logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Un marché très marqué par la conjoncture

L'intérim joue un rôle économique décisif

Publié le

Après avoir renoué avec la croissance en 2010 et 2011, le secteur de l'intérim paie en 2012 le prix fort en ces temps de crise. Révélateur d'un malaise profond sur le terrain de l'emploi en France, le secteur va devoir faire le gros dos pendant encore quelques mois.

Souvent à l'avant garde des mouvements conjoncturels, le secteur de l'intérim connait des hauts et des bas balloté par les aléas de l'économie. Ainsi, après la récession de 1993, le secteur mettra de longs mois avant de voir revenir la croissance. Entre 1997 et 2000, la reprise consolidée, la croissance de l’emploi intérimaire s’accélère, mais en 2001, l’activité s'essouffle et l’intérim diminue en moyenne de 3 % chaque année. La tendance s'inverse entre 2004 et 2007 au cours desquelles le secteur renoue avec une progression annuelle comprise entre 1,5 et 5 %. La crise de 2008 stoppe net la progression du secteur : la baisse des effectifs intérimaires atteint ainsi cette année là -8,3 %, tandis que l’année 2009 est marquée par une récession d’une intensité historique qui se traduit par une chute de 28,7 % des effectifs intérimaires. Selon le PRISME « Après la crise de 2008, 2009, l’intérim a été le premier secteur à repartir fortement à la hausse.
Dans l’immédiat après-crise, l’intérim joue en effet un rôle économique décisif. Les entreprises qui enregistrent une hausse des commandes, après plusieurs mois de ralentissement, voire de recul, hésitent à embaucher. L’intérim leur permet d’ajuster leurs capacités de production dans un environnement incertain. »

Année

CA en milliards d'€

Évolution N-1

1988

5

32

1989

6,6

31

1990

7,7

16

1991

7,5

-3

1992

7

-6

1993

5,9

-16

1994

7,4

26

1995

9

21

1996

8,7

-3

1997

10,6

32

1998

13,5

28

1999

15,5

19

2000

18,6

19

2001

18,8

1

2002

17,8

-5

2003

17,7

-1

2004

18,4

4

2005

19

3

2006

20,4

7

2007

21,7

6

2008

20,8

-4

2009

15,3

-26

2010

17,8

10

2011

19,8

11

Source : Chiffres rapport d'activité 2011 PRISME

Après ce coup dur, 2010 s'achève sur un redressement spectaculaire de l’intérim avec une progression enregistrée de 14,8 %. En 2011 la progression flanche à + 7,9 %, avec un excellent premier trimestre avec + 18 % (+ 18,9 % en janvier, + 18,2 % en février, + 17,2 % en mars), un second trimestre toujours bien orienté à + 11,4 % (+ 13,8 % en avril, + 13,5 % en mai et + 8,2 % en juin), suivi d'un été au positif à + 5,4 % (+ 6,2 % en juillet, + 3,8 % en août, + 5,7 % en septembre) et un automne en berne à - 1,0 % (+ 2,0 % en octobre, - 1,0 % en novembre, - 3,5 % en décembre).




Et en 2012 ? Selon le PRISME (Professionnels de l’intérim, services et métiers de l’emploi), la Fédération patronale du secteur qui regroupe environ 600 sociétés de travail temporaire réalisant 90 % du chiffres d'affaires de la profession, le cycle repart à la baisse. Doucement en début d'année (- 3,9 % en janvier, - 6,8 % en février) puis plus fortement ensuite (- 12,7 % en mars) pour se terminer sur un dernier trimestre calamiteux (- 15 % en octobre, - 17,1 % en novembre et – 15,6 %) en décembre.

Et déjà 2013 s'annonce dans la même lignée avec pour janvier, une chute d'activité de – 16,2 %. Cette situation va-t-elle durer ? Selon toute vraisemblance, oui. Combien de temps ? Impossible de le savoir dans l'immédiat. Selon les analyses des différents spécialistes, la crise actuelle pourrait bien se poursuivre voire s'amplifier jusqu'à fin 2013 pour ensuite s'atténuer dans le courant de 2014. L'intérim devra donc faire le gros dos encore pendant encore de longs mois... Jusqu'au prochain frémissement qui sonnera quelques mois plus tard le retour de la croissance. D'ici là, le secteur tout entier va plancher sur les termes d'un contrat à durée indéterminée pour les intérimaires, conformément à l'accord interprofessionnel sur l'emploi du 11 janvier. Ce nouveau type de contrat permettra de sécuriser les parcours professionnels des intérimaires entre deux missions d'intérim.


Tout le dossier

Dominique André-Chaigneau, Toute La Franchise©

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top