logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Reprendre une entreprise : trouver son financement

Publié le

Financer une entreprise pour une reprise nécessite de rassembler des fonds pour l'achat en lui-même mais aussi pour financer le conseil, les éventuels travaux, l'achat des stocks, les besoins en fonds de roulement, le droit d'entrée si l'entreprise est en franchise...

Le montage financier d'une reprise d'entreprise est assez proche de celui d'une création.
Généralement, les fonds propres doivent représenter de 25 à 30 % du total nécessaire pour que les banques acceptent de prêter le complément. L'apport personnel peut être constitué avec des économies personnelles mais aussi avec des prêts d'honneur octroyés par des organismes spécialisés comme Oséo, l'Accre. Il est aussi possible pour les repreneurs de recourir aux fonds propres d'un ou de plusieurs associés.

Au prix d'achat, s'ajoutent :

  • Les frais de conseils : Avocat, notaire, expert comptable... lors du montage du projet et après la signature de la reprise, les frais de conseils s'accumulent ! A raison de 150 à 300 € de l'heure pour chaque intervenant, la facture peut vite prendre de l'embonpoint !
  • Les frais de négociation : Si vous passez par un cabinet conseil, la rémunération du professionnel est souvent calculée sous la forme d'une commission de mérite en cas de réussite.
  • Les frais de formation à la reprise.
  • Le droit d'entrée si l'entreprise est liée par un contrat de franchise.
  • Un minimum de fonds de roulement pour réinjecter dans la trésorerie de l'entreprise en cas de besoin.

A noter : Les banques voient généralement d'un bon œil les dossiers de reprise d'entreprise. En effet, et bien plus que dans le cadre d'une création, un dossier de financement en franchise s'appuie sur du concret puisque le repreneur peut justifier d'un existant, un chiffre d'affaires tangible sur les 3 dernières années, des locaux, du personnel, des stocks, des clients... Il suffit donc que le repreneur face bonne impression avec un apport personnel confortable et un dossier expliquant clairement sa stratégie pour qu'une banque décide de suivre sans plus de complications.

Pour en savoir plus, découvrez notre article « Les dispositifs d'aide aux créateurs d'entreprise en franchise » qui traite également de la reprise d'entreprise.

Le dossier intégral :

Partie 1 : La reprise d'entreprise en chiffres
Partie 2 :
Reprendre ou créer : avantages et inconvénients
Partie 3 : Reprendre une entreprise : par où commencer ?
Partie 4 : Reprendre une entreprise : comment chercher votre future entreprise ?
Partie 5 : Reprendre une entreprise : la première rencontre avec le cédant
Partie 6 : Reprendre une entreprise : du diagnostic à l'évaluation du prix de l'entreprise
Partie 7 : Reprendre une entreprise : le business plan, un outil indispensable
Partie 8 : Reprendre une entreprise : trouver son financement
Partie 9 : Reprendre une entreprise : la négociation avec le cédant
Partie 10 : Reprendre une entreprise : l'après reprise

Dominique André-Chaigneau, Rédaction TOUTE LA FRANCHISE©


Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top