logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Dossier TOUTE LA FRANCHISE : Le marché du meuble

Publié le

Le marché du meuble, comme tous les marchés de l'habitat d'ailleurs, a connu un creux de vague certain en 2009.

Fortement corrélé à la bonne santé de l'immobilier et au moral des ménages, ce marché reprend toutefois des couleurs depuis 2010 pour flirter désormais avec son plus haut niveau de ces dix dernières années.

Un marché toujours porteur
Selon les chiffres de la Fédération Française du négoce de l'ameublement et de l'équipement de la maison (FNAEM) et de l'Institut d'Etudes et de Promotion de l'Ameublement (IPEA), le marché du meuble français se porte plutôt bien dans son ensemble.
Certes, l'année 2009 a été plus délicate que les autres en raison de la crise, mais globalement, le marché du meuble est porteur. En effet, en milliards d'euros constants TTC, la consommation de meubles est en progression constante depuis 2004 porté notamment par la cuisine intégrée et le dynamisme de distribution des enseignes jeune habitat.
En 2010, le marché a progressé de 2,7 % en valeur, à surfaces évolutives et en euros courants, pour atteindre 9,6 milliards d’euros TTC.

Selon Ipea, « c’est à nouveau la cuisine intégrée qui a porté le marché en 2010 » avec une progression de + 6,7 % par rapport à 2009. La literie et les meubles de salle de bains arrivent tout de suite derrière avec respectivement + 3,1 % et + 2,9 % de progression. « Toujours positifs tout de même, mais en deçà de la moyenne, les meubles meublants et les meubles de jardin affichent une progression inférieure à 2 %. Quant aux canapés et fauteuils, l’année 2010 marquera une stagnation de leurs ventes en valeur après une année 2009 à – 6%. »

La structure du marché du meuble est essentiellement dominée par trois grands segments : les meubles meublants qui ont généré en 2010 35 % du chiffre d'affaires global à 3,360 milliards d'Euros TTC, les sièges rembourrés qui ont pesé en 2010 25,2 % du CA global à 2,420 milliards d'euros TTC, et les meubles de cuisine qui ont généré 23,8 % du CA global à 2,286 milliards d'euros. Le segment de la literie a pesé quant à lui 11,6 % du CA global en 2010 à 1,114 milliards d'euros, tandis que les meubles de salle de bains et les meubles de jardin ont généré respectivement 2,9 % (0,279 milliards d'euros) et 1,4 % (0,136 milliards d'euros) du CA global TTC

Pour 2011, les prévisions de la Fnaem se veulent optimistes : « La fin de la prime à la casse et la reprise de l’immobilier devraient donner un nouveau souffle au marché du meuble qui voit des intentions d’achat orientées à la hausse pour 2011. »

Une distribution dominée par les circuits spécialisés
Les circuits de distribution du meuble sont largement dominés par les enseignes de spécialistes (87 % de parts de marché). Parmi ces spécialistes, les enseignes de l'équipement du foyer caracolent en tête des circuits de distribution du meuble avec 25,8 % de parts de marché (2473 millions d'euros de chiffre d'affaire en 2010). Elles sont suivies de près par le jeune habitat qui a réalisé en 2010 22,6 % de parts de marché (2164 millions d'euros de chiffre d'affaires).

Les autres spécialistes sont loin derrière. Le segment de l'ameublement milieu de gamme composé des spécialistes ameublement et de petits généralistes ne pèse plus que 12,5 % de parts de marché (1196 millions d'euros en 2010), les spécialistes cuisine quant à eux totalisent 10,6 % de parts de marché (1019 millions d'euros en 2010). En queue de peloton des spécialistes, l'ameublement haut de gamme totalise 4,3 % de parts de marché (413 millions d'euros en 2010), les artisans 4,1 % de parts de marché (394 millions d'euros) et les spécialistes salon 2,3 % de parts de marché (219 millions d'euros). Les autres magasins spécialisés que sont les spécialistes literie, meubles anglais et placard réalisent quant à eux 4,8 % de parts de marché à 460 millions d'euros de CA en 2010.

Les circuits non spécialisés se partagent les miettes soit 13 % de parts de marché. Parmi ces circuits, la vente à distance totalise 4,3 % de parts de marché, les grandes surfaces de bricolage 3,9 %, les hypermarchés 1,4 %, les grands magasins 0,6 % et les autres circuits non spécialisés (quincailleries, solderies, boutiques de décoration, magasins corporatifs) 2,8 % de parts de marché.

2010 selon la FNAEM, « 2010 aura été l’année des spécialistes » avec une progression par rapport à 2009 tous secteurs confondus de 2,8 % (+ 5,5 % par rapport à 2009 pour l'équipement du foyer, + 6,6 % pour les spécialistes cuisine, + 4,1 % pour les spécialistes salon). « Après des années de repositionnement, le dynamisme des enseignes de l’équipement du foyer surprend tous les acteurs du marché en réalisant des progressions supérieures au Jeune Habitat qui stabilise des positions conquises ces 15 dernières années avec des croissances à deux chiffres. »

Le dossier complet :

Partie 1 :le marché de l'équipement de la maison
Partie 2 :le marché de la décoration
Partie 3 :le marché du bricolage

Partie 4 : le marché du meuble
Partie 5 : les enseignes de l'ameublement en franchise
Partie 6 : les autres enseignes en franchise du secteur à suivre

Dominique André-Chaigneau, RédactionTOUTE LAFRANCHISE©

 


Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top