logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Portrait robot du franchisé type

Publié le
Le portrait robot du franchisé type se dessine majoritairement sous les traits d'un homme âgé de la quarantaine, anciennement salarié, qui a choisi la franchise pour mener une reconversion professionnelle en prenant appui sur une marque déjà bien identifiée.

Les franchiseurs le clament haut et fort : il n'y a pas de profil type pour devenir un bon franchisé... Du moment que le candidat est motivé, qu'il dispose d'un tempérament de chef d'entreprise et qu'il a la fibre commerciale, un vrai talent de manager... tout le monde a priori peut se lancer dans l'aventure de prendre ou reprendre une franchise. Mais force est de constater qu'en réalité, la plupart des franchisés ont un profil bien identifié. Ils ont certes un tempérament bien affirmé mais surtout ils ont très souvent la quarantaine, quelque argent de côté et un passé de salarié !

Des quadra expérimentés

Selon la dernière enquête CSA (2008) commandée par la Fédération française de la franchise et le groupe Banque Populaire, le franchisé type est majoritairement un homme (62% des cas) entre 35 et 49 ans (dans 55% des cas). Contrairement au monde du salariat classique, les questions d'âge limite ne se posent pas. Au contraire même, plus l'expérience professionnelle est riche; longue et diversifiée, plus les franchiseurs étudient de près les candidatures. Ceci explique sans doute pourquoi les réseaux comportent 29% de membres de plus de 50 ans ! L'âge, somme toute avancé des franchisés, permet de réunir les compétences mais aussi des moyens financiers suffisants à la création ou à la reprise d'une franchise. Les diplômes n'ont généralement que peu d'importance : les franchiseurs cherchent surtout des « tempéraments » forts à l'expérience avérée plutôt que des jeunes loups bardés de diplôme. Selon l'enquête CSA/FFE/Banque populaire, en 2008 seuls 28 % des franchisés interrogés possédaient un bac + 3 ou davantage.

De manière générale, les femmes sont plus diplômées que les hommes mais elles disposent de moins d'expériences professionnelles. Le profil autodidacte est très souvent privilégié par la majorité des franchiseurs du moment que l'expérience a développé des qualités de manager et des compétences commerciales. Quelques exceptions infirment cette règle notamment dans des secteurs d'activité très pointus comme l'optique, l'esthétique ou encore l'immobilier où des diplômes spécifiques peuvent être réclamés.



La reconversion professionnelle en fil rouge

La reconversion est souvent au cœur de la prise de décision de devenir franchisé. Bien souvent, le quadra lassé d'une vie de salariat saute ainsi le pas pour gagner en indépendance. 74 % des franchisés interrogés par CSA sont d'anciens salariés. Certains ont choisi de donner leur démission d'autres se lancent dans la franchise à la suite d'une période de chômage. Chez les profils féminins, la motivation de reconversion est encore plus marquée. Après avoir élevés les enfants, les femmes cherchent à se créer leur propre emploi avant toute chose. Elles ont moins d'expérience professionnelle que les hommes en règle générale mais elles sont beaucoup plus motivées par le challenge de l'entreprenariat ! En effet, dans une société où l'égalité des sexes est encore loin d'être la règle, la femme chef d'entreprise reste une curiosité. Autrement dit, elle est attendue au tournant et doit prouver plus encore que les hommes sa capacité à s'adapter et prospérer.
Ceci explique sans doute pourquoi les femmes se concentrent principalement sur les franchises de service de proximité dont les chiffres d'affaires et le nombre de salariés sont restreints. Les hommes eux vont plus facilement miser leur vatout sur des activités en franchise plus importantes, avec des chiffres d'affaires conséquents. Lorsque la franchise est envisagée en couple, la complémentarité des profils est étudiée à la loupe par les franchiseurs.

Un désir d'indépendance... encadrée

Le profil type du franchisé surfe sur deux envies contradictoires : être indépendant au quotidien sans pour autant être seul à tout prendre en charge. Le concept éprouvé d'une franchise est rassurant en ce sens. Il permet d'accéder à l'indépendance puisque chaque franchisé est son propre patron, mais il permet aussi de disposer d'un savoir-faire en béquille et d'un soutien rôdé par une expérience commune. Ainsi, contrairement à une création hors réseau, la création ou la reprise d'une franchise allie une sécurité relative (le concept a été testé et il fonctionne) au challenge d'une création d'entreprise. Mi électron libre, mi assisté, le franchisé type doit savoir poser les limites de ses compétences pour mieux profiter des aides du franchiseur et des autres membres du réseau. Les profils trop hésitants n'auront pas la moelle nécessaire pour tenir les rênes de leur affaire, même épaulé par le réseau. A l'inverse, les profils trop indépendants auront du mal à respecter les limites imposées par le franchiseur.

Le choix d'une franchise doit impérativement tenir compte des atouts et des faiblesses de chaque profil. Certains ex-salariés trouveront dans la franchise une vraie opportunité d'épanouissement. Lorsque le candidat était déjà indépendant auparavant comme dans le cas des ex-commerçants et ex-artisans (20% des franchisés), la franchise peut s'avérer délicate à gérer au quotidien. Ces candidats particuliers n'auront plus toutes les latitudes de décision qu'ils avaient l'habitude d'avoir auparavant. Le cas particulier des candidats à la franchise des ex-salariés du réseau est intéressant également à souligner. Ces profils spécifiques connaissent le réseau et le concept sur le bout des doigts, mais bien souvent ils ne disposent pas de la mise de fonds nécessaire pour se lancer. A ces profils là, les franchiseurs proposent souvent des solutions alternatives intéressantes comme la location gérance ou encore le parrainage.

Dominique, Journaliste toute-la-franchise.com ©
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top