Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise cliquer sur l'élement pour deployer le moteur de recherche
Financer votre projet

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette

Les tendances de consommation 2019

Bio, healthy, überisation, digitalisation, expérimentation

Publié le
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Parce qu’une entreprise se doit d’être constamment au plus proche des attentes et des pratiques des consommateurs ; parce que ces attentes et ces pratiques évoluent en permanence ; parce que l’immobilité signe à moyen voire à court terme l’extinction, de nombreuses études sont menées afin de saisir les tendances de consommation. Et pour 2019, elles sont claires et réparties en 5 grandes catégories : le bio, le healthy, la digitalisation, l’überisation et l’expérimentation. Zoom sur les tendances de consommation 2019.

Bio, local, zéro déchet : plus qu’une tendance, une lame de fond

Quelques chiffres sur le bio, le vrac et le local

  • 42% des Français recourent aux circuits courts
  • 80% des Français estiment que consommer local permet de minimiser les impacts environnementaux
  • Le bio a représenté 8 milliards d’euros en 2017, soit une progression de 16% par rapport à 2016
  • Le chiffre d’affaires du bio a progressé de 82% en 5 ans, entre 2011 et 2016
  • 75% des consommateurs achètent des produits bio au moins 1 fois par mois (contre seulement 50% en 2015)
  • 16% consomment du bio au quotidien (contre 10% en 2015)
  • 40% des Français disposés à payer en moyenne 15% de plus pour un produit bio
  • Selon la Célia Rennesson, directrice de l’association Réseau Vrac, le marché du vrac hors frais a été multiplié par 5, passant de 100 à 500 millions d’euros en 2017

Une prise en compte désormais indispensable

Nouvelles tendances de consommation 2019Les chiffres sur le marché du bio, du local et du vrac témoignent du changement profond qui se joue dans les modes de consommation. Si l’on ajoute à cela l’injonction, chaque année plus importante, qui est faite aux entreprises de s’engager, afin de ne plus être seulement des acteurs économiques, mais aussi des acteurs sociétaux, on comprend combien il est désormais indispensable, pour rester en adéquation avec les consommateurs, d’intégrer dans ses processus et son offre une démarche socialement et, surtout, éco-responsable. Le bio n’est pas seulement une évidence éthique, c’est aussi une évidence économique et commerciale.

>> Lire aussi : RSE : zoom sur la responsabilité sociétale des entreprises

De nombreuses enseignes l’ont déjà compris, en particulier dans la restauration ou le lavage de véhicules, mais la démarche doit impérativement impacter l’ensemble des entreprises, quel que soit leur secteur d’activité. L’entreprise de demain sera éco-responsable ou ne sera pas.

L’adéquation à cette tendance (pas si nouvelle que cela, puisque les premiers acteurs du bio en France ont fait leur apparition dès les années 70/80) ne passe pas seulement par l’intégration de produits labellisés bio dans son offre mais implique un changement en profondeur de l’organisation des entreprises, dans une démarche RSE :

  • Intégration de matières premières biosourcées, recyclées ou biodégradables ;
  • Réduction des émissions de gaz à effets de serre ;
  • Economies d’énergies et d’eau ;
  • Inscription dans une logique d’économie circulaire ;
  • Dons à des associations de protection de l’environnement (voir sur ce point la démarche 1% pour la planète) ;
  • Etc.

On le voit, donc, cette tendance est également une aubaine pour des entreprises oeuvrant en B2B qui pourront alors proposer à leurs clients des solutions et/ou un accompagnement pour devenir « eco-friendly ». Outre les entreprises du conseil, ce sont notamment les entreprises spécialisées dans les énergies renouvelables qui vont pouvoir tirer de larges bénéfices de cette évolution de la société.

>> Lire aussi : Energies renouvelables : un marché toujours porteur

Le healthy : quand les consommateurs prennent soin de leur santé

Les consommateurs plébiscitent les produits bio et les entreprises éco-responsables parce que les unes et les autres sont bons pour la planète… mais aussi pour leur santé ! C’est en effet le corollaire de cet engouement généralisé pour l’écologie : le manger/consommer sain, c’est la tendance du healthy.

Véganisme, flexitarisme, gluten free, healthy food et bientôt microbiote friendly : les tendances qui touchent à l’alimentation prennent une direction évidente et aujourd’hui il n’est plus une seule entreprise de l’industrie agro-alimentaire qui ne propose des produits sans gluten par exemple. Toutes ces tendances représentent des marches à couvrir pour être pionnier, avant que cela devienne la norme à laquelle faille, par quasi-obligation, se conformer. L’anticipation est ici la clé de la survie et peut constituer un véritable avantage concurrentiel.

Et sur ce point, les entreprises du textile ont également un beau potentiel de développement devant elles puisque les vegan excluent le cuir ou le duvet, par exemple, de leur consommation. Des innovations restent donc à développer pour répondre efficacement aux attentes de ces consommateurs, soucieux de la cause animale et chaque année plus nombreux !

Tous les autres secteurs sont également concernés puisqu’avec la tendance healthy, les consommateurs réclament moins de perturbateurs endocriniens, moins de produits nocifs à court, moyen et long terme, plus de produits naturels et sains, etc. : papèterie, cosmétique, textile, entretien, etc. doivent donc également anticiper pour ne pas se retrouver sur le banc de touche dans les années à venir !

Ainsi, sur la tendance healthy comme la tendance bio, il serait inopportun de penser que les évolutions concernent exclusivement la restauration, le commerce alimentaire ou l’industrie agro-alimentaire : tous les secteurs sont concernés !

Les freelances : un nouveau marché B2B

Depuis plusieurs années, le monde de l’entreprise évolue vers de plus en plus d’externalisation des compétences : gestion des ressources humaines, livraison, communication, design, marketing, etc. toutes les compétences qui ne relèvent pas du cœur de métier des entreprises peuvent être, à court ou moyen terme, externalisées.

>> Lire aussi : Freelance : qu’est-ce que ce statut indépendant ?

De ce fait, on assiste à une augmentation constante du nombre de freelances. Or, ces indépendants ont des besoins spécifiques. Dès lors, il y a tout un marché, à fort potentiel de croissance, à développer, sur les services dédiés aux freelances (hébergement, vente, gestion, etc.). A titre d’exemple, on notera par exemple que, d’après une étude, le coworking devrait peser 123 milliards d’euros en 2030, en France.

La digitalisation, ou plutôt la phygitalisation

600 millions. C’est le nombre de commandes qui ont été passées sur internet en 2017, en progression de 13% par rapport à 2016. Dans le détail, ce sont en particulier les moins de 35 ans et les habitants de communes de moins de 20 000 habitants. Et pour cause, ces communes souffrent d’une pénurie de commerces de proximité qui conduit les consommateurs à privilégier les commandes en ligne… et, pour 41% d’entre eux, à affirmer pouvoir se passer totalement de magasins physiques. Pourtant, dans le même temps, selon plusieurs sondages, 80% des Français disent toujours apprécier l’achat en magasin ! La solution réside ainsi simplement dans l’alliance des magasins physiques et du digital : le phygital !

>> Lire aussi : Commerce de proximité : l’état du marché en 2019

Ajoutons à cela le fait que, demain, parmi les typologies de consommateurs, il faudra inévitablement compter sur celui que le magazine l’ADN désigne comme « l’omniconsommateur ». Présent partout, hyper connecté, féru de nouvelles technologies et en quête de solutions qui lui facilitent la vie au quotidien, il ne se soucie pas nécessairement de la protection de ses données personnelles, dont l’exploitation lui paraît un coût raisonnable en contrepartie du confort qu’il obtient grâce au soutien de la technologie. Il est exigeant, souhaite obtenir tout, tout de suite et aime qu’on lui propose des solutions personnalisées.

Ainsi, dématérialisation des modes de paiement et des dispositifs de fidélité, stratégies web-to-store, commandes en magasin suivies d’une livraison à domicile, etc. : aujourd’hui plus que jamais les consommateurs sont en demande non plus simplement d’une expérience d’achat mais de services. Les commerçants doivent donc évoluer pour devenir plus que des commerçants, et devenir également prestataires de services.

L’expérience client au cœur de la vente de demain

De ce fait, c’est l’expérience client qui doit guider toute stratégie. De même que les géants du web mettent en place des boutiques éphémères, que les pop-up stores se développent un peu partout (via des partenariats entre enseignes ou dans des zones commerciales/centres commerciaux), que même les banques développent des agences itinérantes, l’ensemble des acteurs économiques (en B2B comme en B2C d’ailleurs) doivent innover pour proposer aux clients des expériences différentes, immersives, sensorielles, émotionnelles, en un mot : différenciantes.

Ainsi, aux Etats-Unis, une marque de vêtements outdoor a-t-elle mis en place, dans une galerie marchande, une serre réfrigérée à -40°C pour permettre aux consommateurs de tester, en conditions réelles, ses produits. Une marque de vêtements de sport a ouvert un vaste espace non pas de vente (pas seulement du moins) mais de sport, où les consommateurs peuvent, tout au long de la journée, pratiquer du fitness, du running, du basketball, etc. Et ce, tout en bénéficiant gratuitement de conseils de coaches.

Réalité virtuelle ou augmentée, mise en situation, conseils, partenariats, transversalité, etc. : l’innovation est la clé pour répondre aux attentes des consommateurs de demain.

En définitive, ce panorama des tendances de consommation 2019 démontre une fois de plus l’intérêt que représente la franchise ou le commerce associé pour la pérennité d’une entreprise. En effet, les enseignes, contrairement aux entreprises isolées, disposent d’équipes dédiées à l’analyse du marché et des tendances, disposent d’un réseau de commerçants au contact direct des consommateurs et d’équipes dédiées au développement de nouveaux produits et services. De cette manière, malgré leur taille, elles sont plus agiles et plus en mesure de faire évoluer leur offre, pour rester au plus près des attentes des consommateurs. Aussi, que vous soyez porteur de projet ou entrepreneur en activité, pensez à chercher, sur toute-la-franchise.com, l’enseigne qui vous correspond !


Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Créer une surveillance par email
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Note 5/5 - 1 avis

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

250 caractères restants

Menu Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Newsletter Toute La Franchise

Recevez gratuitement le meilleur de l'actualité
de la franchise !