logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

En mai, le climat des affaires au beau fixe !

Le moral des patrons remonte

Publié le

Selon les derniers chiffres de l'Insee, le moral des patrons passe au vert ! Mis à part le bâtiment qui reste en retrait, les indicateurs dans le commerce et les services s'améliorent nettement.

climat des affaires vdlf   En mai, selon les dernières données de l'Insee, le climat des affaires s'améliore en France. "Après une stabilité en avril, l'indicateur qui le synthétise, calculé à partir des réponses de chefs d'entreprise des principaux secteurs d'activité, gagne un point mais reste inférieur (97) à son niveau moyen de long terme (100). Si la progression reste mesurée dans l'industrie et le bâtiment (+ 1 point), elle est plus franche pour le commerce de détail et les services (+ 2 points) et le commerce de gros (+ 4 points). L'indicateur de retournement quant à lui, augmente légèrement et repasse dans la zone indiquant une situation conjoncturelle favorable. « L’indicateur de retournement dans le bâtiment reste dans la zone d’incertitude ; les autres indicateurs de retournement se situent en zone favorable. »

Dans le commerce de détail et le commerce et la réparation automobiles, le climat des affaires s'améliore. « L’indicateur qui le synthétise augmente de deux points. Il est supérieur à sa moyenne de long terme depuis le début de l’année. » Si le solde sur les ventes passées est quasi stable, au niveau des anticipations, les chefs d’entreprise sont plus optimistes. « Chacun des trois soldes relatifs aux anticipations de ventes, aux intentions de commandes et aux perspectives générales d’activité, déjà au-dessus de sa moyenne de longue période en avril, progresse en mai. »
Dans le commerce de détail plus spécifiquement, les anticipations sont mieux orientées : le solde relatif aux perspectives de ventes augmente et celui relatif aux intentions de commandes est stable, «
chacun des deux étant supérieur à sa moyenne de long terme. » Ceci étant, les détaillants généralistes sont plus nombreux qu’en avril à déclarer une baisse de leurs ventes passées, « le solde correspondant passant sous son niveau moyen ». Dans le commerce spécialisé, le solde sur l’activité passée « se replie à nouveau et atteint un très bas niveau, notamment dans l’habillement-cuir et l’aménagement de l’habitat. » Dans l’ensemble du commerce de détail, les chefs d'entreprises anticipent des baisses de prix pour le futur. Pour le commerce et réparation automobiles, l'activité est jugée encore bien orientée. « Les commerçants automobiles sont aussi nombreux qu’en avril à indiquer une hausse des ventes passées. Le solde correspondant n’a jamais été aussi haut depuis le début de l’enquête (2003). » Et les mois à venir restent confiants. Les anticipations restent en effet optimistes : « les deux soldes relatifs aux ventes prévues et aux intentions de commandes sont quasi stables à de hauts niveaux. » Les hausses de prix devraient être jugulées.


Dans les services aussi, le climat des affaires s'améliore. « L’indicateur qui le synthétise gagne deux points ; son niveau (94) reste cependant inférieur à sa moyenne de longue période (100). L’indicateur de retournement passe en zone favorable. » Dans le détail, le transport routier de marchandises, les chefs d’entreprise sont nettement moins nombreux qu’en avril à indiquer un recul de leur activité passée. « Les perspectives d’activité s’améliorent et le solde correspondant retrouve son niveau moyen. » Dans l'hébergement et la restauration, les soldes d’opinion relatifs à l’activité, passée et prévue, et à la demande prévue restent bas. Dans l'information et la communication, les soldes d’opinion relatifs à l’activité passée et prévue, sont quasi stables, à un niveau inférieur à leur niveau moyen. Les perspectives de demande se dégradent légèrement. Même chose dans les activités immobilières, même si les perspectives d’activité et de demande s’améliorent ; « le solde sur l’activité prévue retrouve son niveau moyen ». Dans les activités spécialisées, scientifiques et techniques, les perspectives d’activité et de demande s’améliorent « même si les soldes correspondants demeurent inférieurs à leur moyenne de long terme. » Et enfin, dans les services administratifs et de soutien, les chefs d’entreprise sont nettement plus optimistes qu’en avril dans leurs anticipations d’activité. Le solde correspondant est proche de sa moyenne de long terme.


Dans le bâtiment enfin, le climat des affaires reste dégradé. « L’indicateur qui le synthétise est quasi stable (+ 1 point à 89). Il demeure largement en dessous de sa moyenne de long terme (100). L’indicateur de retournement se maintient en zone d’incertitude conjoncturelle. »

 

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top