logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Le centre-ville : un lieu toujours aussi cher au cœur des Français !

Publié le

Le centre-ville et ses commerces restent pour les Français un lieu privilégié de promenade et de shopping. C'est ce qui ressort en filigrane des résultats de la 3e vague du Baromètre Carrefour Property - Centre-ville en mouvement - TNS Sofres publiés le 25 mai dernier.

Pour la 3e année consécutive, le Baromètre Carrefour Property – Centre-ville en mouvement - TNS Sofres est allé à la rencontre des Français vivant dans des agglomérations de 20 000 habitants ou plus pour mieux comprendre la relation qu'ils entretiennent avec leur centre-ville.

Qu'est-ce que la notion de centre-ville signifie ? Le regain d'attachement perçu ces dernières années à l'égard du centre-ville se poursuit-il ? Quelles sont les attentes actuelles des Français vis-à-vis de leur centre-ville et des commerces qui s'y trouvent ? L'enquête apporte quelques éléments de réponses instructifs pour le secteur de la franchise.

Un centre-ville pluriel...

Le centre-ville pour les Français interrogés a des frontières fluctuantes. Ainsi, pour les habitants des grandes agglomérations métropolitaines comme Paris, Lyon ou encore Marseille, le Centre-ville c'est à 36% le cœur de son quartier, un pourcentage qui retombe à 18 points pour l'ensemble des personnes interrogées. Plus classiquement, 52% estiment que le centre-ville c'est le centre de sa commune, ou le centre de l'agglomération pour 37% des habitants d'agglomérations de moins de 100 000 habitants (26% au total). Selon l'analyse de l'enquête, « l'identification du centre-ville par les populations urbaines est plurielle, et cette pluralité met sur la table le sujet de la gestion d'une coexistence de plusieurs centres-villes au sein des grandes agglomérations. »

En terme de fréquence de visite, le centre-ville est principalement attractif pour faire ses courses de proximité (librairie, tabac...) puisque 51% des personnes interrogées disent y aller régulièrement et 14% occasionnellement. La seconde raison d'aller en centre-ville c'est pour faire du shopping et se balader (38% régulièrement contre 34% un an plus tôt). Le centre-ville c'est aussi là où l'on va pour accomplir des démarches administratives diverses (mairie, poste...). 17% des personnes interrogées évoquent des déplacements réguliers pour cette raison (36% occasionnellement).

La virée en centre-ville pour aller au restaurant, dans un bar ou un café est en perte de vitesse. 13% des personnes interrogées disent rejoindre le centre-ville régulièrement pour cette raison, contre 17% l'année précédente. A la question : « Pour vous, le centre-ville c’est d’abord un lieu... » : 52% des personnes interrogées répondent « agréable pour se promener », suivi à 46% par « pratique pour faire ses courses ». 36% jugent que le centre-ville est un lieu animé (58% pour les habitants de Paris, Lyon, Marseille) et 33% jugent que le lieu est convivial.

La grande majorité des Français plébiscitent leur centre-ville

Les résultats du baromètre 2011 font ressortir que 81% des Français interrogés aiment leur centre-ville. « L'attachement des populations urbaines à leur centre-ville se renforce » atteste les analystes de l'enquête. Dans le détail, l'attachement est à des degrés divers : 27% aiment beaucoup leur centre-ville, 54% aiment assez, tandis que les « pas vraiment » ne sont plus que 13% et les « pas du tout » 4%.

Les avis les plus négatifs sont principalement partagés par les plus de 65 ans (25% qui n'aiment pas leur centre-ville contre 17% au total). Concernant la perception qu'ont les Français de leur centre-ville, le regard est plus positif qu'en 2010. 51% des personnes interrogées attestent ainsi que leur centre-ville s'est beaucoup dynamisé ces dernières années. Un pourcentage en hausse par rapport à l'année précédente puisqu'ils étaient 47% à avoir noter une dynamisation.

A la question "Il y a de plus en plus de magasins d'enseignes nationales dans mon centre-ville", les pourcentages sont par contre en baisse. Ils étaient 41% à le penser en 2010 pour 37% en 2011. Par contre, la tendance s'inverse quand on évoque les petits commerces indépendants de quartier. Là les Français interrogés pensent qu'il y en a plus en 2011 (34%) qu'en 2010 (30%).

Attractivité des commerces, des efforts restent à faire !

Sur la question des efforts des commerces et enseignes pour développer leur attractivité, les avis sont mitigés. En effet, 50% des personnes interrogées pensent que des progrès ont été faits sur les vitrines et la présentation des commerces (contre 36% qui n'ont pas constater de réel effort), 45% pensent aussi que des efforts ont été faits pour l'accueil en magasin et le choix offert (respectivement 38% et 41% des personnes interrogées n'ont pas vu de changement). Des progrès restent encore à faire aussi sur les services annexes comme la livraison à domicile, les services en magasin... 39% des personnes interrogées ne notent aucun progrès en la matière, pour 35% qui ont vu une différence.
Mais là où le bât blesse franchement c'est sur le terrain des prix : 63% des personnes interrogées n'ont pas vu de progrès sur la compétitivité des prix en centre-ville pour seulement 21% qui ont noté des progrès. L'enquête note toutefois des divergences d'appréciations selon la taille des villes. Ainsi, Les habitants d'agglomérations de moins de 100 000 habitants constatent à 63% que des progrès ont été faits sur les vitrines et les présentations des boutiques (50% pour l'ensemble des interviewés).

Même chose sur le terrain de l'accueil en magasin : les habitants d'agglomérations de moins de 100 000 habitants sont 54% à avoir notés des progrès contre 45% pour l'ensemble des interviewés. Enfin, les habitants de Paris, Lyon et Marseille estiment plus massivement que les autres les progrès réalisés sur les services annexes : 53% contre 35% pour l'ensemble des interviewés.

Des attentes fortes en matière de diversité de l'offre commerciale

A la question "Quels changements aimeriez-vous voir apporter en priorité à votre centre-ville ?", les Français placent l'accessibilité en première place. 34% des personnes interrogées souhaiteraient des accès facilités (parkings, transports en commun) et 29% une circulation plus facile en centre-ville et aux abords. La réponse "plus d'animations tout au long de l'année" arrive troisième position avec 27% des attentes, à égalité avec "davantage de boutiques ou de petits commerces". Un regain de propreté et de sûreté est réclamé par 26% des personnes interrogées (63% des habitants de Paris, Lyon et Marseille). Davantage de rues piétonnes serait également bienvenu pour 25% des personnes interrogées (51% des habitants de Paris, Lyon et Marseille). A noter également, 6% des personnes interrogées souhaiteraient plus de grands magasins ou de supermarchés en centre-ville.

Internet et les achats en centre-ville

Pour 2011, le baromètre Carrefour Property – Centre-ville en mouvement - TNS Sofres a décidé d'ouvrir un nouveau chapitre à son étude portant sur le rôle d'Internet dans les modes de consommation actuels. « Un rôle conséquent, puisque pour 62% des interviewés le web et les nouvelles technologies ont fait évoluer leur façon de faire des achats » soulignent l'analyse de l'étude.
Et de fait, produit par produit, l'enquête pointe la montée en puissance de la concurrence du e-commerce pour le centre-ville. Si l'alimentaire n'a pas trop d'inquiétude à se faire pour l'instant (36% des personnes interrogées achètent en centre-ville, 52% en centre commercial de périphérie, et seulement 1% sur internet), d'autres secteurs par contre ne sont pas logés à la même enseigne. Ainsi, les services de voyages sont achetés à 25% sur internet contre 15% en centre-ville et 16% en centre-commercial de périphérie.

D'autres secteurs sont également soumis à de plus en plus de concurrences par le web comme notamment l'achat de matériel informatique, hifi, photo et vidéo (12% sur internet, 45% en centre-commercial de périphérie et 12% en centre-ville), ou encore les produits culturels comme les livres, la musique, les films (11% sur internet, 27% en centre-ville et 34% en centre commercial de périphérie).

Le poids d'internet est également de plus en plus important en ce qui concerne la recherche d'information et de conseils dans les choix de consommation. 42% des personnes interrogées déclarent ainsi avoir déjà recherché des informations sur internet avant de sortir en ville, 38% avant de faire des courses en centre commercial en périphérie, 33% avant de faire des courses dans une autre ville que la sienne, et 27% avant de faire des courses dans son centre-ville.
« L'idée que le parcours du consommateur se transforme et qu'il faudra repenser les fonctions commerciales du centre-ville en prenant en compte cette nouvelle donnée semble s'imposer » conclut l'analyse du baromètre.

Dominique André-Chaigneau, Rédaction TOUTE LA FRANCHISE©

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top