logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Les célibataires : un marché porteur en franchise

Les agences matrimoniales plus que jamais d'actualité

Publié le

Le marché des célibataires en France est en plein boom. Entre les agences matrimoniales, les sites de rencontre, les soirées spécialement organisées pour rencontrer l'âme sœur, les propositions de loisirs et de vacances spéciales célibataires, les créneaux pour exploiter le filon du business célibat sont multiples. Et ce n'est qu'un début !

De 16 millions à 18 millions selon les sources... le nombre de célibataires en France est approximatif, mais une chose est sûre : les célibataires sont de plus en plus nombreux en France. L'effectif aurait quasiment triplé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.
Qu'ont-t-ils d'intéressants pour les réseaux de franchise ? En fait, beaucoup de choses à vrai dire !

En effet, le célibataire est le plus souvent jeune et plutôt aisé financièrement parlant, il n'hésite pas à se faire plaisir souvent. Moins regardants que les familles aux prix des sorties, de la nourriture et des vêtements, des soins en institut, etc, les célibataires sont des cibles privilégiées pour les publicitaires. D'autant plus qu'aujourd'hui, le célibat n'a plus le côté looser fataliste des années 60 !
Non ! Le célibataire d'aujourd'hui s'assume, s'amuse, et court l'aventure... Du moins c'est que veulent nous faire croire les publicitaires qui dressent un portrait plutôt flatteur du célibataire idéal. Mais la réalité n'est pas tout à fait aussi rose que cela. Et si le célibat n'est plus la « tare désespérante » qu'elle était pour les générations précédentes, il n'empêche que la famille reste un idéal à atteindre pour de nombreux solo. Clairement, le célibat volontaire est assez rare (environ 2 % des célibataires le sont par choix) et selon des chiffres non officiels mais crédibles, un célibataire sur deux souffre de sa condition de solo.

Des profils hétéroclites pour des attentes diverses

Dans une enquête publiée en février 2012, Xerfi, le cabinet d'études sectorielles fait le point sur le ou plutôt les marchés des célibataires en France. « Souvent précurseurs de nouvelles tendances, les célibataires constituent des cibles hétérogènes, par conséquent difficiles à appréhender pour les professionnels » explique Anne Césard, Chef de projets chez Xerfi.
Sachant qu'être « solo reflète davantage un mode de vie et un état d’esprit qu’un statut légal », les propositions doivent emprunter le plus souvent des chemins détournés pour atteindre leurs cibles. Malgré toute la difficulté pour appréhender ce grand segment hétéroclite composé notamment de jeunes séniors, d'étudiants, de mères de famille divorcées, etc, Xerfi note toutefois plusieurs points communs : « l’attirance pour la culture et les voyages, le recherche du bien-être, le désir de rencontres, amoureuses ou non, et le besoin de partager leurs expériences. »

Ces grands points communs suscitent déjà des propositions ciblées notamment en terme de voyages, de sorties, etc, mais beaucoup reste encore à faire, et pourquoi pas en franchise ! Attention toutefois : la cible des célibataires est délicate à manier. Comme les séniors qui assument le fait d'être séniors mais qui ne veulent pas forcément qu'on leur rabâche qu'ils sont vieux, les célibataires assument leur célibat certes, mais ils ne veulent pas forcément qu'on leur rabâche qu'ils sont seuls !
Un paradoxe qui mérite « égards et prudence » comme le souligne Xerfi. « L’enjeu pour les intervenants est clair : ne pas réduire le solo à son statut matrimonial, mais le séduire de façon individuelle et détournée. »

Le marché de la rencontre, en pleine mutation

Si la rencontre est assurément le marché le plus développé en direction des célibataires, depuis quelques années, il connait un vrai chamboulement. Pourquoi ? En fait l'explication tient surtout à la diversité des profils toujours plus vaste. Quand il y a quelques années, les célibataires types étaient des quadragénaires fraichement divorcés avec ou sans enfants, aujourd'hui les célibataires sont aussi des veufs et des veuves séniors qui ne veulent plus finir leurs vies seuls et des étudiants ou jeunes actifs trop timides ou occupés pour faire le premier pas.
L'allongement de l'espérance de vie éloigne les frontières vers le haut de la pyramide des âges et la multiplication des divorces grossit chaque année un peu plus les rangs des célibataires de tous âges. L'autre grand chamboulement de ces dernières années est l'explosion du marché via internet : en 2009, les sites de rencontres en ligne ont réalisé en France une progression de 15 % et généré un chiffre d’affaires de 102,4 millions d’euros (contre 89 millions d’euros en 2008).

La rencontre générerait ainsi aujourd'hui en ligne dans le monde plus de chiffre que le porno ! Incroyable mais pourtant vrai... Face à la toute puissance des sites leaders de la rencontre, de plus en plus les nouveaux entrants n'ont d'autres choix que la segmentation. Les sites récents ciblent ainsi plus spécifiquement les profils pour des rencontres plus « pertinentes ». L'hyperspécialisation est la règle en fonction des origines ethniques, des préférences religieuses ou des préférences sexuelles, du lieu de vie (urbain, rural...) ou encore de la situation familiale (papa solo, maman solo...). Le marché de la rencontre sur internet mise de plus en plus sur l'effet de niche.

Les agences matrimoniales restent dans la course

Si comme le note Xerfi, « sur ce segment, les traditionnelles agences matrimoniales (voir les franchises d'agence matrimoniale) et annonces dans la presse ont peu à peu cédé du terrain face à Internet », il reste que les agences matrimoniales n'ont pas dit leur dernier mot ! Loin s'en faut ! Et les ténors des réseaux en franchise que sont notamment Fidelio (96 franchisés), Unicis (105 franchisés) ou encore Anne-Elena Beaulieu (22 franchisés) l'attestent unanimement : les sites de rencontre et les agences ne font pas tout à fait le même métier.

En effet, internet répond plus particulièrement à une demande de rencontre ponctuelle alors que l'agence matrimoniale ajoute du conseil et de l'expertise dans ses sélections pour des rencontres sérieuses et durables. En d'autres termes, l'état d'esprit est différent. Le service aussi.
Sur le net, l'affinité est taillée à la serpe de façon automatisée par des robots tandis que dans les agences matrimoniales, un conseiller écoute et cerne les attentes pour faire coïncider au mieux les personnalités de chacun. Du coup, le taux de réussite est meilleur en agence, et même si certains clients tentent l'aventure du net, après avoir enchaîné les rencontres sans lendemain, beaucoup en reviennent... et poussent la porte d'une agence matrimoniale classique.

Pourquoi ? Tout simplement parce que l'agence matrimoniale garantit le sérieux des candidatures. La confiance est au rendez-vous, ce qui est loin d'être le cas sur internet. Bien évidemment, même si dans les réseaux on affirme haut et fort qu'internet n'est pas concurrent, la montée en puissance de ce nouveau support a largement fait évoluer les concepts ces dernières années. Rajeunies et relookées, les agences matrimoniales nouvelles générations multiplient les propositions de loisirs, de coaching, et les ciblages aussi comme chez Fidelio avec des propositions orientées senior, etc.

L'offre célibataire s'étoffe aussi hors rencontres

Si dans le secteur des rencontres, les célibataires sont clairement des cibles privilégiées, d'autres secteurs attirés par le potentiel de ce vaste segment de population développent de plus en plus des offres adaptées. Ainsi, dans les loisirs et les voyages où les offres familles à moindre coûts sont légions, de plus en plus les opérateurs se creusent également les méninges pour bâtir des offres attractives en direction des célibataires.
Dans le cadre de voyages organisés notamment, les enseignes spécialisées tentent de proposer des options permettant de gommer le handicap de la nuitée généralement prévue en chambre double qui nécessite un surcoût inévitable pour les célibataires. Certains tour-opérators proposent également des offres typées « adultes » où la rencontre est en filigrane du séjour. Les clubs de sports suivent aussi de plus en plus les mêmes logiques de diversification. Et dans les rayons des supermarchés, de nombreux produits se déclinent désormais aujourd'hui dans un format solo pour un réchauffage facile en portion individuelle.

Toutes ces nouvelles offres vont clairement dans le sens des célibataires, et ce n'est qu'un début. Demain, il est fort à parier que d'autres enseignes déclineront de nouvelles offres typées solo sur d'autres secteurs d'activité. Il suffit pour cela de prendre le temps de la réflexion et d'offrir des produits ou services à valeur ajoutée qui répondent aux besoins des célibataires sans insister sur le célibat... Un beau challenge pour les réseaux de franchise !
 

Dominique André-Chaigneau, Toute la Franchise©

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top