logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

L'alimentaire de proximité explose en France depuis 10 ans

Selon une étude Bonial-Nielsen

Publié le

En 10 ans, le potentiel de développement du commerce alimentaire passe principalement par la proxi. Une enquête réalisée par Bonial et Nielsen chiffre ce phénomène qui selon toutes vraisemblances n'est pas prêt de s'éteindre.


L'alimentaire de proximité explose en France depuis 10 ans

Le 18 janvier dernier, la marketplace Bonial et Nielsen TradeDimensions publiaient les résultats de leur étude sur l'évolution des implantations des enseignes de proximité de plus de 100 m2 en France entre 2005 et 2015.

Et les chiffres diffusés donnent le tournis ! En dix ans, le marché du commerce alimentaire a littéralement explosé. « Alors qu’une décennie a suffit pour doubler leur nombre dans la capitale (307 vs 649), elles ont crû « seulement » de 39% à l’échelle nationale entre 2005 et 2015 (6128 vs 8518). Ainsi, s’il y avait en France environ 1 supérette pour 10 342 habitants en 2005, on en compte désormais 1 pour 7 435 habitants en 2015. »

Un vrai boom, qui s'explique en grande partie par les efforts consentis par les enseignes (nouveaux concepts, rénovations, acquisitions de nouveaux points de vente...).

En l'espace de 10 ans donc, ce marché que l'on pensait mort et enterré par les grandes surfaces fait mieux que résister, il ressuscite ! « Le segment de la Proximité est devenu un moteur de la croissance du secteur, y contribuant à près d’1/3 de la valeur créée » résume l'étude. Et ce chiffre pourrait encore grimper si l'on en croit l'étude Nielsen récemment publiée dans LSA : « Si les supérettes représentaient en mars dernier 7,3% du total des ventes des produits de grande consommation, ce chiffre pourrait monter à 8,9% dès cette année ».

Selon Matthias Berahya-Lazarus, Président de Bonial : « La progression impressionnante de la proximité montre deux choses : d’abord que les efforts considérables consentis par les enseignes sur ce segment – jadis délaissé au profit des Hypers-Supers – ont été remarqués et récompensés par les consommateurs. Ensuite que, lorsque la qualité des magasins et celle de leurs assortiments sont au rendez-vous, une frange de la population sait voir au-delà du prix pour valoriser le service et la praticité. »

Pour Laurent Zeller, Président Directeur Général de Nielsen France : « La distribution contribue à la vie de quartier des Français et l’intérêt des consommateurs se confirme pour ce type de points de vente ; porté par l’accroissement du parc de magasins et la seniorisation de la population, le commerce de proximité génère 30% de la croissance des produits de grande consommation en 2015. »

Paris en tête des supérettes

Au travers d'une carte interactive mise en ligne sur le site de Nielsen, l'on se rend compte que Paris intra-muros reste au fil de la dernière décennie, le département qui recense le plus de magasins de proximité. A l'inverse, la plus faible présence de supérettes est détenue chaque année par le 90 (Territoire de Belfort). « En 2015, il y avait à titre d’exemple 650 supérettes dans le 75 contre seulement 6 dans le 90. »

En terme de progression, Paris vire aussi en tête avec 342 nouveaux points de vente alimentaire de proximité en 10 ans, soit une progression de 111%. Suivent le 92 (136 nouvelles supérettes dans les Hauts-de-Seine) et le 13 (101 nouvelles supérettes dans les Bouches-du-Rhône). A la toute fin de classement, à l'inverse, la progression se fait négative notamment dans le 39 (Jura) qui perd sur 10 ans 7 supérettes, le 89 (Yonne) qui perd 4 supérettes, ou encore le 52 (Haute-Marne) qui perd 3 supérettes en une décennie.

Les évolutions 2005-2015 par département

  • Ain (01) 53 supérettes en 2005 >69 supérettes en 2015 (+16 soit +30,19%)
  • Aisne (02) 38>61 (+23 soit 60,53%)
  • Allier (03) 45>58 (+13 soit +28,89%)
  • Alpes-de-Haute-Provence (04) 27>43 (+16 soit +59,26%)
  • Hautes Alpes (05) 32>42 (+10 soit +31,25%)
  • Alpes-Maritimes (06) 127>211 (+84 soit +66,14%)
  • Ardèche (07) 35>53 (+18 soit +51,43%)
  • Ardennes (08) 41>47 (+6 soit +14,63%)
  • Ariège (09) 27>37 (+10 soit +37,04%)
  • Aube (10) 33>41 (+8 soit +24,24%)
  • Aude (11) 71>80 (+9 soit +12,68%)
  • Aveyron (12) 54>60 (+6 soit +11,11%)
  • Bouches-du-Rhône (13) 164>265 (+101 soit +61,59%)
  • Calvados (14) 81>113 (+40 soit +39,51%)
  • Cantal (15) 37>43 (+6 soit +16,22%)
  • Charente (16) 35>42 (+7 soit +20%)
  • Charente-Maritime (17) 77>124 (+47 soit +61,04%)
  • Cher (18) 23>27 (+4 soit +17,39%)
  • Corrèze (19) 46>50 (+4 soit +8,7%)
  • Côte d'Or (21) 44>49 (+5 soit +11,36%)
  • Côte d'Armor (22) 63>80 (+17 soit +26,98%)
  • Creuse (23) 19>23 (+4 soit +21,05%)
  • Dordogne (24) 61>69 (+8 soit +13,11%)
  • Doubs (25) 46>52 (+6 soit +13,04%)
  • Drôme (26) 55>80 (+25 soit +45,45%)
  • Eure (27) 48>47 (-1 soit -2,08%)
  • Eure-et-Loir (28) 33>43 (+10 soit +30,3%)
  • Finistère (29) 78>111 (+33 soit +42,31%)
  • Gard (30) 74>94 (+20 soit +27,03%)
  • Haute-Garonne (31) 135>170 (+35 soit +25,93%)
  • Gers (32) 36>36 (0 soit =%)
  • Gironde (33) 94>138 (+40 soit +46,81%)
  • Hérault (34) 131>171 (+40 soit +30,53%)
  • Ille-et-Vilaine (35) 108>119 (+11 soit +10,19%)
  • Indre (36) 17>24 (+7 soit +41,18%)
  • Indre-et-Loire (37) 38>50 (+12 soit +31,58%)
  • Isère (38) 108>169 (+61 soit +56,48%)
  • Jura (39) 37>30 (-7 soit -18,92%)
  • Landes (40) 51>65 (+14 soit +27,45%)
  • Loir-et-Cher (41) 31>40 (+9 soit +29,03%)
  • Loire (42) 77>96 (+19 soit +24,68%)
  • Haute-Loire (43) 38>42 (+4 soit +10,53%)
  • Loire-Atlantique (44) 89>134 (+45 soit +50,56%)
  • Loiret (45) 36>40 (+4 soit +11,11%)
  • Lot (46) 42>48 (+6 soit +14,29%)
  • Lot-et-Garonne (47) 41>42 (+1 soit +2,44%)
  • Lozère (48) 18>20 (+2 soit +11,11%)
  • Maine-et-Loire (49) 90>102 (+12 soit +13,33%)
  • Manche (50) 65>89 (+24 soit +36,92%)
  • Marne (51) 46>67 (+21 soit +45,65%)
  • Haute-Marne (52) 19>16 (-3 soit -15,79%)
  • Mayenne (53) 34>46 (+12 soit +35,29%)
  • Meurthe-et-Moselle (54) 37>62 (+25 soit +67,57%)
  • Meuse (55) 11>15 (+4 soit +36,36%)
  • Morbihan (56) 82>102 (+20 soit +24,39%)
  • Moselle (57) 34>43 (+9 soit +26,47%)
  • Nièvre (58) 27>29 (+2 soit ++7,41%)
  • Nord (59) 180>229 (+49 soit +27,22%)
  • Oise (60) 55>69 (+14 soit +25,45%)
  • Orne (61) 40>53 (+13 soit +32,5%)
  • Pas-de-Calais (62) 119>153 (+34 soit +28,57%)
  • Puy-de-Dôme (63) 68>100 (+32 soit +47,06%)
  • Pyrénées-Atlantiques (64) 62>90 (+28 soit +45,16%)
  • Hautes-Pyrénées (65) 34>45 (+11 soit +32,35%)
  • Pyrénées-Orientales (66) 68>97 (+29 soit +42,65%)
  • Bas-Rhin (67) 102>104 (+2 soit +1,96%)
  • Haut-Rhin (68) 59>60 (+1 soit +1,69%)
  • Rhône (69) 152>245 (+93 soit +61,18%)
  • Haute-Saône (70) 17>22 (+5 soit +29,41%)
  • Saône-et-Loire (71) 63>64 (+1 soit +1,59%)
  • Sarthe (72) 62>79 (+17 soit +27,42%)
  • Savoie (73) 120>171 (+51 soit +42,50%)
  • Haute-Savoie (74) 105>149 (+44 soit +41,9%)
  • Paris (75) 308>650 (+342 soit +111,04%)
  • Seine-Maritime (76) 102>132 (+30 soit +29,41%)
  • Seine-et-Marne (77) 63>100 (+37 soit +58,73%)
  • Yvelines (78) 104>136 (+32 soit +30,77%)
  • Deux-Sèvres (79) 34>43 (+9 soit +26,47%)
  • Somme (80) 52>72 (+20 soit +38,46%)
  • Tarn (81) 47>72 (+25 soit +53,19%)
  • Tarn-et-Garonne (82) 43>48 (+5 soit +11,63%)
  • Var (83) 139>199 (+60 soit +43,17%)
  • Vaucluse (84) 54>81 (+27 soit +50%)
  • Vendée (85) 92>103 (+11 soit +11,96%)
  • Vienne (86) 51>63 (+12 soit +23,53%)
  • Haute-Vienne (87) 44>57 (+13 soit +29,55%)
  • Vosges (88) 20>32 (+12 soit +60%)
  • Yonne (89) 26>22 (-4 soit -15,38%)
  • Belfort (90) 5>6 (+1 soit +20%)
  • Essonne (91) 67>90 (+23 soit +34,33%)
  • Hauts-de-Seine (92) 129>265 (+136 soit +105,43%)
  • Seine-Saint-Denis (93) 74>139 (+65 soit +87,84%)
  • Val-de-Marne (94) 98>170 (+72 soit +73,47%)
  • Val d'Oise (95) 70>96 (+16 soit +37,14%)

Petit Casino au coude à coude avec Franprix

En l'espace de 10 ans, le nombre d'enseignes de distribution alimentaire de proximité a connu un vrai boom lui aussi. On en comptait ainsi 24 en 2005 contre 41 en 2015. « Dans toute la France, Petit Casino est l’enseigne possédant de loin le plus de magasins chaque année, entre 2005 et 2014, renversé seulement en 2015 par Franprix » rappelle l'étude.

Ce chamboulement sur les plus hautes marches du podium est principalement dû « à la conversion stratégique de nombreux magasins Petit Casino en Leader Price Express par le groupe Casino en 2015. » Ce changement d'enseigne a redistribué les cartes. « Ainsi, il y avait 931 Petit Casinos en France en 2014 contre seulement 485 en 2015, corrélativement à l’apparition de 382 Leader Price Express en 2015 ».

Les suivants dans le classement ont également connu de grandes variations ces dernières années. En effet, si Spar et 8 à Huit tenaient respectivement la seconde et troisième place entre 2005 et 2009, en 2010, 8 à Huit s'est vu rattrapé par Franprix puis dépassé.

En 2015, sur un total de 8 518 supérettes dans toute la France, Franprix pesait pour 759 unités, suivi par Spar à 727 unités, Petit Casino à 484 unités, Proxi à 480 unités, CocciMarket à 392 unités, 8 à Huit à 361 unités et G20 à 138 unités.

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top