logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Chiffres clés : les services en France

Selon une fiche sectorielle de l'Insee

Publié le

Chiffres clés les services en France

Le 28 octobre dernier, l'Insee a publié une fiche sectorielle synthétique qui fait le point sur les services en France. Instructif !

En 2013, selon les derniers chiffres de l'Insee, le secteur des services principalement marchands (hors services financiers) compte près de 1,8 million de sociétés non financières et d’entrepreneurs individuels (SNFEI). Toutes ces entreprises de différentes tailles réalisent un chiffre d’affaires total cumulé de 734 milliards d’euros.

Un secteur pluriel

Le secteur des services principalement marchands hors services financiers regroupe :

  • Les services aux entreprises qui se subdivisent en deux grands groupes :

    • les activités spécialisées, scientifiques et techniques, apparentées aux métiers du conseil et de l’assistance : Ces services pèsent pour 60% du CA , 57% de la valeur ajoutée et 53% des effectifs des services aux entreprises) ;

    • les activités administratives et de soutien, plus opérationnelles : Ces services pèsent pour 40% du CA, 43% de la valeur ajoutée, et 47% des effectifs des services aux entreprises.

  • L’information et la communication « portées, pour les deux tiers et à parts égales, par les télécommunications et les activités informatiques. ». L'information et la communication pèsent pour 23 % du CA et de la valeur ajoutée de l'ensemble des services marchands,

  • L’immobilier qui pèse pour 12 % du CA et 12 % de la valeur ajoutée des services marchands.

  • L’hébergement-restauration qui pèse pour 10 % du CA et 11 % de la valeur ajoutée des services marchands.

  • Les services aux particuliers qui génèrent une valeur ajoutée de 21 milliards d’euros (soit 6 % de la valeur ajoutée du secteur des services marchands).

Une majorité écrasante de petites structures

Les petites structures sont très majoritaires dans les services. Sur un total de 1 768 000 sociétés :

  • les entreprises de 0 à 9 salariés équivalents temps pleins représentent 97,13% (1 717 200 sociétés),
  • les entreprises de 10 à 250 salariés représentent 2,8% (49 500 sociétés),
  • et les entreprises de 250 salariés et plus représentent 0,07% (1 200 sociétés).

Les unités de moins de 10 salariés génèrent une part des ventes nettement supérieure à la moyenne observée dans l’ensemble de l’économie marchande (34% du CA contre 22%) et la taille moyenne des unités légales y est modeste (2,1 salariés).

En termes de chiffre d'affaires :

  • les entreprises de 0 à 9 salariés ont totalisé en 2013 249,2 milliards de CA (dont 13,2% à l'export) pour une valeur ajoutée de 117,4 milliards,
  • les entreprises de 10 à 249 salariés quant à elles ont réalisé un CA de 237,4 milliards (dont 25,5% à l'export) pour une valeur ajoutée de 108,6 milliards d'euros.
  • Les entreprises de 250 salariés et plus enfin ont réalisé un CA de 247,4 milliards d'euros (dont 33,4 milliards à l'export) pour une valeur ajoutée de 126,1 milliards d'euros.

Des effectifs très féminisés

Dans l'ensemble des services marchands, le poids des non-salariés est élevé à 17,7% en moyenne pour l'ensemble des services au lieu de 13,3% dans l’ensemble de l’économie marchande. Cette proportion élevée s'explique par le grand nombre d’entrepreneurs individuels et de gérants. Selon les secteurs, la proportion des non salariés varie beaucoup.

  • dans le secteur des services aux particuliers la part des non salariés grimpe à 31%,
  • dans l'hébergement restauration 19,1%,
  • dans les activités immobilières 18,1%,
  • dans les services aux entreprises 15,6%
  • et dans l'information et communication 7,9%.

Certaines activités sont également beaucoup plus féminisées que d'autres. Dans les services aux particuliers notamment, la part des femmes dans les effectifs atteint un record de 59% ! Dans les autres secteurs, les femmes représentent respectivement 52,1% dans les activités immobilières, 49,3% dans l'hébergement et restauration, 44,8% dans les services aux entreprises et 32,5% dans l'information et communication.

La part des jeunes de 15 à 29 ans pèse 22,6% dans l'ensemble des services marchands (vs 21,3% dans l'ensemble des secteurs principalement marchands). La part des 50 ans et plus est plus faible que dans l'ensemble des secteurs principalement marchands (24,2% vs 25,5%).

Autres chiffres intéressants : Les salariés des services marchands bénéficient de rémunérations nettement supérieures à la moyenne, soit 44 900 euros annuels en 2013 contre 39 700 par équivalent temps plein (EQTP). « Les activités intellectuelles (conseil, assistance…) sont mieux rémunérées que les services opérationnels : 75 000 euros dans les sièges sociaux et le conseil en gestion, 62 800 euros dans la programmation et diffusion de radio et télévision, mais moins de la moitié dans le nettoyage (24 300 euros), les services personnels (26 000 euros). »

Une croissance soutenue dans les services

Entre 2013 et 2014, selon l'Insee « la croissance de la production est plus soutenue dans les services que dans l’ensemble des secteurs principalement marchands hors agriculture et services financiers (+ 1,3% contre + 0,4%). » La valeur ajoutée augmente davantage dans les grandes que dans les petites unités légales. Les secteurs des services les plus dynamiques sont l’information et la communication (+ 2,3% dont + 3,9% dans les télécommunications) et les services aux entreprises (+ 1,5%).

La croissance continue sur longue période est un phénomène tendanciel. En effet, sur l'ensemble des régions françaises depuis deux décennies, la tendance va à la réduction du poids de l'agriculture et de l'industrie à la faveur du serviciel. Cette tendance nationale (et internationale) s'explique en grande partie par le dynamisme de la demande en produits de l’information et de la communication (+63% entre 2000 et 2013), « portée par l’explosion du marché des télécommunications (+141%) et par les services informatiques (+59%). »

A cela s'ajoute des besoins croissants chez les entreprises en prestations intellectuelles (+59%).« Sur longue période (2000-2013), la vitalité des services est manifeste : la production augmente deux fois plus vite dans les services que dans l’ensemble du secteur marchand (hors financier et agricole) (+30% en volume contre +15%). »

Par ricochet, ce fort dynamisme a des répercussions directes sur les effectifs salariés (+16% entre 2000 et 2014 contre moins de 1% dans l’ensemble du secteur marchand). « L’écart est particulièrement marqué avec l’industrie (-23%). » Cette tonicité des embauches n'est toutefois pas égale dans tous les secteurs. Les télécommunications (-28 %), l’édition, audiovisuel, diffusion (-5 %), et les autres activités spécialisées (2%) font contre-exemples. « Les secteurs les plus créateurs d’emploi sont la programmation informatique (+47%), les services intellectuels aux entreprises (activités juridiques, comptables, ingénierie, publicité, etc.) (+37%) et la restauration (+29%). »

Une marge souvent confortable

« En 2013, le taux de marge des entreprises de services est légèrement supérieur à celui de l’ensemble du secteur marchand, hors sièges sociaux (30% contre 26 %). » Ceci étant, et vu la diversité des activités du secteur, le taux de marge évolue beaucoup d'un extrême à l'autre. « Ainsi, il dépasse les 50 % dans les secteurs nécessitant des investissements lourds : location et location-bail (73%), immobilier (69%), télécommunications (58%). A contrario, il est inférieur à 10% dans les activités reposant exclusivement ou presque sur le travail humain : voyages (8%), enquêtes et sécurité (5%), intérim (1%). »

Le taux de marge dégagée est également fortement corrélé à la taille de l'entreprise et à ce jeu là, ce sont les très petites unités (0 à 9 salariés) qui ressortent les grandes gagnantes avec un taux de marge supérieur à celui des grandes (250 salariés et plus) -38% contre 26%. Enfin, concernant le taux d'investissement, il est supérieur dans les services marchands à celui enregistré dans l'ensemble du secteur marchand (23% contre 19%). « L’effort d’investissement est concentré dans trois activités très capitalistiques : l’immobilier (46% du total), où le taux d’investissement atteint 87% en 2013, la location et location bail (17% du total) et les télécommunications (9%). »

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top