logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Consommation des ménages : 2011 en recul de 0,5 %

Les Français n'ont plus le cœur à consommer !

Publié le

La franchise, touchée par la crise ?

Selon les dernières statistiques publiées par l'Insee fin janvier, les dépenses de consommation des ménages français en biens (hors services) ont reculé de 0,5 % en moyenne en 2011, après une hausse de 1,4 % en moyenne en 2010.

Depuis des années, le pari économique de la France repose principalement sur la consommation intérieure des ménages. Si ce modèle a longtemps été porteur, en ces temps de crise, il marque le pas. Et de fait, partout l'on peut s'en apercevoir : Les Français n'ont plus le cœur à consommer !
Les soldes qui ne font plus recette, les marques nationales boudées, la fréquentation des centres commerciaux qui flanche... Un bien triste tableau de crise qui n'épargne pas grande activité. Alors que l'on pensait avoir touché le fond en 2008-2009, le début de redressement de 2010 n'aura finalement pas fait long feu. En effet, selon les chiffres de l'Insee publiés fin janvier, la crise est toujours là. Ainsi, là où 2010 enregistrait une hausse contenue mais tout de même significative (+ 1,4 %), 2011 fait marche arrière avec un recul de 0,5 %.

Et pour 2012 ? L'Insee table sur un nouveau recul de la consommation. Des estimations qui sont confirmées par la première prévision de la Banque de France pour 2012 (enquête mensuelle de conjoncture publiée le 8 février dernier) qui table sur une croissance en stagnation au premier trimestre 2012. Le spectre de la récession en France n'est donc pas d'actualité...


Une fin d'année 2011 chaotique pour les réseaux de franchises

Le bilan annuel dressé par l'Insee à l'heure de la publication des chiffres de décembre laisse ressortir une fin d'année particulièrement chaotique. Du côté des biens durables, les indicateurs sont à la hausse en raison principalement d'un soubresaut dans la vente d'automobiles neuves. (+ 1,6 % en décembre, après + 3,6 % en novembre). « En revanche, les achats en équipement du logement sont stables (après – 0,9 % en novembre).
Sur le trimestre, les dépenses automobiles accélèrent : + 4,2 % après + 0,7 % au troisième trimestre ; celles en équipement du logement sont stables (après + 0,1 % au troisième trimestre). » Du côté des biens textiles-cuir, les résultats sont par contre à la baisse en décembre (– 0,9 %, après - 0,7 % en novembre). « Mais du fait du rebond observé en octobre, ils progressent de 1,2 % sur l’ensemble du trimestre, après - 2,6 % au troisième trimestre. »
Pour le secteur alimentaire aussi, en décembre, la consommation est en recul de 1,0 %, après avoir été stable en novembre. Sur l’ensemble du quatrième trimestre, le poste alimentaire est quasi stable (-0,1 %, après -0,8 % au troisième trimestre). Sur le terrain de l'énergie enfin, l'Insee relève une consommation en fort recul en décembre (- 2,7 %, après – 0,9 % en novembre), « en raison notamment d’un net recul des achats de fioul domestique, le climat ayant été très doux ». Sur l’ensemble du quatrième trimestre, les dépenses en énergie reculent de 3,6 % après une hausse de 3,5 % au trimestre précédent.


Une conjoncture en berne pour 2012

Dans une note de conjoncture publiée en décembre 2011, l'Insee faisait le point sur l'année 2011 et livrait ses premières prévisions pour 2012. Pour ce qui concerne les revenus des ménages, l'Insee estimait en décembre (soit avant la clôture définitive des résultats de l'année entière) que le pouvoir d’achat des ménages allait accélérer en 2011 (+ 1,4 %, après + 0,8 %), malgré le regain d’inflation (+ 2,1 % en 2011 après + 1,2 % en 2010).
Au premier semestre 2012, le pouvoir d’achat des ménages reculerait (- 0,1 % après + 0,6 % au second semestre 2011). Ces estimations étaient basées sur le fait que « le revenu des ménages ralentirait fortement (+ 0,8 % après + 1,6 %) : les revenus salariaux seraient freinés par la détérioration de la situation du marché du travail, tandis que les impôts resteraient dynamiques, en lien avec la mise en œuvre de nouvelles mesures fiscales. »

Cette baisse prévisible du pouvoir d'achat aura-t-elle des répercussions sur la consommation des ménages ? Selon l'Insee, « au premier semestre 2012, la consommation resterait sur un rythme inférieur à sa tendance » Dans le détail, « la consommation totale des ménages ralentirait au quatrième trimestre (+ 0,1 % après + 0,3 %) » donnant le ton aux mois suivants « Elle resterait sur ce rythme au premier semestre 2012, en deçà de la tendance observée avant le début de la crise (+ 0,5 % par trimestre en moyenne entre 2000 et 2008). » La consommation étant en panne, les Français « maintiennent, par précaution, leur épargne à un niveau élevé ». Ainsi, après un deuxième trimestre 2011 record pour l'épargne (taux d'épargne de 17,1 %, soit le niveau le plus élevé depuis 1983), l'Insee estimait en décembre que le bas de laine resterait une valeur sûre jusqu'à la fin 2011 (en moyenne à 16,8 % cette année). « Au premier semestre 2012, le taux d’épargne resterait élevé ; il reculerait toutefois légèrement, à 16,7 % » en raison principalement de certaines des mesures fiscales prévues pour 2012 (plus-values immobilières, prélèvements sociaux sur le capital).


Morosité dans le commerce

Selon l'Insee, « l’activité commerciale s’est légèrement raffermie au troisième trimestre 2011 (+ 0,1 % après - 0,4 % au deuxième trimestre) » mais ce sursaut ne sera que de courte durée. « L’activité dans le commerce se détériorerait au quatrième trimestre 2011 (- 0,1 %) » comme le laisse supposer l’indicateur synthétique du climat des affaires de novembre dans le commerce de détail et le commerce et réparation automobiles. « L’activité passée est notamment très terne dans le commerce de détail, en particulier dans les secteurs de l’habillement-cuir spécialisé et de l’équipement du logement spécialisé. »

Pour 2012, la morosité sera encore d'actualité. « L’activité resterait peu dynamique d’ici mi-2012 (- 0,1 % au premier trimestre et + 0,1 % au deuxième trimestre). L’acquis de croissance dans le commerce serait de - 0,1 % pour l’année 2012.

Dominique André-Chaigneau, Toute la Franchise©


Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top