Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise cliquer sur l'élement pour deployer le moteur de recherche
Financer votre projet

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette

Création d'entreprises : les Français manqueraient-ils d'esprit d'entreprise ?

Selon une étude internationale menée par Ipsos

Publié le
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Ipsos a dévoilé récemment les résultats de son étude internationale exclusive Global Advisor dédiée à l’entrepreneuriat. Cette étude menée sur 24 pays dresse un état des lieux de l'esprit d'entreprise, ses moteurs et ses freins. Instructif.

Les Français ont-ils l'esprit d'entreprise ? C'est à cette vaste question que l'étude internationale exclusive Global Advisor menée par Ipsos tente de répondre. La mise en perspective des résultats français avec ceux obtenus à l'international est instructive.

Les Français et l'esprit d'entreprise

Créer son entreprise Dans les 24 pays observés par Global Advisor, Ipsos a évalué le niveau de diffusion de l’esprit d’entreprise, considéré avant tout comme une manière d’être, un engagement qui se décline aussi bien dans la création d'entreprise que la création d’organisations caritatives, de groupes communautaires et de groupes d’intérêt (entrepreneuriat social).

A l'échelle internationale, l’étude révèle que six citoyens sur dix à travers le monde peuvent être considérés comme doués de cet esprit d’entreprise. Et pour la France ? Notre pays se situe à un niveau intermédiaire : 54% des Français interrogés possèdent un esprit entrepreneurial élevé à très élevé. « Le Mexique, l'Inde, l'Arabie saoudite, la Chine et l'Afrique du Sud ont l'esprit d'entreprise le plus élevé (très élevé). La Suède, la Corée du Sud et le Japon ont les taux les plus bas. »

Comment ont été calculés ces indices ? Par le biais d'une série longue d'items (une centaine) dans lesquels les répondants devaient dire s'ils se reconnaissaient ou non sur une échelle de 1 à 7. Parmi ces items l'on retrouve les principales qualités supposées d'un entrepreneur : Je suis passionné(e) par ce que je fais dans la vie - J'aime prendre des risques calculés - Je suis créatif(-ve) - Je suis tourné(e) vers l’avenir - Je suis ingénieux(-se) - J'ai une grande confiance en moi (je crois fermement en mes capacités) - Je suis motivé(e) - J'ai une solide éthique du travail - Je suis discipliné(e) - Je suis compétitif(-ve) - Je suis à même de contrôler ma destinée - Je suis flexible - J’ai d’excellents contacts - Je suis bon(ne) planificateur(-trice) - Je sais bien gérer l’argent - Je sais faire face à l’échec - Je suis innovant(e) - Je suis ambitieux(-se).

Les résultats de cette série de question permettent de faire ressortir que les citoyens dans le monde sont plus susceptibles de se décrire comme ayant une solide éthique du travail et d'être disciplinés. Ils sont moins susceptibles de se décrire comme désireux de prendre des risques calculés et d'avoir d'excellents contacts. Et les Français ? Ils se décrivent volontiers comme ayant une solide éthique du travail (60%) et étant disciplinés (67%), ils sont moins enclins à se décrire comme prêts à prendre des risques calculés (43%) ou comme ayant d’excellents contacts (47%).

« Bien que l’esprit d’entreprise soit le plus élevé chez les répondants ayant un haut niveau d’études et des revenus élevés, il est toutefois présent dans la majorité des groupes démographiques quelque soit leur sexe et leur âge. »

12% des Français ont déjà créés une entreprise

La seconde partie de l'étude s'est attachée à savoir si les personnes interrogées avaient déjà de l'expérience entrepreneuriale. A l'échelle internationale, un peu plus d’un quart des citoyens dans le monde (28%) déclare avoir créé au moins une entreprise dans le passé, tandis que 30% affirment ne pas avoir encore sauté le pas, mais y avoir sérieusement réfléchi. Les Français sont loin de ce résultat avec seulement 12% à avoir déjà créé une entreprise (4% à avoir déjà créé un organisme de bienfaisance ou un groupe communautaire), et 9% à prévoir de créer leur entreprise d’ici deux ans (8% à être susceptibles de créer un organisme de bienfaisance ou un groupe communautaire).

Des freins bloquants à la création

La création d'entreprise demande de l'énergie positive. Entre exaltation, émotions, et inspiratioin, créer son entreprise est un moment unique. Les créateurs interrogés sont-ils positifs ? La réponse est mitigée. En effet, « les personnes interrogées à travers le monde citent l’envie (55% se disent « intéressées »), la détermination (50% se disent « déterminées »), la fierté (49% se disent « fières ») et la stimulation (48% se disent « inspirées »), comme les mots décrivant le mieux ce que l’on ressent à l’idée de créer une nouvelle entreprise ». Ces termes positifs sont contrebalancés par des termes plus négatifs : « la tension (42 % se disent « inquiètes »), la nervosité et la peur (36% se disent « effrayées » et « nerveuses »), le trouble (19% se disent « contrariées »), et plus inattendu, le sentiment de culpabilité (13% se disent « coupables »). Des émotions qui semblent toucher particulièrement les Français, dominés par l’inquiétude (40%) et la peur (31%). »

La peur de tout perdre et de ne pas y arriver sont semble-t-il donc des freins puissants. D'autant que semble-t-il le manque d'accompagnement est criant. « Seules 22% des personnes interrogées pensent que leur gouvernement fait du bon travail sur l’accompagnement de ses entrepreneurs, une part qui chute à 16% en France. »

La franchise comme solution ?

Face à ces craintes et ses inquiétudes, mais aussi face à un accompagnement d'Etat jugé insuffisant, la franchise pourrait bien être la solution pour booster les vocations. En effet, la franchise est un modèle rassurant. Le concept développé par la tête de réseau a été testé et approuvé par un long processus d'ajustement. Les risques d'entreprendre, même s'ils sont toujours présents sont toutefois amoindris. Le concept donne accès à une activité clé en main qui a déjà démontrer de sa pertinence. Outre ce point, la franchise apporte aux créateurs un accompagnement de tous les instants, du projet à l'ouverture. Des animateurs sont là pour aider à prendre les bonnes décisions. La marque connue est aussi là en soutien dans la période de lancement. Le réseau tout entier veille sur ses nouvelles recrues.

Méthodologie : L'enquête Ipsos a été réalisée en ligne du 20 au 28 septembre 2018 dans 24 pays, sur un échantillon de 18.000 adultes interrogés âgés de 18 à 64 ans au Canada et aux Etats-Unis et de 16 à 64 ans dans tous les autres pays.


Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Créer une surveillance par email
Mots-clés :
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

ces franchises recrutent actuellement

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

250 caractères restants

Menu Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Newsletter Toute La Franchise

Recevez gratuitement le meilleur de l'actualité
de la franchise !