logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Légère hausse des défaillances d'entreprises en 2015

Selon le palmarès Altares

Publié le

Selon la dernière étude trimestrielle des défaillances d'entreprises de la société Altares, spécialiste de la data economy, les défaillances de PME retombent à des valeurs de début de crise.


Hausse

Le 19 janvier dernier, Altares publiait son étude trimestrielle des défaillances d'entreprises. Cette étude, la dernière de 2015 (4e trimestre) permet de dresser le bilan de l'année écoulée.


Une année 2015 en dents de scie

Au cours de l'année dernière, le nombre de défaillances d'entreprises a joué au yoyo. « Le premier trimestre avait établi un record de défaillances avec plus de 18 000 ouvertures de procédures. Dans ces conditions, le scénario d’une forte baisse de la sinistralité des entreprises en 2015 était écarté. » Rappelle Thierry Millon, Directeur des études Altares.

Mais les mois suivants ont, fort heureusement permis de redresser en partie la barre. « Le printemps puis l’été ont maintenu l’espoir d’une amélioration durable, octobre mettait encore le dernier trimestre sur les bons rails. » Au finish, la toute fin d’année n’a toutefois pas permis de rester dans le vert. « Plus de 10 000 entreprises sont tombées en défaillance sur les seuls deux derniers mois de l’année. »

A l'heure du bilan, sur l’ensemble de l’année, les tribunaux ont prononcé 63 081 jugements (+0,8%) dont 1533 procédures de sauvegardes (-5,4%), 18 370 redressements judiciaires (+1,5%) et 43 178 liquidations judiciaires directes (+0,7%).

Selon les comptes d'Altares, « les employeurs ont mieux résisté, permettant de ramener le nombre d’emplois directs menacés par les défaillances à 60 500 sur le dernier trimestre, soit près de 2000 emplois préservés par rapport à fin 2014, et 235 000 emplois sur l’ensemble de l’année soit près de 10 000 emplois préservés. »

Malgré la moindre performance enregistrée en 2015, Altares note toutefois une « amélioration réelle sur l’année. « 406 PME de plus de 50 salariés ont connu la défaillance ; c’est non seulement un nombre au plus bas depuis 2008, mais aussi une valeur comparable aux moyennes d’avant crise. »



Le BtoB au rebond, le BtoC toujours à la peine


Sur l’ensemble de l’année, certains secteurs basculent dans le vert tandis que d'autres sont toujours à la peine. « Globalement les évolutions sont encourageantes voire bonnes dans les activités B2B, et demeurent mal orientées dans le B2C. »

Dans le détail, la construction résiste à -0,7% (-1,7% dans le second œuvre, +3,7% dans le gros œuvre et -4,7% dans les travaux publics) et dans l’immobilier, « la situation s’améliore très sensiblement pour les agences (- 9,3%). »

Dans le commerce, un léger mieux est enregistré à -1%, mais tous les segments ne sont pas logés à la même enseigne. « Ainsi, les défaillances d’entreprises augmentent encore dans la vente au détail alimentaire (+1,2%) et surtout dans l’habillement (+4,2%). » A l'inverse, le bricolage et l'équipement du foyer sont en amélioration (-2,3%), tout comme la vente et la réparation automobile (-6,5 %). « Dans le commerce interentreprises, la situation reste fragile pour les centrales d’achat (+4,2 %) et l’alimentaire (+3,1 %). Les grossistes en machines et équipements (+4,9%) sont à la peine et plus encore en matériaux de construction (+7,9%). »

Dans les métiers d’information- communication, l’informatique et édition de logiciels l'amélioration est franche (-7,9%), tout comme les transports routiers de marchandises (-6,7%), mais les transports de voyageurs chutent lourdement (+23,7%). « Les services aux entreprises stabilisent le volume des défaillances proche de 7 500. Les activités d’architecte et d’ingénierie sont bien orientées (-4,2%) contrairement à celles de conseil en communication et gestion (+2,6 %) et nettoyage de bâtiment (+4,7%). »

A l'inverse, les activités à destination du consommateur (BtoC) restent en retrait. Les défaillances d’entreprises sont ainsi « toujours plus nombreuses dans les activités de coiffure et soins de beauté (+6,1%) et l’Hébergement-Restauration (+8,4%), mais aussi celles touchant à la santé humaine et l’action sociale (+15,8%) et plus encore les activités récréatives ou de loisir (+17,9%). »

Et en 2016 ?

Si 2015 n'a pas tenu toutes ses promesses, selon Altares, 2016 devrait voir une amélioration sur le terrain des défaillances d'entreprises. Clairement pour Altares, La conjoncture se solidifie, et la croissance est à nouveau au rendez-vous ! « En 2015, les PME ont emboîté le pas aux grandes entreprises et ETI, il faut maintenant que les TPE embrassent à leur tour la reprise. Les carnets de commandes se regarnissent mais le retour des clients est mécaniquement gourmand en fond de roulement. Or, dans l’euphorie d’un regain des affaires, le risque est fort de laisser filer le BFR. 93 % des défaillances concernent des TPE dont nombre d’entre elles ont fait défaut faute d’avoir correctement géré leur BFR. »

Pour Altares, l’objectif d'atteindre les 60 000 défaillances à fin 2016 est possible, « mais il faudra attendre encore avant d’effacer plus de sept années de crise et revenir aux 55 000 défaillances de 2008. » En d'autres termes, le pire est dernière nous, mais l'heure est encore à la convalescence.

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top