les prochains mois ?
C.L.
: Je dirais globalement tout le Grand Est y compris Rhône-Alpes. Nous souhaitons aussi ouvrir en PACA et dans le centre. Nous avons encore de la place aussi pour 2 ou 3 agences supplémentaires sur la région parisienne.

T.L.F : Avez-vous des concurrents ? Qui sont-ils ?
C.L.
: Nous avons un concurrent direct, Family Sphère pour ne pas le nommer, qui répond à une logique de développement différente de la notre puisque cette société a pour actionnaire principale AXA. Eux sont plus spécialisés sur le soutien scolaire. Mise à part ce concurrent direct, nos autres concurrents sont des sociétés typées multiservices. Et comme je vous le disais tout à l'heure, nous ne faisons pas vraiment le même métier !

T.L.FSouffrez-vous de la crise actuellement ?
C.L.
: A vrai dire : Pas du tout ! Nous avons la chance que la France soit championne d'Europe pour son taux de fécondité. La famille reste une préoccupation prioritaire en France. De plus, nous ne sommes pas sur des prestations de confort comme les sociétés de multi-services peuvent l'être par exemple. Je m'explique : autant le repassage d'une chemise peut attendre, autant récupérer un enfant à la crèche ou à l'école, c'est un besoin essentiel de tous les jours. On peut sacrifier quelques heures sur du ménage ou de repassage, mais quand il s'agit de faire garder ses enfants, on est plus là sur la sauvegarde de son emploi.

C'est d'autant plus vrai lorsque les temps de transport sont importants. Le secteur de la garde à domicile est de plus largement aidé par des dispositifs spécifiques. On connait le fameux crédit d'impôt de 50% mais il y a aussi le dispositif de la CAF : la Paje.

Cette aide moins connue des parents permet quand ils s'adressent à des sociétés comme les notre de faire baisser les coûts de garde de façon plus que significative pour arriver à un prix plancher de 1,50 € de l'heure de garde. Si un franchisé fait correctement son travail, le taux de récurrence d'une année sur l'autre est de 50 à 70%.

T.L.F : Dans votre parcours de franchiseur, avez-vous commis des erreurs que vous regrettez ?
C.L.
: Je dirais que notre principale erreur de jeunesse a été de mal définir dans un premier temps les zones d'exclusivité données aux franchisés. Elles étaient beaucoup trop larges ! Du coup, sur certains secteurs aujourd'hui, notamment certaines grosses villes, nous n'avons qu'un seul franchisé là où il serait raisonnable d'en avoir plusieurs. C'est un risque de dispersion pour le franchisé et un risque pour la marque puisque si le franchisé n'est pas à la hauteur de la qualité demandée, la marque peut en pâtir. A partir de 2008 nous avons rectifié le tir sur ce point suite à l'audit interne que nous avons réalisé. Désormais, les zones de chalandise sont mieux définies et se limitent à un bassin de population de plus ou moins 150 000 habitants.

T.L.F : Quelles sont vos exigences en matière financière pour rejoindre votre réseau ?
C.L.
: L'investissement global pour ouvrir une franchise Babychou Services se situe entre 35 et 40 000 €. Notre droit d'entrée est de 19 000 €. L'apport personnel moyen est d'environ 15 000 €.

T.L.F : Comment se passent l'intégration et le suivi des franchisés chez Babychou ?
C.L.
: Les candidats sont sélectionnés via un bureau de recrutement extérieur qui est en charge du développement du réseau. Un premier rendez-vous téléphonique est réalisé puis un rendez-vous physique. Dans un second temps, le candidat rencontre la tête de réseau, c'est-à-dire moi. Une fois que la candidature est validée, le futur franchisé suit une formation initiale de 10 jours à Paris. Cette formation aborde les process de recrutement des intervenants, l'environnement réglementaire, les techniques commerciales, l'utilisation de notre système informatique entre autres.

Nous accompagnons ensuite le franchisé pour qu'il obtienne son agrément qualité avant ouverture. L'obtention de cet agrément est un préalable. Il donne accès au futur franchisé à toutes les aides prévues dans le cadre du plan Borloo (TVA à 5,5%, charges patronales réduites, etc). L'animatrice de réseau accompagne le nouveau franchisé dans son démarrage puis par la suite.

Au niveau du réseau en lui-même, nous faisons également un accompagnement métier par mail et téléphone. Nous proposons aussi des actions plus larges pour nos franchisés comme la négociation de partenariats pérennes avec des prescripteurs comme les compagnies d'assurance, les mutuelles...

Nous mettons également au point des actions de communication ciblée et des actions de soutiens d'activités commerciales. Nous avons ainsi mis en place avec notre franchisé d'Arras une action sur le marché de Noël où nous avons pris un stand pour permettre aux enfants de s'occuper intelligemment pendant que leurs parents font leurs achats. Nous avons aussi un partenariat avec le centre commercial Velizy 2. Un local est ouvert sur place pour permettre aux parents de réserver un intervenant qui prendra en charge la garde des enfants un prochain soir de courses.

T.L.F : Quel est le profil d'un bon franchisé Babychou Services ?
C.L.
: Vous m'auriez posé cette même question il y a quelques années j'aurais dit sans hésiter avant tout une personne dotée d'un bon relationnel. Avec le temps, mon avis a quelque peu changé. Aujourd'hui, je dirais que ce qui prime c'est avant tout d'avoir un bon sens commercial.

Le franchisé Babychou Services doit de plus avoir un bon sens de la gestion d'équipe. Le recrutement et la gestion des intervenants sont au cœur de notre métier. Une bonne expérience de la gestion tout court est également impératif. Ce n'est pas forcément une expérience de gestionnaire de centre de profit mais on en est pas loin. Beaucoup de nos premiers franchisés sont issus de la grande distribution.

Avec le temps, des profils plus divers sont venus s'ajouter. 60 à 70 % de nos franchisés sont des femmes mais je tiens à préciser que nous sommes totalement ouverts à toutes les candidatures masculines.

Nos interviews sont la propriété de Toute la Franchise.com et sont destinées à la diffusion exclusive sur les sites du Groupe Toute la Franchise.com

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

DERNIERES INTERVIEWS DU RESEAU BABYCHOU Services

Créer une surveillance par email
découvrez
le concept
de ce réseau
en détail

Voir tous les interviews

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour interview. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

Le commentaire que vous déposerez ici sera du domaine public. Si vous êtes intéressé par l'enseigne, ne laissez pas vos coordonnées ici, mais cliquez sur « Demande de documentation » en haut ou bas de page. Merci.

250 caractères restants

Scroll to top